16/10/2010

Poèmes de la francophonie

poésies.jpgC'est un bien joli coup et même un gros coup réalisé par une modeste association de poètes. Elle vient de concocter une Anthologie de littérature française pour soutenir et favoriser la diffusion de la culture dont nous sommes issus.

Un florilège de la poésie française qui nous est offert gratuitement à l'occasion du XIIIe Sommet de la francophonie et qui constitue également un sommet en matière d'édition romande, puisque ce petit opuscule est tiré à 50 000 exemplaires !

Ce recueil portatif sera notamment disponible au stand de l'Association Défense du Français, au village francophone de Montreux. Son financement a pu être assuré grâce au soutien de la Loterie romande et de nombreux services culturels.

Il devrait intéresser les chefs d'Etat présents sur la Riviera. Ils pourraient s'en inspirer, selon le mot de John Fitzegerald Kennedy:

«Quand le pouvoir pousse l’homme à l’arrogance, la poésie lui rappelle la richesse de l’existence. Quand le pouvoir corrompt, la poésie purifie.»

 L'association poésies est domiciliée à Vevey et sur la Toile. Georges Haldas, Philippe Jaccottet, Rafik ben Salah ainsi que le regretté Maurice Chappaz en sont les membres d'honneur.

Lettre_Chappaz.jpg
De Villon à Apollinaire, un choix de rêves.
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
                     Et nos amours                         lu par l'auteur en 1913 :                                 

01/07/2010

L'aviation suisse romande

DSC_0078.jpgLe Musée de Montreux présente une intéressante exposition sur l'aviation dont presque tous les pionniers sont issus du tissu vaudois. La proximité géographique de la France, oû ce nouveau moyen de transport faisait fureur, qui explique sans doute cette situation. De nombreux objets et documents témoignent de l'engouement de la population pour les choses de l'air. On a le temps de les admirer puisque l'exposition temporaire est ouverte tous les jours jusqu'au 7 novembre 2010.

Réalisée par le conservateur Urs Buff, l'exposition s'inspire largement des deux livres de Philipppe Cornaz "l'Aviation vaudoise" et "l'Aviation suisse romande". Elle vous fera découvrir les débuts de l'aviation et son histoire dans la région montreusienne. La Riviera disposait d'un véritable aéroport à Rennaz. En 1968, la construction de l'autoroute signifia la fin de ce site "tremplin des glaciers".

L'occasion aussi de voir des films. Le très beau Un Pou dans la tête d'Anne Crété notamment. Et l'on peut se procurer des compilations du Cinéjournal suisse sur l'aviation militaire et civile ainsi que naturellement les ouvrages de Ph. Cornaz. Des bijoux de l'édition dans un format respectable! 

Un nouveau volume devrait paraître. L'auteur est toujours à la recherche de témoignages ainsi qu'on a pu le lire dernièrement dans une peite annonce de 24 Heures que je me permets de reproduire:

Achète tous documents écrits ou photographiques, pour l'édition d'un livre sur l'aviaition suisse romande.

Tél. 021 653 36 19, philippecornaz@hotmail.com

Peut-être trouvera-t-il son bonheur à la Bourse suisse de l'aviation de Payerne le samedi 3 juillet 2010...

DSC_0055.jpg
Maquette du Short Sunderland Solent. Un hydravion qui assura une liaison régulière entre Southampton et Montreux en 1957 avec une capacité de 49 passagers.
DSC_0052.jpg
DSC_0047.jpg

 

01:12 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aviation, montreux | |  Facebook |

28/05/2010

Hélicos et plus si affinité

DSC_0089.jpgToujours plus haut, plus fort... Mon acrobate de pilote sur son Falcon a repris ses exercices ce matin au-dessus de l'aérodrôme de Payerne.

De l'art pour l'art. Je n'ai jamais vu un oiseau de proie ni une vulgaire mouette voler sur le dos. Par manque d'imagination ? Hommage de notre pilote militaire à Saint-Exupéry et à son récit dont le nom m'échappe, qui se termine ainsi: ce que je viens d'accomplir, aucun animal ne l'a jamais fait...

Etait-ce Vol de Nuit ?

La Nuit des Musées, c'est pour samedi soir à Fribourg et sur la Riviera vaudoise. Elle tombe bien à Montreux, dont le musée présente, et j'y reviendrai, une petite exposition sur le passé glorieux et hasardeux de notre aviation. Si le temps le permet, il devrait y avoir des vols en ballon captif pour les aérostiers d'un jour.

En guise de mise en bouche, encore des photos prises avant-hier à Payerne.

Un joli hélicoptère Agusta invitant au voyage:

 

DSC_0086.jpg
DSC_0039.jpg
Un Super Puma (ça doit s'appeler Cougar) suivi d'un Pilatus qui se traînait tellement que des Allemands le prirent pour un Fieseler cigogne...
DSC_0081.jpg
Enfin le tout dernier. Et là, je vais vous épater par mes renseignements techniques sur l'EC 635 qui vient remplacer les Alouettes III.
DSC_0043.jpg
Voyez plutôt son rotor de queue de type fenestron. L'hélico est doté de deux turbines, ce qui est quand même plus sûr que les dernières Alouettes datant de l'Expo 64 et qui seront retirées du service à fin 2010.
Swiss air force dispose de vingt appareils; seize ont été montés par RUAG à Alpnach (OW). Deux appareils sont en configuration VIP pour le Conseil fédéral (sièges cuir et même la clim!). Tous sont équipés pour le vol de nuit aux instruments (IFR), nos ministres pourront ainsi facilement se payer une toile au prochain Festival de Locarno !
Ces appareils (en configuration troufion) pourront également être mis à disposition des autorités cantonales, par exemple à la police pour poursuivre de méchants bandits (pour autant qu'ils ne dépassent pas la vitesse moyenne de 256 Km/h).
Question avionique, si vous avez aimé piloter un Super Puma, vous allez adorer l'Eurocopter: plus maniable, commandes similaires, mais n'oubliez pas que ce dernier n'a pas de roulettes !!!
Quant aux rempants broyards, ils devraient apprécier son bruit plus feutré.

