04/03/2014

NINO ROTA

Le Copier-coller et une des bases de la vie, pratiqué par les parents pour nous élever, les enseignants pour leurs cours et les journalistes ou reporters qui nous tiennent chaque soir par millions devant notre télévision pour les infos.

Après cette assertion, bien entendu copiée, il faut que je vous dise que madame Michu de Payerne se mord les doigts d'être restée scotchée devant sa télé l'autre jeudi soir. Si les absents n'ont pas toujours tort, ils doivent cependant bien regretter d'avoir manqué la conférence sur un des plus grands musiciens du siècle passé.

 C'était au GYB, Faye Corthésy, ancienne et "brillantissime" (selon ses profs) ancienne élève du gymnase de la Broye a captivé le public dans une leçon magistrale sur la fonction de la musique dans le cinéma d'auteur. La jeune historienne du 7e Art a su montrer au travers d'extraits de films (et quels films!) le rôle complexe de la musique dans la narration. Si Nino Rota a écrit les plus belles pages de Fellini et de Visconti, c'est encore le musicien de plus de 150 films...

 

cinéma,rota,fellini,coppola,payerne,gyb,faye corthésy

Nino Rota 1911 - 1979

 Jeune prodige, son premier oratorio fut joué à Rome et à Paris alors qu'il n'avait que douze ans. Sur les conseils d'Arturo Toscanini, il poursuivit ses études de compositeur aux USA. Si certains airs sont devenus célèbres, notamment en tant que sonneries de portables -ultime consécration pour un génie (! ) - ses opus de musique de chambre sont aussi nombreuses qu'inconnues.

Le pianiste Lorris Sevhonkian a ravi le public, hélas clairsemé, en interprétant valses et préludes de Rota. Pièces rarement jouées qui demandent ûn grand talent. Vraiment !

Pour consoler madame Michu et émouvoir le grand docteur Martin, blogueur à ses heures et, comme moi fan de Pretty Woman, voici un extrait magistral  du Padrino de Francis Ford Coppola. A pleurer...

x

 

cinéma,rota,fellini,coppola,payerne,gyb,faye corthésy

25/09/2008

Saveurs revisitées

   Retour sur ma note précédente suite au reportage de Rémy Gilliand (du bon travail) dans La Broye de ce jeudi. On y apprends que les étudiants ont payé 8 francs pour la dégustation. Moi qui croyais que c'était offert...

L'hebdomadaire nous apprend que le livre Saveurs de la Broye magnifiquement illustré par les élèves est disponible au GYB(026 662 01 01; info@gyb.ch) et qu'il ne coûte que 11 francs; ça vaut le coup! Les jeunes ont recherché les recettes du terroir. Dans le cadre d'un cours de français, elles ont été réécrites de manière originale parfois en verlan. Part belle aux desserts. Variation sur une tarte aux pommes: "Si t'as pas de mepom, tu fais avec des repoi. Bois du thé, du café ou du dreci avec!"

saveurs.JPG
Un truc tangible dans une Semaine du goût qui a été ternie dans mon esprit. Ma maman m'a dit qu'on ne devait pas jouer avec la nourriture. Ainsi le record (du monde!) consistant à faire basculer 10 000 biscômes à Saint-Gall. Il appartint à notre Ministre des finances de déclencher cet effet-domino après une semaine folle dans le monde des finance. La suite est malheureusement connue. Circonstances fortuites bien sûr, où le stress intervient et dans lequel je perçois un psychodrame qui continue à me troubler.
Enfin, une fausse bonne idée: le pari de ce jeune Français de n'utiliser que des produits provenant d'un rayon de 500 km pendant un an. Adieu thé, café, bananes mais un suivi médical annoncé. 15 secondes sur M6 à oublier de suite! 

23:49 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gyb, semaine du goût | |  Facebook |