13/12/2011

Les joyeusetés de l'impôt

trio3.jpg D'abord cette citation de Patrick Aebischer:"De la Grèce antique au monde globalisé du XXIe siècle, Pascal Broulis ne raconte l'impôt qu'en apparence. C'est la démocratie qu'il salue, à petites touches, comme un peintre impressionniste."

L'Impôt heureux en 150 anecdotes du Grand argentier caracole en tête des meilleures ventes en compagnie de Stéphane Hessel. Plutôt bon signe par les temps qui courent...

A glisser sous le sapin, à l'attention du grand nombre estimant payer un lourd tribut.

Anecdotes parfois croustillantes, voire piquantes lorsqu'elles égratignent un certain guérisseur d'un canton voisin. L'auteur est évidemment bien documenté grâce aux nombreux contribuables contributeurs (nommés à la page 128).

Attention, le dernier Broulis illustré, ce n'est pas l'Almanach Vermot! En partageant ses convictions vert sur blanc, le président du conseil d'Etat vaudois réussit fort bien à nous faire avaler la pilule. C'est par ailleurs une bonne médecine préventive contre les multiples taxes incitatives ou dissuasives à l'étude et qui ne feront qu'alourdir  la situation des familles et des entreprises...

L'impôt se doit être le garant des équilibres sociaux. Très zen, notre ministre des finances:

pour imager l'impôt "... je tiens beaucoup à la représentation de deux mains, l'une baptisée "prélèvements", l'autre "prestations". Lorsqu'elles se joignent, elles se recouvrent exactement. Arriver à cette correspondance est ma mission. Si "prélèvements" perd une phalange, "prestations" doit en perdre une aussi, si "prélèvements" grandit, "prestations" peut grandir aussi."

A l'ère des dettes souveraines, y en point comme nous? Comme le dit ce matin Morningbull: si vous avez de vieux billets de 500 francs français, gardez les, ça peut devenir très tendance...

Enfin, une belle critique de l'ouvrage de Broulis par Marc-André Miserez, swissinfo.ch 

 

 

20/05/2008

Elle roule pour nous

Selon l'ATS, Doris Leuthard veut soulager le porte-monnaie des conducteurs de véhicules diesel. Le diesel devrait être taxé au même niveau que la benzine.

Mesure qui profiterait à l'ensemble de l'économie. De fait l'impôt sur le diesel (hors TVA) est 6,5% plus élevé, différence qui ne se justifie  guère avec l'introduction des filtres à particules. La Confédération encaisse plus de 90 centimes par litre de carburant, notamment au travers de la TVA. Et même si la réduction envisagée par la Ministre de l'économie représente à peine un sou par litre de diesel, elle permettrait de contenir la poussée inflationniste dans le coût des transports.

1420601561.jpg