25/09/2009

La dernière page du journal est arrivée

Parole de chanoine dans une cathédrale bien trop petite pour un géant. "La dernière page du journal est arrivée" pour Roger de Diesbach, journaliste debout "au balcon du monde".

Lui qui répétait souvent qu'un journaliste était un chargé de transparence envers son public. Le public le lui a bien rendu dans cette vive émotion qui transparaissait bien au-delà des portes de la cathédrale Saint Nicolas de Fribourg.

On ne compte plus les témoignages élogieux de consoeurs et de confrères dont il fut souvent l'exemple et le formateur. Le journalisme d'investigation répond à un besoin fondamental. C'est ce que j'ai pu ressentir devant l'émotion collective comme dans ces lignes du blog de soeur Claire-Marie:

Sa passion de justice, et l’élan pour rechercher la vérité, bloquait, pour quelques précieux moments, la maladie et la souffrance. Seul le silence du mystère de l’être humain pouvait répondre à sa volonté « to burn on till you burn out ! » Pour un monde plus humain !

 Par l'ironie du sort, nos derniers hommages à RdD ont été rendus un jour avant la disparition d'un journal gratuit. Rapprochement futile certainement. Il y juste un an, RdD  menait, avec un humour certain, la polémique "survivre face aux gratuits?". L'enjeu était ailleurs, au-delà de la crise et des impératifs économiques. Un épiphénomène en somme, quand il s'agit de hiérarchiser et de valider l'information.

Information payante dans tous les sens du terme. Lors d'une rencontre de RdD, j'ai saisi immédiatement sa méthode de travail empreinte de loyauté et la solidité de ces dossiers. Une vieille affaire, évoquée en quelques lignes dans son bouquin. Grâce à son réseau, il avait découvert un trafic international louche qui fera la une du Journal de Genève. Article qui donnera du travail à quelques juristes de la Confédération, je passe sur les détails, et qui au final, rapportera près de trente millions à notre AVS par l'entremise de la Régie des alcools.

Une question d'alcools frelatés en somme. Et comme le hasard fait parfois bien les choses, je viens  d'avoir confimation (plus exactement l'aveu) que Roger de Diesbach était bien le découvreur du pot aux roses. Malgré les réticences de l'autorité, Roger avait insisté pour publier son article. Par seul souci de vérité.

A propos vérité, cette histoire me semble révélatrice, confirmant l'assertion que les managers et dirigeants de tous bords (et sans doute tout un chacun) ignorent le 90% des choses qu'ils devraient savoir!

La presse d'investigation a de l'avenir. Et ça, ça doit se savoir!

Merci Roger !

RdD.jpg
(Keystone /TSR)

 

02:15 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : roger de diesbach | |  Facebook |

14/09/2009

"La photo finit toujours par exister"

La photo finit toujours par exister. Phrase admirable de Marguerite Duras, ...et la légende est tellement longue qu'elle est devenue l'Amant!

Entendue au micro tendu par Pierre Philippe Cadert (à réécouter). A première vue rediffuse demain , mardi 15 septembre, un entretien avec le photographe Willy Ronis disparu samedi dans sa 100eme année.

Admirable dans sa concision la phrase. Un instantané qui se révèlera plus tard, à un moment donné, on ne sait pas quand... Mais qui sera.  Je ne comprends pas, mais je comprendrai plus tard.

 Comme si le ciel avait voulu rendre hommage au doyen des photographes qui immortalisa en noir et blanc la vie quotidienne, mon Nikon s'inclina en  me jouant un drôle de tour (incompréhensible) en me sortant cette image incolore:

DSC_0012.jpg
Bon, sur le plan technique pas de mystère mais le ciel est resté étrangement vide!

16:12 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : willy ronis, duras, rsr, cadert | |  Facebook |

12/03/2009

JM par Olivier Roller

Image sans le son, son sans l'image. Photographie et radio sont complémentaires. Pierre Philippe Cadert nous a fait découvrir le travail du photographe alsacien Olivier Roller dans A première vue .

Le site de la RSR comporte quelques liens permettant d'approcher le travail de ce talentueux portraitiste.

Attendre le "bon moment" qui n'est pas le meilleur moment! Dégager le visage de son environnement...

