17/05/2016

André Wicky rejoint les gloires de l'âge d'or du sport automobile

La disparition de l'ancien garagiste du Tunnel provoque une vive émotion auprès de ceux qui eurent le privilège de l'approcher et ravive d'impérissables souvenirs.

Grand préparateur de voitures de compétition, reconnu bien au-delà de nos frontières, il aura surtout été avec générosité le découvreur de jeunes talents.

Dans la décennie qui suivit l'interdiction de courses en ligne en Suisse, il a ouvert la voie de nos compatriotes dans les courses d'endurance depuis plus de 50 ans!

Du beau travail ! Toujours en retrait, il préférait les actes aux promesses. 

En tant qu'artisan indépendant et innovateur, il aura contribué à la vulgarisation des pneus à carcasse radiale sur nos routes. Autant dire que nous lui devons toutes et tous une fière chandelle!

                                                           Merci André !

andré wicky,24 heures du mans,porsche,sport automobile

      En 1968 et en Porsche 910, le vainqueur du circuit de Casablanca.

A.Wicky peut se targuer de dix participations en tant que pilote au Mans entre 1959 et 1974.

 

 

30/08/2015

Un grand artisan des sports mécaniques

Guy Ligier

1930 - 2015

R.I.P.

Un garçon boucher de l'Allier, corps et âme voué à la vitesse, qui portera très haut les couleurs du sport automobile français. Champion de France en moto 500cc en 1959, il marquera toutes les disciplines du sport automobile: rallye, endurance... Formule 1. Son engagement a donné lieu à l'éclosion de nombreux professionnels au palmarès faisant date.

63_Tour_de_Corse_Guy_Ligier_Ren_Richard_Po.jpg

On le voit ici au départ du Tour de Corse 1963 sur sa 356 Carrera 2 avel laquelle il remportera les Coupes de Montlhéry.

 Son ami Jo Schlesser finit deuxième de l'épreuve corse sur une AC-Cobra ... derrière René Trautmann sur ... DS 19 !

Guy Ligier participe aux 24 Heures du Mans, d'abord sur 904 GTS puis sur des Ford GT 40. Au terme de sa carrière de coureur, il marque un point en F1 sur le circuit du Nürbügring avec une auto privée...

L'accident de Jo Schlesser au GP de France 1968, à Rouen-les-Essarts peu après le départ met un terme à la carrière de Guy. La nouvelle Honda avec son chassis en magnésium (que Surtees refusa de piloter!) était une véritable bombe incendiaire ambulante!

Guy Ligier, celui "qui passait souvent devant les écoles, sans s'y arrêter" s'était lancé dans une carrière improvisée de constructeur automobile qui s'avèrera très fructueuse. Son ami François Mitterrand, une fois élu en 1981, lui prêtera main forte en demanda à la SEITA (Gitanes) de sponsoriser l'écurie.

En hommage à son camarade de course Jo, toutes les voitures de compétition Ligier porteront le préfixe JS !

Fort de son expérience en BTP et de ses appuis politiques, Guy Ligier devient la cheville ouvrière du circuit de Magny-Court.

Viendra le temps où les Ligier s'effaceront des pole positions. L'écurie sera rachetée par Briatore, puis par Alain Prost. LIGIER se reconvertit dans la construction de micro-voitures sans permis. L'entreprise est actuellement dirigée par le petit-fils de Guy.

 

guy ligier,ligier,schlesser

image AFP, Vichy, vendredi 28 août 2015

 

24/08/2015

Catastrophe du Mans : c.q.f.d.

Concernant mon précédent post, il convient de préciser une de mes sources concernant la plus grande catastrophe du sport automobile, survenue au Mans en 1955. Dans un plaidoyer remarquablement étayé, René Fievet réhabilite le pilote Pierre Levegh et le rôle secondaire des Mercedes dans l'accident.

 

En voici le lien :  http://classiccourses.hautetfort.com/archive/2013/06/19/l...

Le document reprend le film amateur diffusé par la BBC en 2010, précieuse pièce à conviction tenue à l'écart des médias pendant près de 50 ans (il est dit que Jaguar aurait racheté ce film au spectateur accidenté).

Voici donc le reportage de BBC four:


Comme on le sait, l'épreuve des 24 Heures du Mans se déroule sur un circuit non permanent. Mais l'emplacement des stands en 1955 était vraiment inadéquat.

Post-scriptum: (pro domo) Gamin, j'avais décidé de faire un journal consacré entièrement aux 24 H du Mans.

Peu d'exemplaires, carbone et papier pelure d'oignon, coloriage des  divers drapeaux des commissaires de course...

Publication  certainement antérieure à 1955. Vraisemblablement 1954, car ma première visite au Salon de l'Auto, cadeau de mes neuf ans, m'aura définitivement marqué (et estampillé rotomaniaque) !

