15/01/2014

Au revoir là-haut

Le Goncourt, c'est fait! Le livre de Pierre Lemaître, c'est du lourd, dans tous les sens du terme. La mise en place de l'intrigue est assez longue, voire ennuyeuse à l'image des attentes absurdes des poilus dans les tranchées de 14-18. Des enterrés vivants vont tenter de prendre leur revanche. Les geules cassées, ça vous dit quelque chose? Au fil des inhumations et des exhumations rocambolesques, il faut s'accrocher... (Je n'ai pu m'empêcher de penser aux Pieds Nickelés découverts dans ma prime jeunesse.)

Lemaître sait écrire en maîtrisant avec art le roman noir. Dès lors, on a hâte de découvrir le dénouement! 566 pages de lourd, c'est pas vraiment dans la mouvance des textos actuels. Le bouquin pèse plus de 600 grammes (plus que l'Etre et le Néant de Sartre, livre dont Raymond Aaron avait dit qu'il avait obtenu tant de succès à la Libération parce que les bouchers, devant la pénurie de fer, l'utilisaient pour peser leurs rôtis).

Le Goncourt 2013 doit sans doute son succès au savant mélange entre réalité et fiction, documenté dans l'épilogue ou making of. Rappelons donc que le titre reprend la fin de la  dernière lettre de Jean Blanchard à son épouse. Il sera fusillé le lendemain, 4 décembre 1914, avec des camarades, pour prétendu abandon de poste   et pour l'exemple. Ces soldats seront réhabilités après des années de longs procès; les officiers ne seront pas inquiétés.

Si les ouvrages épais vous rebutent, la BD de Tardi  Putain de Guerre vous donnera une image du carnage. Egalement de quoi  voir avec un autre oeil les Monuments aux Morts et même la tombe du Soldat inconnu.

La Grande Guerre n'est pas finie (ne serait-ce  parce qu'elle fut à l'origine du fascisme et de la Seconde). Entre l'attentat de Sarajevo et la grippe espagnole, elle est singulièrement zappée dans les programmes d'enseignement.

Entre 10 000 et 14 000 Suisses se sont engagés volontairement dans l'Armée française dès le début des hostilités.

 Livre puissant faisant l'unanimité de la critique. Il y en a qui en veulent encore... Une citation de la ( première) Dame de France, mal à propos dans l'actualité, je le concède:

 "Ce livre-là, c’est certain, marquera l’histoire de la littérature. Il aurait pu compter 1000 pages supplémentaires que nous en redemanderions encore. Magnifique. »
Valérie Trierweiler, Paris-Match

Pardonnez.moi !

03/01/2014

Capitale des petits trains

Derniers jours pour admirer l'extrordinaire maquette de Jean-Michel Mayor. Cela se passe au centre sportif d'Oron-la-Ville, encore samedi et dimanche de 10 à 18 heures.

Un splendide réseau imaginaire de lignes secondaires s'étendant sur le Gros de Vaud avec de belles machines !

p7100lastpic 037.jpg

p7100lastpic 048.jpg

p7100lastpic 065.jpg

 

p7100lastpic 072.jpg

p7100lastpic 073.jpg

p7100lastpic 063.jpg

p7100lastpic 051.jpg

p7100lastpic 064.jpg

p7100lastpic 054.jpg

23:17 Publié dans ferrovipathes, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oron | |  Facebook |

31/12/2013

Réveillon

Bon Réveillon

à ceux qui s'apprêtent à festoyer, à ceux qui regrettent les bons moments, ceux qui pensent qu'il faudra bientôt un visa pour passer du 31 décembre au 1er janvier, à ceux qui trient leurs petits papiers et qui écriront et recevront des textos.

Bonne suite à toutes et à tous, en espérant que cela ne s'arrête pas demain. Comme Zadig, on dira: "Que la santé immortelle descende du Ciel pour avoir soin de tous vos jours !"

piaget.jpg

Jean Piaget dans ses petits papiers

19/11/2013

tout beau, tout neuf, le Vevey

Pour son retour, le Vevey retrouve son look de 1907. Pour son retour, le Vevey s'offre un bain de foule. C'est bien. Je ne fais que du copier-coller des titres du 25 octobre et de ce jour de votre quotidien préféré.

