28/10/2010

les vélos à Lucens

Une petite erreur de ma part: la toute dernière séance pour voir C'était hierau cinéma Apollo de Payerne, c'est ce dimanche à 11 heures. Sinon, c'est au Rex d'Yverdon ou au Bio de Carouge (une belle salle).

L'erreur étant réparée, une belle image tirée du film pour illustrer une séquence d'anthologie.

vélos.jpg
Ah! L'école de section et le formel des cyclistes. Ordre et discipline; la meilleure troupe de la future "meilleure armée du monde". On comprend pourquoi nous avons été épargnés par l'envahisseur. Y aurait-il d'autres raisons? Par exemple ces "boussoles" pour V2 fabriquées à la manufacture de pierres de Lucens et qui, c'est fort heureux,  sont rarement parvenues aux véritables destinataires...
Une autre chose me turlupine. On sait qu'une vieille pille de photos oubliées sont à l'origine de ce film. Pour la beauté du récit, elles ont été retrouvées dans le donjon du château. Pour la cohérence, on apprend qu'elles avaient oubliées dans une échoppe en faillite dont le client distrait (ou le propriétaire) aurait été un certain Jacques Thévoz.
Serait-ce Jacques Thévoz dont la BCU fribourgeoise conserve la précieuse collection? Hormis ses très beaux clichés, on ne connaît guère la vie de ce grand photographe au destin tragique. Roger Diesbach lui a rendu hommage dans l'ouvrage qui lui est consacré.

17/06/2008

Images muettes

43258453.jpg

 

Automates que l'on trouvait sur les quais de gare dans les années cinquante et qui pour 20 centimes montraient de petits films aux images saccadées. Films de Charlot... en 8 mm selon un procédé Baur de Stuttgart. Comme on peut le constater sur la photographie de Jacques Thévoz, le visionnement relevait de l'acrobatie. Et quand la maman voulait aussi voir les images, la séance s'achevait bien trop rapidement. Frustrant la distraction sur le quai I. Heureusement, il y avait les trains! Est-ce ainsi que nous sommes devenus ferrovipathes?

Jacques Thévoz a vendu son fonds photographique à l'Etat de Fribourg en 1980 (80 000 clichés et quelques films pour 20 000 francs!). La photo ci-dessous figure sur la couverture de l'album que la Bibliothèque cantonale lui a consacré.

La photographie transforme les rapports de l'homme et du monde sensible, les accroît considérablement.

(d'une lettre de Jacques Thévoz à Charles-Henri Favrod)

1558379826.JPG