Arte-TV a également réalisé un film de 52 min sur la catastrophe impressionnant par la qualité des images, du beau monde de Ferdinand Porsche à Alfred Neubauer... Curieusement, il est fait état que le film amateur a disparu(!) et les commentaires ampoulés sur fond de  Seconde guerre mondiale (10 ans après) sont quelquefois hors sujet. Heureusement les témoignages de Stirling Moss et de John Fitch, très lucides en dépit du grand âge, nous ramènent au cœur du sujet. Courir fait partie du cœur de métier, curriculum qui, comme les causes de l'accident, n'a rien de politique... 

Film ARTE:

enfin:

- Pierre Levegh était un pilote chevronné, il en était à sa 8e participation au Mans. En levant le bras juste avant l'impact, il permettra ä Fangio de passer entre les impacts de deux voitures accidentées.

-Les Mercedes n'avaient pas de freins à disque (brevet britannique de Girling Dunlop) contrairement aux Jaguar depuis leur victoire au Mans 1953.

-Les immenses freins aérodynamiques des MB n'ont pas joué de rôle dans la catastrophe. Stirling Moss était parfaitement à l'aise avec ce système (pas d'échauffement et de fading) tout comme avec la Jag qu'il pilotait en 1953.

-Il n'a jamais pu être prouvé que les MB disposaient de réservoirs secrets. En revanche, lorsque les pompiers ont arrosé les parties en magnésium de l'auto avec de l'eau, ils ont provoqué des explosions.

- "the show must go on". Cette triste page de l'histoire a eu des conséquences considérables sur la sécurité des spectateurs et, en général, sur la sécurité de tous les usagers de la route. Un hommage particulier doit être rendu au pilote américain John Fitch (fin psychologue aussi lorsqu'il évoque la fin de Mike Hawthorne ou le retour du kahrma). 

 

-

25/10/2011

Fribourg se souvient de Jo Siffert

 josiffert.jpg

 Quarante ans après sa disparition tragique sur le circuit de Brands-Hatch, le plus célèbre pilote suisse de formule 1 n'a rien perdu de sa popularité.

Depuis quelques années, ses amis ainsi que ses fans, dont beaucoup n'étaient pas nés au moment de l'accident, se réunissent le 24 octobre à 14 heures 18 au cimetière de Saint-Léonard.

Lundi, un cortège de voitures emmené par la première Carrera 6 pilotée par Siffert en 1966 a traversé la ville de Fribourg. Toutes ces autos portaient le chiffre 22, sans doute en hommage au premier Grand Prix remporté par Jo en Angleterre (sur une Lotus 49b du team Rob Walker en 1968).

A voir la très belle exposition d'un photographe japonais à la libraire Saint-Paul au bd de Pérolles.

Pour vous inciter à la visiter, le reportage de la TSR (couleurs locales):

http://www.tsr.ch/video/info/couleurs-locales/3513846-le-...

 A noter que le grand pilote vient de faire son entrée dans le Dictionnaire Historique Suisse (DHS) !

2011 10 24_0893.jpg
2011 10 24_0891.jpg
2011 10 24_0898.jpg
2011 10 24_0902.jpg
L'hommage de Herbie venu d'Argovie ou celui plus modeste mais tout aussi contemporain d'une AMI 8...
2011 10 24_0892.jpg

09/04/2011

Paris-Kaboul #4

Encore des voitures, pour les fanatiques. Et même des prototypes. Tel cette M 1 (?) portant le numéro 150 dotée d'un moteur rotatif Wankel. Citroën avait sorti une pré-série de deux cent exemplaires confiés à de grands rouleurs pour un test à grande échelle. Ce modèle ne sera jamais commercialisé par la marque. La première crise du pétrole pointait à l'horizon...

PICT0006.JPG
Quant à l'Anisette, bien avant la loi Evin, elle est la marque d'une restriction publicitaire portant sur les boissons anisées. Nous sommes loin des immenses camions de Ricard et de Pernod sur lesquels se produisaient Charles Trenet et Tino Rossi (souvenir d'une arrivée d'étape du Tour de France à Lausanne en 1951).
L'autre voiture est plus ancienne. C'est une Dagonet que vous avez pu voir en pleine action dans le reportage d'Antenne 2.
PICT0015-1.jpg
Si mes souvenirs ne me trahissent pas, ce modèle construit par Jean Dagonet aurait peut-être participé aux 24 Heures du Mans, au temps où j'apprenais à lire...
Les Hunaudières à 135 km/h, ça devait décoiffer.
Vitesse exceptionnelle pour ma Dyane de 1969  atteinte seulement dans la descente de la Fuchsröhre sur la grande boucle du Nürburgring...