20/09/2012

Montée historique du Marchairuz

Une splendide manifestation à l'honneur des anciennes gloires de l'automobile ayant suscité l'enthousiasme tant des participants que des spectateurs.

Et quel spectacle! Jamais on n'a vu autant de Bugatti en action... Occasion unique de faire rouler des mécaniques d'exception. Manifestation gratuite avec même un bus navette pour accéder aux endroits les plus spectaculaires.

2012 09 16_1908.jpg

Les fameuses E Type de Jaguar bientôt quinquagénaires

2012 09 16_1888.jpg

2012 09 16_1889.jpg

Le président d'honneur Georges Gachnang avec le casque offert par son petit-fils Sébastien Buemi. Il avait construit sa Cegga-Maserati "pour battre les Suisses allemands". Objectif atteint avec le meilleur temps absolu de cette montée en 1967, après Heini Walter, Karl Foitek, Charles Vögele...

2012 09 16_1943.jpg

 Une très belle Cooper T 53 sur laquelle John Surtees fit ses premières armes en F 1

 

2012 09 16_1918.jpg

Egalement de 1961, la Lotus F 18 de formule1 (1500cc, 150 CV). Siffert a bien connu cet habitacle dans sa deuxième monoplace. Un fameux chassis décliné à 150 exemplaires.

 

2012 09 16_1924.jpg

2012 09 16_1919.jpg

Carrera 6, Miura, Iso Grifo aux lignes emblématiques...

2012 09 16_1903.jpg

2012 09 16_1902.jpg

Une Ferrari 250GT, chassis court de 1962, qui fait bien des envieux...

2012 09 16_1904.jpg

Une flopée de calandres en fer à cheval !

2012 09 16_1946.jpg

Last, but not least, c'est vraiment le cas de dire, après Beverly Hills, dans le Jura vaudois, cette MCLaren MP4-12C présentée par Jean-Jacques Thuner, un pilote qui s'est illustré dans les rallyes internationaux en compagnie de John Gretener dans les années 60 ( John incidemment pilote d'une A.C. Bristol au Mans 1960 avec André Wicky et Georges Gachnang).

2012 09 16_1907.jpg

 Avec les 600 CV de son 3,8 L biturbo, cette McLaren devrait mettre d'accord les Ferrari et autres supercars. Issue en droite ligne des technologies de la compétition, la voiture dispose d'un cockpit en carbone pour la sécurité des occupants. Parmi les autres features, on notera le steering brake, agissant sur les roues arrières pour empêcher les survirages. Un truc que l'on trouvait déjà sur les monoplaces Maserati des années 20: un immense levier permettait de bloquer la roue AR droite: efficace sur les terrains meubles; les circuits tournaient toujours dans le sens des aiguilles d'une montre...

Une merveille de machine à 270 000 francs!

 

19/08/2012

Jubilé de l'oldtimerclub de Fribourg

2012 08 19_dudingen_0564.jpg

L'Oldtimerclub Freiburg a marqué son jubilé (trente ans après sa fondation) en exposant ses plus beaux véhicules à la Patinoire de Guin.

Des carrosseries rutilantes. C'est pas un cliché mais plutôt un euphémisme: ça brillait plus qu'au Genferautosalon ! 

Et l'ambiance musicale était garantie dans le plus pur style de Schagerparade.

2012 08 19_dudingen_0543.jpg
2012 08 19_dudingen_0545.jpg
La cigogne légendaire emblème des Hispano-Suiza
2012 08 19_dudingen_0575.jpg
2012 08 19_dudingen_0573.jpg
Ca brille! Remarquez les tapis destinés à recueillir les inévitables gouttes d'huile des pur sang.
2012 08 19_dudingen_0574.jpg
2012 08 19_dudingen_0555.jpg
2012 08 19_dudingen_0569.jpg
2012 08 19_dudingen_0579.jpg

07/04/2012

Show must go on

Si le titre peut paraître incongru, il est néanmoins de circonstance pour un Vendredi Saint. Surtout lorsqu'il est interprété par Queen...

Quant au commendatore de Modène, il a quand même quelques âmes sur la conscience (sept en formule 1). "Does anybody knowns what we are living for ?"

