08/12/2011

Guisan, la star de trop

Vous avez bien lu! Bien qu'il ne s'agisse pas d'engager ici un débat idéologique à propos du "Romand du siècle" cher à Jacques-André Haury. Notre Général (qui ne jouait pas dans les mêmes ligues, ni avec les mêmes règles que les marxistes et fascistes au pouvoir) a donc été élu personnalité du siècle par 12 000 téléspectateurs.

On peut donner raison à Monsieur Haury: "le bon sens" a triomphé. Résultat par ailleurs prévisible pour une émission dans la même tranche horaire que les Coups de coeur d'Alain Morisod.

Cela permet à L'illustré de proclamer en couverture Guisan star éternelle. Evidemment, ça en jette...

trio2.jpg

 

Maintenant la photo. Qui me permet de préciser mon propos.

La star de trop, c'est l'étoile sur la collerette de l'uniforme. Je crois même qu'il y en a deux de trop ici, rajoutées par un photoshopeur avant l'heure.

Une photo d'avant la Mob, améliorée après 1940...

Un tripotage découvert par un photographe du Musée de l'Elysée et qui s'explique par un changement de réglement sur l'habillement militaire en 40; lors de la suppression du col montant, le Général avait été doté d'une étoile supplémentaire!

trio4.jpg
Sur cet original de Hans Steiner, 24 Heures nous avait  fourni les raisons du trucage:
Un détail de l'histoire, guère plus important que celui de la couleur de la cravatte de Pierre Yves Maillard...
N'empêche, Photoshop peut conduire à des dégâts irréversibles. Je pense à la dernière photographie de Jacques Chessex (également une couverture de L'Illustré) qui se voit affublé d'yeux marrons. Un accident qui constitue une insulte à ceux qui l'ont connu, à la limite de la fraude documentaire.
Si l'on trouve des aliments sans colorants et sans additifs, le magazine sans images modifiées (pub comprise) n'est pas pour demain. Pourtant l'image de la femme et certains problèmes de santé s'en porteraient mieux. Mais c'est une autre histoire!

01:50 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : guisan, l'illustré | |  Facebook |

20/04/2010

L'autre général

Extrait de la FEUILLE D'AVIS DE LAUSANNE du vendredi 8 avril 1960, au lendemain de la mort d'Henri Guisan.

"Henri Guisan, né à Mézières, apès avoir suivi l'école primaire de ce village, s'en vint au Collège classique, puis au Gymnase de Lausanne.

C'est là qu'il eut... Mais laissons-lui la parole:

Le Général: - Parmi mes camarades, je crois qu'il y en a un qu'il est particulièrement indiqué de signaler. C'est le camarade à côté de qui j'étais sur les bancs du Gymnase, décédé maintenant, le général Voruz (ou Voruze, pour prononcer ce nom à la française), dont la famille est originaire de Moudon.

M.Gafner: - Deux généraux dans la même classe en Suisse, c'est assez rare!

Le Général: - Futurs généraux! Nous étions toujours ensemble. Je dois dire qu'il a fait une brillante carrière dans l'armée française et qu'il est malheureusement décédé il y a quelques années...

 

Des propos recueillis lors d'un entretien à Radio Lausanne en 1953 !  Mais retrouver les traces dans la postérité de "l'autre général" , Robert Voruz, est une autre paire de manches!

Les Moudonnois  ont consacré une rue, dans un nouveau quartier près de Grangeneuve, au contemporain d'Henri Guisan. Robert Voruz a été l'attaché militaire français à Londres avant la Seconde Guerre mondiale. Pour en apprendre plus, il vous faudra consulter les archives de l'histoire militaire britannique.

DSC_0001.jpg