Travail poussé à la limite, qui rappelle mais dans une certaine mesure seulement, les portraits (retouchés) du photographe lausannois De Jongh. On pouvait les admirer dans les années 50 dans des vitrines qui se trouvaient à côté du Théâtre municipal...

L'oeuvre poussée à l'extrême de Roller met à mal bien des idées reçues sur une photo réussie! Ainsi quand il déclare: "rendre la photo la plus pauvre et aussi la plus ennuyeuse possible".

(photo du site olivierroller.com  ; Moreau Jeanne)

pc-moreau-jeanne.jpg

 

28/08/2008

Presse futile

 111_edited.JPGPresse futile, presse inutile. Titre de l'ouvrage de Roger de Diesbach (Slatkine 2007) dont les 470 pages m'ont accompagné cet été. Mémoires d' un " baroudeur-vagabond curieux de tout" ... aimant aller au fond de choses. Une lecture qui permet de se plonger dans une histoire récente loin d'être achevée. Que ce soit sur la frilosité de la grande multinationale veveysanne ou celle de la Grande Muette, des articles actuels montrent que le journalisme d'investigation a encore un bel avenir. Certes, l'affaire Jeanmaire, ce n'est pas celle de Roland Nef...

Le terme de baroudeur, employé par Pierre Châtel dans la préface, me semble bien imagé. Dans une course cycliste, le baroudeur est celui qui fait l'animation et l'intérêt de l'étape et qui pourtant n'en tire ni gloire ni or.

On sait de quoi est fait le nerf de la guerre. Les lignes portant sur Edipresse, l'incontournable géant (page 465) sont devenues très actuelles...

En parcourant le quotidien auquel je suis abonné, je m'étais fait d'étranges réflexions. De quoi sera-t-il fait pendant le "creux de l'été" 2009 sans les quatre, cinq pages sur l'Euro ou les JO? Avez-vous remarqué que la taille des photos, mauvais présage, augmentait au détriment du contenu rédactionnel? Quant à la publicité dans la presse écrite, elle n'a guère profité de ces événements majeurs.

Le sondage lecteurs de 24 Heures de mardi 26 août confirme mon sentiment: les charmes de Pékin et du sport n'ont pas convaincu. Nous sommes des consommateurs captifs de la radio et de la télévision (merci Billag!). La presse écrite a du mal à garder ses abonnés (merci pour les gratuits!).

Que faire? Mettre un autocollant sur ma boîte à lettres "Pas de publicité" afin de sensibiliser les annonceurs qui, au-delà d'une vision à court terme trompeuse, ont aussi une responsabilité.

"La liberté de presse, soeur de la démocratie". Deux concepts à tendance hélas obsolète. A qui la faute?

Le devoir d'information, ce n'est pas ringard!

Selon notre auteur, les journalistes sont les chargés de transparence de leurs lecteurs.

RolleiiOne 022_edited.jpg Fribourg, 4 juin 2008

19:17 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : médias, edipresse | |  Facebook |

24/08/2008

Les enfants de la télé

La télé peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu'il s'agit de chaînes qui s'adressent spécifiquement à eux.

Cette phrase devra défiler sur l’écran des chaînes pour enfants, en France, dès le 1er novembre, décision du CSA – Conseil supérieur de l’audiovisuel français, qui publie un document énonçant clairement son avis défavorables aux chaînes de TV destinées aux enfants de moins de 3 ans.

La citation de mercredi dernier à Médialogues de la RSR. Je ne sais pas si une telle mise en garde aura plus d'effet que les warnings sur les paquets de cigarettes. Ayant des petits-enfants, la thématique ne me laisse pas insensible. En décembre 2007, Alain Maillard avait interrogé l'auteur du livre sur la question, ce qui m'avait incité à dire ceci:

"Les enfants regardent trop la télévision. C'est devenu un lieu commun. Encore faut-il s'interroger sur le contenu des programmes proposés aux enfants et ce q'il est convenu d'appeler suivre un programme de télé. Mon enfant n'est pas un coeur de cible, ouvrage de Jean-Philippe Desbordes qui vient de paraître (Actes Sud) s'interroge sur une véritable problème de santé publique au même titre que la malbouffe. Diète éthique et détiétique..."

Le zapping n'est pas un jeu (d'enfants!). Laissons nos gosses rêver!!!

seeteufel+flred 070.jpg

 

09:00 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : médialogues, tv, desbordes | |  Facebook |