Alberto Ascari est mort au volant d'une Ferrari sport à Monza, en 1955, à l'âge de 36 ans. Tout comme son père disparu au même âge en 1925. Autre coincïdence: père et fils avaient chacun remporté 13 GP... et quatre jours avant leur disparition, ils ont été victimes d'un sévère accident. Le plongeon D'Alberto dans la Méditerranée à Monaco est resté gravé dans les mémoires.

Another heroe? Tous vulnérables. A la recherche du sens, les images qui suivent ne supportent pas de commentaire. Très crues, voire insupportables, le sublime chant de la prière de Dante ramène ces images à l' indicible essentiel.

Une minute (3.20'') d'hommage à notre "Seppi" qui s'achève sur une note d'espoir! Et puis cette longue séquence du miracle qui n'est pas advenu et qui pourtant parvient à nous surprendre, comme il y a  2000 ans...

 

 

La bonne nouvelle: il n'y plus eu de décès de pilotes de formule 1 depuis 1994.

Et beaucoup de raisons à celà. L'homme est capable d'apprendre... Je repense à un ancien texte écrit par le père de mon contemporain Jacky Ickx dont je me souviens seulement du titre: La Liberté de risquer sa Vie est aussi une Liberté. 

Dans cette liberté, il y a sans doute la sagesse d'accepter les choses que l'on ne peut changer (notamment les lois de la physique) et le courage de changer les choses que l'on peut. Exemple: Jacky refusant de prendre le départ des 24 heures du Mans (ou tout le moins cette forme de départ sous la forme d'un footing). Une contribution à la sécurité, au même titre que la révolte de Jackie Stewart apès son terrible accident à Spa-Francorchamps. En 1966, sa voiture s'était retounnée sur lui. Pas de service de sécurité, pas d'ambulance. Et quand l'ambulance arriva, elle ne trouva pas l'hôpital! Il a fallu que Graham Hill enlève la combinaison du pilote complètement imprégnée d'essence... Les voitures étaient de véritables bombes ambulantes.

Voitures et pistes plus sécures, direction de course à la hauteur. Trois éléments à améliorer et qui à eux seuls valent bien le titre de Sir décerné à monsieur Stewart. (il va sans dire, mais peut-être serait-il bon de le répéter, que ces trois éléments profitent également aux conducteurs lambda). 

Les images d'un enfer:

Circuit de Zandvoort, GP de Hollande, 29 juillet 1973.

zandvoort_73.jpg

 

Roger Williamson (devant) et David Purley, juste derrière se défoncent pour obtenir un bon résultat à bord de March 731 peu compétitives.

Quelques tours plus tard, c'est le drame. Williamson tape les rails extérieurs et se retrouve coïncé sous sa voiture qui prend feu.

David qui le suivait stoppe immédiatement et tente de lui porter secours. En vain ! Des millions de spectateurs, l’oeil rivé au petit écran vivent la mort en direct ! Horrifiés par ce spectacle macabre, ils partagent la rage impuissante de celui qui, désespérément seul montre l’exemple aux services de sécurité bataves totalement dépassés par l’événement.

Atroces images.  David Purley, les yeux brouillés de larmes, explique qu’il n’a pas pu retourner la voiture. J’ai vu qu’il était en vie, je l’ai entendu crier mais je n’ai pas pu renverser la voiture. J’ai essayé d’avoir l’aide d’autres personnes, si seulement j’avais pu retourner l’auto, nous aurions pu le sortir de là.

Roger était vivant. Les pompiers mirent huit minutes pour arriver sur les ls lieux de l'accident. Le malheureux meurt par suffocation. Dans le désarroi, la course ne sera pas arrêtée. Il est vrai que les concurrents, dans la fumée, voyant Purley sain et sauf, ont pu penser que c'était lui qui avait subi cette sortie de piste. 

 

Purley_Zandvoort_73.jpg
David Purley, d'une modestie exemplaire, sera lui aussi confronté à un cruel destin. Laurent Binon (à qui j'emprunte ces images) lui rend hommage sur automag.be . Quatre ans après son ami, il sort miraculé d'un incroyable accident à Silverstone. Après bien des douleurs, iIl finira par payer au prix fort son appartenance à la communauté des vivants.
Un miracle:
Accélérateur bloqué, lors des essais, Purley tire un tout-droit et aboutit dans un mur de protection. Sa voiture passe de 170 km/h à 0 sur 80 cm en une fraction de seconde, faisant subir à son plitoe une accélération de 170 G.
Jusqu'ici, jamais aucun être humain avait résisté à une telle pression. Le gentleman-driver s'en remettra après une longue période de souffrance.accident.jpg
La voiture après l'accident. Pour mémoire (sic!), le moteur se trouvait à l'arrière.