Compte tenu des révisions de 1953 et de celle de 2010, le navire aura parcouru plus de trois millions de kilomètres en un siècle. Témoin de notre savoir-faire industriel, le bateau Belle Epoque peut être fier de son mobilier. Ainsi,  le salon en marronnier a retrouvé sa splendeur et ses inserts de bronze.

vevey.jpg

(Christian Brun/24Heures) 

Joli travail. Quant à la technologie embarquée, elle ne laisse rien à désirer. Avec ses nouveaux moteurs, le Vevey est bon pour un siècle. 600 litres au cent (300 tonnes/560 passagers), c'est même plutôt écologique... ça doit faire moins de deux décis de fuel par tête de pipe pour la traversée Ouchy-Evian.

Donc, chapeau à la CGN !

cgn,abvl,vevey

bien vu par Michael Schwartz !

cgn,abvl,vevey

Invisibles les fils électriques. Il y en aurait plus que dans un airbus A-320. Le volant de timonerie a été remplacé par un joystick. Mais de là à ce que le capitaine pilote l'embarcation, voire deux, depuis son salon avec les avantages du travail à domicile, il y a une encablure que la compagnie ne franchira pas!

Ce n'est pas tout !

L'Italie attend. C'est la "sister-ship" du Vevey qu'il faut maintenant sauver pour profiter des appels d'offre et de l'économie d'échelle du Vevey. Grâce à l'engagement de l'association des Amis des Bateaux à Vapeur du Léman et à l'enthousiasme de son président Maurice Décoppet, c'est possible!

www.abvl.ch J'en suis et je vais casser ma tirelire...

Et pour ceux qui veulent voir, sachez que le Vevey navigue ces prochaines semaines entre Lausanne et Chillon les lu, ma et mercredi. Le bon plan pour se rendre au marché de Noël de Montreux. Horaire sur le site de la CGN.

00:28 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cgn, abvl, vevey | |  Facebook |

30/10/2013

Culture et revolver

Le poncif est connu: la culture, c'est comme la confiture; moins on en a, plus on l'étale !

Je ne vais pas dégainer le pistolet que je n'ai pas. Complètement désarmé, je le suis devant les nouvelles pages culturelles de mon quotidien (une double page). La confiture c'est la photographie qui s'étend sur  les deux pages.

Ainsi en ce mardi frileux, nous avons droit à 576 centimètres carrés pour un pyjama de ville "ridicool" avec en prime Rihanna et Brad Pitt(acisme). On pourrait croire qu'il s'agit d'un placement de produit. On n'y échappe pas : la diffusion de la littérature, des arts, du spectacle... passe obligatoirement par les agents de communication mâchant le travail des journalistes (réduits au chômage par l'exposition universelle et explosion de l'image)...

 

 

tamedia,24 heures,médias,bilinguisme,journalisme

 

Restent deux mots que deux journalistes se partagent. Un (4cm) pour Jeanne Moreau. L'autre pour Dieu et Claude-Inga Barbey, qui répondent au 021 861 04 75.

Je n'invente rien, je m'inquiète seulement. Je n'accuse personne. Difficile d'évoquer encore la diversité des médias dans un monde globalisé. Difficile de garder et de gagner des lecteurs pour un journal régional (sic) dans certaines conditions-cadre (Hum!). On économise comme on peut.

Wie sagt man "public cultivé " auf deutsch?

Condamné à faire les questions et les réponses, j'avoue mon ignorance. C'est n'est pas la Bildung qui évidemment n'a aucun rapport avec la Bild Zeitung.

Comme, je me méfie des conditions-cadre(s) des alémaniques en raison d'une différence plus profonde (mais surmontable) ; celle de la pensée linéraire du Nord et celle circulaire des latins. La première quadrillée (Kleinkarriert), la seconde restant, par opposition, problématique à maints égards.

Vieil exemple du temps où les personnes qui poinçonnaient les billets de trains s'appelaient Kondukteur outre-Sarine et contrôleur en deça. Heureux pays ayant su éviter le Zugfhürer. Quant au chef de train, il devait nous paraître peu démocratique!