18/04/2010

Mon général

GUISAN.JPG

On n'expliquera jamais le charisme du Général Guisan. On a fait de ce général , qui jamais ne livra de bataille au sens étroit du terme, un héros de la Nation. Un hiérarque à coup sûr, un héraut, prophète chanceux dans un monde troublé...   

Très populaire, c'était un communicateur hors du commun. Privilégiant le contact direct. Oublié des jeunes générations. Le Cinéjournal suisse tourna un épisode intitulé une journée au QG du Général. On y voit le septuagénaire galoper à travers champs... S'inquiétant d'un soldat méritant, il ordonne à son aide de camp de prier madame Guisan d'envoyer une layette lors de la naissance du sixième enfant...

Un délicieux document à déguster au deuxième degré. Le ton d'une époque, truffé de saluts "militaires mais néanmoins humains". En terrien, Riquet la fourchette, s'enquiert de la récolte de foins. Ce sobriquet se rapporte probablement plus au diminutif de l'outil agraire servant à évacuer le fumier qu'au coup de fourchette de la tambouille: Guisan était plus gentleman-farmer que paysan...

Incarnant la droiture, l'homme s'y connaissait en matière de relations publiques. Aussi, on ne s'étonnera pas qu'une foule innombrable assista à ses funérailles le 12 avril 1960.

300 000 personnes. Un chiffre repris sans sourcilier par tous les médias à l'occasion du 50e anniversaire de sa disparition. Le couple google-wikipedia a frappé! Il est vrai que ce chiffre figure dans l'article du Dictionnaire Historique Suisse consacré au général.

Je retrouve les pages de la Feuille d'Avis de Lausanne du lendemain. Elles évoquent une foule considérable; beaucoup de monde et d'émotion pace que "le général c'était quelqu'un."

Et dans la NZZ du 1.4.2010, un témoin de l'époque évoque les témoins du cortège massés sur trois, parfois six rangs. Sans convoquer Marc Ferro et le cinéma en tant que source historique, je regarde les images tournées par Ch. Broenimann du Cinéac...

On pourrait revoir le chiffre à la baisse... sans toucher au sens de l'histoire.

Sur notrehistoire.ch, pourtant, cette belle image de la foule recueillie et disciplinée sur la place de la Riponne:

photos_ g.baud_guisan.jpg
(Une photo de monsieur G. Baud)
Quant au dessin du général, il est l'oeuvre du caporal Géa Augsbourg dans un ouvrage paru à fin 1939 déjà. Mon exemplaire soigneusement relié par un oncle comporte la dédicace du Commandant en Chef de l'Armée faite au Quartier général -18 avril 1940.
Très politiquement incorrect, la clope sur  les dessins et photos... Déjà que son médecin de père avait tenté de le modérer en lui offrant des cigares "Grandson" sans doute meilleurs pour la santé.
photos_2010_01_fdd87eaa7ca89d2c.jpg

                                             

03/08/2009

Adieu Fruit Bar

Le premier août, le légendaire Fruit Bar aura vécu après plus d'un demi-siècle d'exploitation sept jours sur sept. Et même 24 heures sur 24 du temps de Jean-Daniel Collomb et de son épouse Marguerite.

Ouvert en 1957, sept ans avant l'ouverture de l'autoroute, on ne pouvait pas le louper à Etoy sur la route nationale une. Renommé pour ses frappés aux fruits, les chalands étaient attirés aussi par un juke-box montrant en images  les artistes, dix ans avant la télé couleur. Henri Salvador et son blues du dentiste faisait la pair avec Fernand Reynaud et son "22 à Asnière". La machine était un Scopitone...

roll 019.jpg
Les noctambules y venaient de tous les bals du canton. Les militaires appréciaient l'établissement lors de manoeuvres où l'imagination débordait, à l'instar de la rivière Arno inondant Florence en 1966. Ainsi, tout le canton avait inondé sauf le Fruit Bar d'Etoy! De surcroît les simples troufions étaient condamnés à poireauter sur les camions avec le masque à gaz pour cause d'alerte atomique.
Je crois que le directeur de l'exercice devait être un certain Jeanmaire offficiant dans la Protection antiaérienne et dont j'avais déjà eu l'occasion d'observer son sens tactique. Enfin...
Quelques années plus tard, je rencontrais Jean-Daniel Collomb au volant d'un Mercedes au bruit bizarre. Je lui avais demandé s'il s'agissait d'une diesel ou d'un moteur tournant sur trois cylindres. "Je n'en sais rien, c'est celle de Jeanmaire!".  
Tois semaines après, "l'affaire" éclatait au grand jour. Jeanmaire fera preuve de ses capacités intellectuelles en tant que bibliothécaire de la prison de Bellechasse.
A l'instar du Général de Gaulle, Jean-Daniel Collomb avait écrit ses mémoires de guerre. Je crois que le bouqin s'appellait Tenir. On y voit une photo de son mariage en uniforme durant la Mob avec Paul Chaudet pour témoin.
JDC mena de nombreux combats, notamment avec les paysans de Saxon en 1953. La guerre n'a jamais fini. Certains se souviennent encore du blindé qu'il installa dans le jardin de sa commune de Saubraz. Il créa un vaste verger à Etoy, à l'instar de Paul Martin. Et comme ce dernier, il devint grossiste en primeurs avec un dépôt au Flon. Homme révolté, il devint le président des arboriculteurs indépendants toujours en porte à faux avec toutes les instances officielles qui ne manquèrent jamais de critiquer ce selfmademan incontournable.
A la tête d'une fortune considérable, qui partira en fumée, l'argent ne l'intéressait pas vraiment. Il aura quelques fidèles. C'était le cas de la petite Graziella, serveuse au Fruit Bar, qui m'avoua que "c'était un homme formidable. Il ne dort jamais et mange de temps à autre un oeuf..."
Littoral Parc est devenu un fleuron du secteur tertiaire mais, à la suite de Paul Martin avec des Thury et des Trottet, JDC aura donné une impulsion de taille au verger lémanique et aux Golden Delicious.

12/08/2008

Un belvédère bientôt centenaire

                                                                                          Belvédère, un mot vieillot et plein de charmeasonloup.jpg. Celui de Sonloup perd un peu de son attrait puisque l'hôtel vient de fermer. Une grande vente de vaisselle et de mobilier s'y déroule aujourd'hui et jeudi. L'occasion peut-être d'emporter un meuble en funiculaire au moyen de cette grue antique.  
                           
Le funiculaire électrique Les Avants-Sonloup (LAS) a été mis en service en 1910. Il franchit une dénivellation de 180 mètres pour atteindre l'altitude de 1156 mètres. Transformé en 1951 et entièrement automatisé en 1980, il a toutefois gardé le charme des anciennes voitures rouges.
L'entreprise appartient depuis son origine au MOB. La desserte de base est de 20 minutes mais le funi ne fonctionne qu'à la demande. Pour accéder au voitures, il faut presser un bouton qui actionne une sonnette. La circulation est plus intense en hiver. Il est possible de louer des luges et de redescendre sur la route transformée en piste de 2,1 kilomètres.
Particularité de ce chemin de fer, il est entièrement rectiligne à l'instar du Territet-Glion construit un quart de siècle auparavant. En dépit de la fermeture du restaurant sommital, le LAS devrait allègrement devenir centenaire en 2010!
glion 020_edited.jpg