29/09/2008

J'ai traversé le tunnel des déchets!

stefaneicher 039.jpg   Amis ferrovipathes bonjour!

Un parcours très intéressant (qui nous conduira à l'opéra) et qui amène le 60% des déchets non recyclables du canton à l'usine Tridel de Lausanne. En fait, seulement les deux tiers empruntent le rail au travers du tunnel baptisé Olivier Français (ceux de Lausanne arrivant par camion). Long de quelque 4 kilomètres, son coût s'est élevé à 75 millions de francs sur un investissement total de 360 millions pour le complexe de traitement des déchets.

Visite intéressante. Un brochure nous apprend que le coût du traitement est sensiblement inférieur à la moyenne suisse. Un sac poubelle de 10 kg éqivaut à 2,5 kg de mazout. En effet, l'usine produit de l'énergie pour environ 20 000 ménages (chauffage à distance, électricité).

stefaneicher 038.jpg
Portes ouvertes de Tridel complice du M2. Le voyage jusqu'à Renens dura une vingtaine de minutes. Pas ennuyeux pour autant que l'on ne se trouve pas à coté de la dame qui refuse que l'on ouvre les fenètres par crainte des mauvaises odeurs! Comme le prouve ma photo, ça ne sent rien. C'est propre et lisse. On pourrait même y accrocher quelques tableaux dans l'attente du NMBA...
stefaneicher 022.jpg
Voyageurs du dernier convoi: Olivier Français et Daniel Rosselat. Comme je ne suis pas papa razzo, vous ne verrez pas la photo. Tridel c'était aussi le musée FMR et ses concerts de la nuit de samedi qui attira plus de 3000 spectateurs. Sans transition, sinon par le rail, pour rappeler que l'opéra entre en gare de Zurich. La Traviata au milieu des voyageurs, c'est sur Arte mardi soir.

21:44 Publié dans ferrovipathes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tridel, cff, m2, la traviata | |  Facebook |

21/09/2008

Faust, sa copine et le M2

...  rencontrés en fin d'après-midi sur le Pont Bessière. Mon Faust inconnu avec son amie charmante et dont je sais seulement qu'elle avait commencé l'école de photographie de Vevey.  Un Faust qui dans son rêve le plus fou souhaita que je l'immortalise dans une chute sans appel. Pas une très bonne idée et certainement la plus mauvaise des photos. Le comble du photographe... Remarquez le côté narcissique, sans doute présent dans chaque image et qui répond par avance aux questions de mon Faust: photographier quoi, pourquoi, pour qui???

- Pour rien (ou pour moi). Réponse de Don Qichotte qui sembla satisfaire le dénommé Faust. Réponse de rêveur. Un rêveur, "il va où il croit que c'est beau". Malheureusement notre conversation fut écourtée par l'appel d'un ami "qui ne dit rien" et qu'il fallait sauver d'une embrouille sentimentale. Le dit ami se trouvant à la gare, le M2 aura sans doute rempli une mission que le reportage de "Temps présent" n'a pas présenté.

Bref, pour illustrer ce rien dépourvu de toute prétention esthétique, je n'ai que ce blog pour renouer la conversation avec Faust.

D'abord ça. La miss compost rencontrée à la Sallaz, titre irrévérencieux s'il n'était question d'apprendre aux petits de trier les déchets. Derrière elle,  des photographes dynamiques qui tirent votre portrait devant votre métro pour trois balles.

stefaneicher 045.jpg
Après, il y a LUI (un air de parenté avec mon Faust) qui a emballé les Lausannois petits et grands. Eicher très nerveux avant le spectacle. "C'est toujours la première fois" (Tiens, c'est comme une photo!)
stefaneicher 050.jpg
Ensuite, il a ELLE. Celle que je n'attendais pas. Photographe qui me prêta son regard. Magnifique ... et sans lequel je n'aurais pas rencontré Faust (comme quoi le sens est toujours au-delà).
 stefaneicher 084.jpg
Enfin ça, point de départ de mon errance. Propre en ordre pour la fête. Avec le tas de sable, ça fait joujou. Abstrait. une manière de dire que tous les Lausannois se sont bien amusés aujourd'hui. Qu'en pense Faust?
stefaneicher 009.jpg

00:33 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : m2, stefan eicher, photo | |  Facebook |

18/09/2008

En attendant le métro

blonaybernina 114.jpg  ... M2 inauguré ce jour, un regard nostalgique et un peu dépité sur les "restes" de son prédécesseur. Mis hors service en janvier 2006, ce matériel à crémaillière sur voie à écartement normal est à nouveau disponible pour d'improbables intéressés.

"La Ficelle", reliant Lausanne au Port d'Ouchy a été inauguré le 13 mars 1877, ce qui en fait le premier funiculaire de Suisse. Véritable prouesse technologique qui sert également au transport des marchandises. Deux ans plus tard, le "Lausanne-Gare" permet le transbordement des wagons vers le nouveau quartier industriel du Flon.

En 1949, le raccordement direct du Flon à la gare marchandises CFF de Sébeillon signifie l'abandon du transit des wagons. En 1954, la nécessité de renouveler le matériel roulant conduit à remplacer le funi de Lausanne-Gare par une crémaillière exploitée en navette.

En 1958, c'est au tour du Lausanne-Ouchy d'être modernisé. "La Ficelle" devient métro. Des tracteurs de 630 CV, qu'on devrait plutôt appeler "pousseurs", animent les rames sous une ligne électrique de 650 V continu. Matériel qui aura donné de fidèles et loyaux services durant près de 50 ans. Depuis 1991, le LO est en correspondance avec le TSOL (Tramway du sud-ouest lausannois) dénommé M1

blonaybernina 117.jpg
blonaybernina 115.jpg

 

11:57 Publié dans ferrovipathes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : m2, lo, funiculaires | |  Facebook |