16/09/2013

Albert Jacquard

albert jacquard.jpg

1925 - 2013

La librairie francophone (La Première, samedi 21 septembre, à 17h) reviendra sur la carrière du grand savant et humaniste. Ayant publié plus de cinquante ouvrages, "il restera dans nos mémoires"...

Dans la mienne en particulier pour des raisons bien singulières et aléatoires. Souvenir d'un vieil auditoire à l'université de Genève où de rares étudiants tentaient de suivre, plutôt mal que bien, un cours d'anthropologie humaine. A ma droite un "vieux monsieur" semblait y prendre goût.

Albert Jacquard sera nommé professeur invité de l'université. Il venait de publier, à 45 ans,  Structures génétiques des populations (1970). Bref, un étudiant fort différent de nous autres égarés dans le champ de l'histoire économique. A la fois différent et semblable...

Cette vivacité du souvenir me frappe. Certes, la médiatisation du personnage a contribué à la persistance de cette image, sans doute renforcée par son profil singulier, conséquence physionomique d'un drame de la route en 1934 où il perdit un frère et ses grands-parents.

Rayonnement d'un regard--- A propos de cette rencontre (silencieuse), j'ai envie de parler de résilience en tant que processus permanent. D'abord, ce brillant mathématicien et polytechnicien perdu dans sa tour d'ivoire, ensuite le généticien de pointe (à l'âge de 45 ans), enfin le vulgarisateur et le  philosophe humaniste engagé dans l'action sociale que l'on connaît.

Dont voici une citation: "Il faut prendre conscience de l'apport d'autrui, d'autant plus riche que la différence avec soi-même est plus grande."

C'est ainsi que le monde est petit. Paul Bairoch autre grand savant en étudia les victoires et déboires. Son fils Amos s'illustre dans le recensement des protéines. Elles jouent un rôle déterminant dans l'ADN et la génétique humaine. Rien ne se perd; une boucle est bouclée !