26/02/2012

Brandons 012

La population a chaleureusement accueilli le président du Gouvernement vaudois lors de la 117iéme édition des brandons. Le charme de Pascal Broulis  n'a pas manqué d'agir sur les belles payernoises !

2012 01 26_0479.jpg
La presse avait annoncé, pour le cortège des enfants, la présence du Conseil d'Etat "presque in corpore" . Encore une de ces formules creuses et exagérées de journaliste. A vrai dire, ils n'étaient que trois. En pleine forme, c'est vrai, grâce à la sémillante Jacqueline de Quattro.
Sémillant... poncif, involontairement sexiste. Passons...
Trois sur sept, cest du "presque", en dépit de la présence du ministre de l'économie. Pas étonnant que l'Abbatiale aie fermé son oeil - gauche!- pour la circonstance !
2012 01 26_0450.jpg
Voyons plutôt le cortège et de bien jolis minois
2012 01 26_0511.jpg
2012 01 26_0497.jpg
2012 01 26_0498.jpg
2012 01 26_0503.jpg
Craquant, surtout que le spectacle est aussi dans les spectateurs.
2012 01 26_0486.jpg
Deux frères pensifs :
2012 01 26_0489.jpg
2012 01 26_0493.jpg
De mars ou de vénus, les demoiselles ?
2012 01 26_0463.jpg
Les brandons de Payerne, ce sont aussi les barbouilleurs de vitrines avec leurs inscriptions plus ou moins absconnes absconses du genre nos vendeuses sont des taupes-model. Quand la boutique se prénomme Spirit of Style, l'inscription tombe sous le sens...
2012 01 26_0454.jpg
Enfin, un barbouillage payernois (permanent) qui aura sans doute échappé à monsieur Broulis et qui pourrait éventuellement intéresser l'Administration fédérale des contributions. L'enseigne mentionne encore que l'on y parle le portugais (valeur s'y écrit sans doute Vale). Pour ls coordonnées  de ce faiseur de
 décale-rations d'impôts, prière de s'adresser à la rédaction de La Broye, toute proche.
gel2012 037.JPG

13/12/2011

Les joyeusetés de l'impôt

trio3.jpg D'abord cette citation de Patrick Aebischer:"De la Grèce antique au monde globalisé du XXIe siècle, Pascal Broulis ne raconte l'impôt qu'en apparence. C'est la démocratie qu'il salue, à petites touches, comme un peintre impressionniste."

L'Impôt heureux en 150 anecdotes du Grand argentier caracole en tête des meilleures ventes en compagnie de Stéphane Hessel. Plutôt bon signe par les temps qui courent...

A glisser sous le sapin, à l'attention du grand nombre estimant payer un lourd tribut.

Anecdotes parfois croustillantes, voire piquantes lorsqu'elles égratignent un certain guérisseur d'un canton voisin. L'auteur est évidemment bien documenté grâce aux nombreux contribuables contributeurs (nommés à la page 128).

Attention, le dernier Broulis illustré, ce n'est pas l'Almanach Vermot! En partageant ses convictions vert sur blanc, le président du conseil d'Etat vaudois réussit fort bien à nous faire avaler la pilule. C'est par ailleurs une bonne médecine préventive contre les multiples taxes incitatives ou dissuasives à l'étude et qui ne feront qu'alourdir  la situation des familles et des entreprises...

L'impôt se doit être le garant des équilibres sociaux. Très zen, notre ministre des finances:

pour imager l'impôt "... je tiens beaucoup à la représentation de deux mains, l'une baptisée "prélèvements", l'autre "prestations". Lorsqu'elles se joignent, elles se recouvrent exactement. Arriver à cette correspondance est ma mission. Si "prélèvements" perd une phalange, "prestations" doit en perdre une aussi, si "prélèvements" grandit, "prestations" peut grandir aussi."

A l'ère des dettes souveraines, y en point comme nous? Comme le dit ce matin Morningbull: si vous avez de vieux billets de 500 francs français, gardez les, ça peut devenir très tendance...

Enfin, une belle critique de l'ouvrage de Broulis par Marc-André Miserez, swissinfo.ch 

 

 

17/11/2011

SucréSalé

entree-creperie.jpg
J'ai (parfois) de la suite dans les idées. Ici, l'actualité me tend une perche et même un scoop. La crêperie SucréSalé de la rue de Lausanne à Fribourg vient d'obtenir le Prix de l'éthique 2011 décerné à cet établissement nouvellement créé. Le prix a été remis par Pascal Broulis himself.Une insigne distinction pour une petite coopérative, sachant que cet honneur a été simultanément attribué à Swisscom et à Migros !
Grâce à un encadrement socio-professionnel de qualité, l'établissement a pu offrire un emploi à une cinquantaine de personnes en difficulté et de les (ré)intégrer ainsi dans le monde du travail.
La philosophie du restaurant privilégie aussi les produits locaux et le développement durable. Internet vous donne tous les tenants et aboutissements ainsi que, bien entendu, la carte des mets. Comme il est un peu difficile à trouver, voici son URL:
Un local sympathique dans une rue piétonnière qui tend à reprendre des couleurs et à qui on peut souhaiter longue vie !