27/03/2012

Pic-Pic

 

pic-pic 016.JPG
A l'occasion de l'Oldtimer und Teilemarkt de Fribourg, le Swiss Car Register présentait une sélection des fameuses automobiles suisses Pic-Pic. Une performance sachant que seulement huit véhicules au monde ont été conservés.
Jamais autant d'exemplaires ont été réunis depuis l'Exposition nationale de Berne en 1914 !
pic-pic 013.JPG
La Pic-Pic 18 hp (1911) provenait de la Cité de l'automobile et Musée National de Mulhouse.
pic-pic 012.JPG
Pic-pic MIV, 4,3 litres, 20 hp (1914), carrosserie Gangloff "coupé chauffeur" de la Fondation Pictet
La maison "Piccard, Pictet et Cie" , célèbre pour ses études de turbines dont celles pour les chutes du Niagara, se mit à produire des automobiles des 1905, d'abord sous licence Hispano Suiza conclue avec l'ingénieur genevois Mark Birkgit et sous la marque S.A.G (Sociétè d'automobiles, Genève).
En 1909, l'usine produisit quelque 200 chassis sous la marque "Pic-Pic".
Ces voitures de luxe et d'une qualité hors pair ont été exportées dans le monde entier.
pic-pic 008.JPG
Léon Dufour, constructeur en chef, s'illustra dans la conception des moteurs sans soupapes garantissant une marche particulièrement onctueuse...
pic-pic 011.JPG
En 1914, 332 autos des marques S.A.G et Pic-Pic étaient immatriculées en Suisse (2e place derrière Martini). Le parc automobile était estimé à 6000 voitures, qui procuraient un travail à 3500 chauffeurs ! Fait remaquable, la valeur totale des exportations d'automobiles dépassait largement celle des importations  en dépit des taxes douanières élevées de l'étranger.
Notre industrie occupait environ 10 000 personnes. En dépit (ou à cause) de sa qualité, elle ne put se maintenir après la Première Guerre mondiale.
pic-pic 014.JPG
Perfection jusqu'aux détails !
pic-pic 009.JPG
La magnifique R2, moteur sans soupapes de 2,9 litres, un torpédo de 1920, enfin équipée de freins avant !
 

01/08/2011

Jubilé jubilatoire à Cossonay !

2011 07 31_0489.jpg
Cossonay a fêté dignement les 50 ans du Vétéran Car Club de Suisse Romande, VCCSR. On a pu admirer des véhicules antérieurs à 1961. Les 600 membres du club conservent, restaurent et font rouler un patrimoine impressionnant et passionnant !
2011 07 31_0490.jpg
Formules et protos des 24 Heures du Mans ont fait rugir leurs cylindres sur le circuit du centre vaudois du TCS. Le GP du 50e en nocturne en guise de bouquet final.
2011 07 31_0459.jpg
Exemplaires uniques, tel cette Lotus à moteur Wankel
2011 07 31_0464.jpg
Best of show, la JPP2 à moteur Ferrari patiemment réalisée par le carrossier local Jean-Pierre Pidoux, nommé le Rodin de la tôle. Un chef d'oeuvre qui a pris corps sur un modèle en bois 1:1 et sur cinq années de travail et de réflexion.
2011 07 31_0475.jpg
2011 07 31_0474.jpg
Chevrons ainsi qu'une Inaltera du constructeur-pilote Jean Rondeau qui s'est illustré à l'épreuve mancelle de 1977...
                                                                                        
2011 07 31_0482.jpg
2011 07 31_0478.jpg
Les trois INALTERA (comme le papier peint inaltérable du sponsor) terminérent l'épreuve dont celle de Lella Lombardi, la seule femme ayant marqué des points en F1... Au demeurant le meilleur résultat de tous les temps d'un équipage féminin au Mans!
2011 07 31_0483.jpg
2011 07 31_0450.jpg
10 CV DIN, 100 km/h et la tête sous les étoiles...
A voir aussi la galerie bien documentée: