03/02/2011

L'essayage de la robe

Les ami-e-s de nos amis étant nos amis, principe exploité par Facebook, j'y prélève cette photographie d'un auteur anonyme. Par contre, je connais assez bien le modèle. Une belle personne, c'est ainsi que l'on aurait sans doute qualifiée du temps où l'on avait le temps. On ne se contentait pas de jeter un regard furtif et superficiel sur le genre humain.

vivi.jpg
Une photo qui m'enchante comme un tableau impressionniste de grande valeur. De dos, le modèle s'efface dans le modeste atelier du créateur togolais. Georges Haldas, dont on connaît les problèmes invalidants de vue, avait noté qu'il suffisait d'approcher une personne de derrière pour en connaître le caractère.
Il avait doublement raison.
La Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient de Denis Diderot s'achève par un témoignage sur une belle personne morale aveugle. En 1749, la nature de ses observations et la hardiesse de sa pensée, vaudront à Diderot d'être aussitôt emprisonné quelques mois à Vincennes. En effet, la contemplation de belles plantes et autres merveilles de la nature n'est pas une preuve suffisante de l'existence de l'Etre Suprême!
Mlle Mélanie de Salignac, la belle malvoyante, ne voulait plaire qu'à ceux qu'elle aimait. Jamais, disait-elle, un bel homme me fera tourner la tête.
Je ne suis pas du même bois. Se retourner sur une femme est sans doute inconvenant mais parfois indispensable. Particulièrement aux timides. Sachez que votre regard porte par définition sur une partie de la personne que la personne ne peut connaître. Un complément ou un compliment, une manière donc de la com-prendre, nullement irrespectueuse. Approche furtive d'une totalité et d'une intimité toujours possible...
On dirait qu'on ébauche un roman d'amour (Sacha Guitry). Sans de tels regards, nous ne serions peut-être pas ici, quoi!

12/01/2010

Kossi Effoui

tecla 039.JPG

 Bien malgré lui, le Togo fait parler de lui. Le foot et la politique ne font qu'un, sujet du film de Pierre Morath illustrant la première qualification du Togo à la Coupe du monde en 2005. Les Eperviers à nouveau au coeur d'une tragédie incompréhensible.

L'ècrivain togolais Kossi Effoui nous rappelle que "la fausse parole finit par tout bouffer... Tout commence par la parole: on a parlé de la bombe atomique avant de la fabriquer..." C'est bien dans les mots que nous construisons nos actions.

Né en 1962, au moment où le français a été instauré au Togo, son oeuvre a été couronnée de nombreux prix. Solo d'un revenant, paru Au Seuil, lui a notamment valu le prix de la littérature africaine au Salon du Livre de Genève et plus récemment le prix des Cinq coontinents de la francophonie.

Ecriture  violente, originale et profonde (au sens historique). Si la mondialiisation est un phénomène récent à nos yeux, K. Effoui nous rappelle qu'elle remonte au XVe siècle en Afrique. Il a sans doute raison; ça promet !

"Tous mes livres sont (...) traversés par cette même question : les démarcations homme-femme, chrétiens et les autres, musulmans et les autres, la démarcation ethnique, nous et les autres…"

 (K.Effoui lors de la remise du prix  Ahmadou-Kourouma à Genève, 23.04.2009)

.

11:30 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : togo | |  Facebook |