25/01/2014

AIR de rien, AIR14

C'est les soldes. Aussi sur mon blog! Je retrouve cette image appartenant aux archives de  la ville de Payerne. Souvenir d'un meeting aérien qui n'avait pas tenu ses promesses. Deux avions, dont celui de Grandjean, ne parvinrent pas à s'envoler. De là, les deux bonnets d'âne. Failloubaz, décollant d'Avenches arriva sur le terrain du meeting. Apeuré par les mouvements de la foule, il reparti séance tenante. Remboursez! cria une foule frustrée, témoin de ces balbutiements de notre aviation Le comité d'organisation prit la poudre d'escampette...

Que demande le peuple? Et qand le spectacle n'est pas à la hauteur, il se fâche!

Les 20 000 spectateurs qui assistèrent, en 1910,  au calamiteux et pitoyable meeting aérien de Payerne s'en retournèrent fort marris. En particulier les 12 000 voyageurs venus en train spécial depuis Lausanne, Berne et Genève qui devront supporter la cohue et sa mauvaise humeur. DSC_0102 - Copie.jpg

104 ans plus tard, cela devrait se passer autrement. Les enjeux sont de taille. L'aérodrôme de Payerne accueillira plus de 400 000 spectateurs au cours de deux weekends. Le grand meeting, célébrant notamment le centenaire des Forces aériennes suisses, se déroulera les 30 et 31 août ainsi que les 6 et 7 septembre 2014.

Les CFF qui ont l'exclusivité des préventes de billets mettront en oeuvre une importante logistique pour accéder à AIR14. Des portails sont prévus à Fribourg, Yverdon, Palézieux et Kerzers. Des navettes achemineront ensuite  les voyageurs vers des gares ad hoc proches du meeting. Les billets devront être réservés à l'avance. Les transports publics seront contingentés (une première suisse!). Sur la route, les bouchons seront inévitables...

 

air14,aviation,payerne,pionnier,broye,failloubaz

 

14/05/2010

La dernière Demoiselle

DSC_0021.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cette réplique de la Demoiselle No 20 conçue par le génial Santos-Dumont, premier avion acquis par Ernest Failloubaz a fait l'admiration des délégués de L'Aéro-Club de Suisse le 13 mars dernier à Avenches.

Le monoplan construit en France par le pionnier et ingénieur brésilien fut sa dernière création pour laquelle il ne déposa jamais de brevet. Il estima que l'ère des précurseurs était terminée. De nombreux pilotes firent leurs premières armes sur ce type d'avion; on les appelait "les demoisellistes".

Se basant sur des photos d'époque et des archives de toutes sources accessibles, René Mouret de Villarsel-le-Gibloux a reproduit cet avion très léger en à peine deux ans. Au lieu du moteur Clément-Bayard d'origine de 20 CV, il est doté d'un propulseur moderne pour ULM. Comme le mode de construction ne correspond plus aux normes actuelles, il ne peut voler en Suisse. Il correspond toutefois aux normes internationales.

DSC_0037.jpg
René Mouret a toutes les raisons d'être fier de son aéroplane, une des pièces de résistance au CentenAir de Salavaux.
Présentation  élégante et conforme à l'esprit de 1910 !
IMAGE1.JPG
photo de Roland Garros empruntée au bel ouvrage de Philippe Cornaz, L'aviation suisse romande (2009).

10/05/2010

CentenAir 2010 à Salavaux

CENTENAIR.JPG

 

Le 10 mai 1910 marque incontestablement le début de l'aviation suisse, son premier volet.

Volet, ce n'est pas le diminutif de vol... Mais le premier avion de construction suisse, celui de René Grandjean, décolla, prit son envol et atterri sur le terrain de l'Estivage à Avenches.

Aux commandes, le gamin volant Ernest Failloubaz (il avait 17 ans à peine et n'avait jamais volé).

"Ce fut un petit vol, mais un vol parfait".  On peine à croire ces jeunes gens. Du reste, personne n'a vu.

Alors, ils convoquent un photographe et leurs amis pour le 15 mai , soit cinq jours plus tard. Ils veulent faire homologuer leur réussite et c'est Grandjean qui décollera cette fois.

L'avion roule, décolle admirablement, monte à 25 mètres... mais soudain il se dresse, puis pique du nez avant de retomber au sol, la queue en l'air. Ejecté, le pilote est indemne mais l'avion est démoli.

Le début d'une histoire. Pour continuer à voler, Failloub'  se rend à Paris et fait l'acquisition d'un petit avion de sport neuf, "La Demoiselle" de Santos-Dumont.

Un Blériot, plus puissant suivra bientôt.

Grâce à quelques passionnés, il sera possible d'admirer ces machines volantes, ou du moins leur reconstitution grandeur nature, le week-end prochain à Salavaux.

DSC_0010.jpg
La réplique du Blériot XI, apte au vol, dispose encore du moteur et du train avant d'origine.
On pourra également admirer une réplique de La Demoiselle, construite en un temps record par René Mouret. Avion que l'on a déjà pu voir à Avenches, il y a deux mois.
DSC_0024.jpg
Le tableau sera complété par une réplique du Grandjean. Et puis, un nombre impressionnant de vols à basse altitude:
dirigeable, DC 3, Antonov 2, Beech 18, Fieseler Storch, ...
Acrobaties avec le "swiss bücker squadron", stands de souvenirs et autres divertissements pour petits et grands...
Programme complet sous www.aviongrandjean.ch
tecla 071.JPGDans l'esprit pionnier de la manifestation, présence de l'homme volant Yves Rossy, fusion man ou jetman qui renouvela l'exploit de Blériot en traversant la Manche avec ses ailes à réaction.
 
Avenches est considéré comme le véritable berceau des "ailes helvétiques".
Petite madeleine pour les amateurs, son Office du tourisme dispose encore de quelques exemplaires de l'ouvrage paru après le cinquantenaire des événements:
Pilote No 1... ou le gamin volant
Henri Sarraz
Imprimerie cornaz, Yverdon, 1964
DSC_0042.jpg