23/04/2010

Bientôt une femme au Sommet de la francophonie?

Bien plus qu'une rumeur persistante. Entre les atermoiements de nombreux candidats non déclarés, courroucés, qui, par leur propre Gouvernement, qui, par le lobbying  du vieux Abdou Diouf qui ne veut pas passer la main aux jeunes,  l’écrivaine camerounaise résidant en France Calixthe Beyala, traduite dans tous les pays du monde et dont l’oeuvre  à fait l’objet de plusieurs thèses dans de prestigieuses universités américaines, se serait déclarée prête à la succession. Si le conditionnel reste de mise, on rappellera que la romancière manifeste son intérêt pour l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) depuis une dizaine d'années déjà. Un organe trop politique et pas assez culturel à son goût.

Opinion d'Allain Jules sur son blog (du 22 avril): "Du moins, ce qui est sûr, avec cette grande dame qui n’a pas sa langue dans sa poche, comme secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie , il y aura des cris et des grincements de dents tellement, sa rectitude morale est indéniable. Sa plume acérée a enchanté les foules. Sera-t-elle aussi bonne responsable ? On peut lui faire confiance, pour booster l’Organisation dont l’immobilisme criard discrédite les francophones en général….

Calixthe Beyala  contre Abdou Diouf pour le poste de secrétaire général de l’OIF ? Un vrai feu d’artifice en perspective."  

Rien n'est joué. L’élection aura lieu lors du sommet marquant le 40e anniversaire de l’Organisation, du 22 au 24 octobre, à Montreux, en Suisse.

Même si les 56 membres que comptent l’organisation, pour la plupart, ne souhaitent pas reconduire l’actuel secrétaire général qui veut rester 12 ans en place, il est loin d'être certain qu'ils accordent leur voix à une femme. Combien de cheffes d'Etat dans l'organisation, hormis  Doris Leuthard?

Enfin, l'usage voudrait que l'on change de continent. Notre présidente aurait pu se qualifier si le parlement avait conscience de l'importance de l'OIF pour notre pays!

Ces dames ont donc des chances;  c’est tout le mal que je leur souhaite aujourd'hui.

tecla 030.JPG
(Genève, 23.04.2009)

 

30/10/2009

GP automobile de Montreux

Derniers jours, jusqu'au 8 novembre, au Musée de Montreux de la rétrospective consacrée au Grand Prix de Montreux qui s'est couru le 3 juin 1934.

montreuxGP 003.JPGEvénement de taille sur le plan local et dans l'histoire du sport automobile. Circuit automobile en pleine ville, il pouvait supporter la comparaison en matière de notoriété avec le GP de Monaco (remporté cette année par un certain Guy Moll, jeune pilote algérien talentueux et téméraire). Montreux soucieux de retrouver sa grandeur de la Belle Epoque se lança corps et âme dans l'organisation d'un Grand Prix automobile. Il sera doté de 32 000 francs de prix, une fortune pour l'époque! Quant à la coupe, avec son socle de marbre, elle pèse lourd...

Ce GP n'aura pas de suite. Le GP de Suisse, lancé quelques semaines plus tard sur le circuit de Bremgarten prendra la relève. Guy Moll est sur la ligne de départ à Montreux. Engagé dans la jeune et déjä prestigieuse Scuderia Ferrari au même titre que Varzi et le comte Trossi qui tous courent sur des Alfa Romeo. Compétition palpitante: Phi-Phi Etancelin sur Maserati mène la course jusqu'au 88e des 90 tours. Sur ennnuis de freins, il doit céder la place à Trossi après trois heures de course à la moyenne de 100km/heure et des poussières.

 Achille Varzi, troisième, poursuivra sa carrière en Argentine, où il rencontre le jeune Fangio. Le pilote italien connaîtra une fin tragique, le 1er juillet 1948, lors des essais du GP de Suisse et d'Europe, à Berne.

Parmi les 12 partants à Montreux, un seul Suisse, le vaudois Braillard. Grâce aux cahiers d'un mordu de 13 ans qui collait les photos de ses idôles, on le voit prendre le départ en habits militaires. On ne plaisante pas avec le Règlement de Service !

Les cahiers de l'écolier Viquerat et ses dessins; une émouvante source historique.

Enfin, j'ai longuement comtemplé la Maserati de l'anglais Hamilton. Trente ans plus tard, il l'avait toujours! Avec mon ami Nanard, nous l'avons vue sur un plateau accroché à une ... Invicta! C'était à Lutry par un soir d'orage et le malheureux Hamilton était complètement trempé. il se rendait à une course historique à Monza. BalayantmontreuxGP 002.JPG nos soucis pour sa santé, il nous avait lancé avec un sourire entendu: "Passion !"

Nous avons compris.

Remarquez le prix des places, ce n'était pas donné!

Quant aux Invicta c'était de mythiques bagnoles de sport qui ont fait affabuler Blaise Cendrars.

Grosses cylindrées au couple extraordinaire comme le prouva une femme... (à suivre)