11/08/2015

Une rose et un balai

 

IMG_0289.JPG

Voici un petit livre orange, mais quel livre! Michel Simonet est une figure familière en ville de Fribourg grâce à la rose fraîche attachée à son chariot de balayures. Le livre qu'il vient de publier, paraît-il foutraque ( c'est vrai que l'on peut le comparer à Marcovaldo d'Italo Calvino), est en passe de devenir un immense succès urbi et orbi.
 
Seulement ici, on est dans le réel et le vécu!
En de courts chapitres et quelques poèmes, ce père de famille nombreuse, votant parfois à droite parfois à gauche, nous livre une vision aigue de la cité contemporaine... et de son âme! 
 
C'est que l'homme en tenue orange est un fin lettré "Balayeur et fier de lettres! ". N'insistons pas sur ce qui paraît être un paradoxe, puisque l'écrivain nous conduit vers une humilité bienfaisante. Un homme heureux : voilà le succès du livre!
 
A la demande de ses enfants, il liste les trouvailles dans les poubelles, véritable inventaire à la Prévert! Notre garbatologue , qui ne s'affuble pas de références littéraires, cite toutefois des personnes ayant été magnétisées, envoutées par la ville  et l'on magnifiées en retour. En particulier Jacques Chessex et son Ce que je dois à Fribourg.
 
Lecture faisant, excusez du peu, j'ai pensé aux Essais de Montaigne.
Ceux de l'autre Michel sont plus accessibles, plus lisibles et plus actuels. Le balayeur, bon pied bon œil, est évidemment un anthropologue de premier plan! 

 

 

03/06/2015

LANDERON CLASSIC VIIIe année

Le vieux bourg du Landeron (NE) offre un cadre idéal à la rencontre de voitures anciennes, d'autant plus que le beau temps est quasiment toujours assuré.

Ce meeting annuel, fort éloigné des Concours d'élégances, des ventes aux enchères et autres raouts, se distance de tout esprit commercial. Ici, l'amitié se partage (de préférence en costume d'époque) sans considération de la longueur des capots ou du nombre de cylindres de la machine.

De plus en plus populaire, l'événement a sa place dans le calendrier: toujours le premier samedi du mois de juin. 

 

2014 06 07_4543.jpg

 

Un air de départ  en vacances dans la rue encombrée. Et un décor historique pour une vision rétrospective de l'automobile en Suisse.

En raison de l'absence de production indigéne, les barrières douanières, à l'encontre des pays voisins, s'ouvraient à la plus grande diversité des marques. De plus, en raison de son caractère alpin, la Suisse a été longtemps considérée comme un terrain d'exercice et un marché test des nouveaux modèles.

Diversité que l'on retrouve au niveau des collectionneurs et des fanatiques d'anciennes.

 

2014 06 07_4599.jpg

2014 06 07_4621.jpg


Rendez-vous donc le samedi 6 juin 2015 dans le vieux bourg du Landeron où quelque 180 voitures sont attendues.


www.landeronclassic.ch

 

 

 

 

 

x

2014 06 07_4557.jpg

x

 

 

31/05/2015

Vive le sport !

jeux_olympiques_de_la_jeunesse_zoom945.jpg

Le sport ça peut rapporter gros, surtout dans les hautes sphères. De nombreuses associations sportives internationales ont leur siège en Suisse. Que la FIFA, avec son matelas financier de 1,5 milliard, soit établie à Zurich, est désormais un fait établi qui a fait le tour du monde.

Bon nombre de ces associations bénéficient d'allègements fiscaux ou échappent totalement à l'impôt. C'est le cas du CIO et de ses nombreuses branches allant de l'aviron au volleyball en passant par la Fédération Aéronautique Internationale, le golf, le triathlon et le tobogganing...

De tels privilèges ne sont pas toujours compris. Ces associations, avec plus de 2000 salariés au total, rapportent bon an mal an plus d'un milliard à l'économie suisse. Et c'est Vaud qui remporte la plus grande part du gâteau, avec 550 millions, dont quelque 250 millions pour l'agglomération lausannoise.

Aigle accueille l'UCI, alors que la très actuelle UEFA se trouve à Nyon. Enfin, Mies abrite la Fédération internationale de Motocyclisme et celle du basket.

Selon Finanz und Wirtschaft du 30 mai qui rapporte ces chiffres, Lausanne est vraiment la capitale mondiale du sport!

 

17/05/2015

Walter Mafli centenaire

Bon, ça c'est fait! L'artiste dont les œuvres défient le temps qui passe a fêté ses 100 ans en compagnie de son ami Pierre Perret le dimanche 10 mai. Cela se passait à Lucens. En guise de mise en bouche, le dynamique centenaire avait donné le départ d'une course cycliste au Chalet-à-Gobet.

La passion du cyclisme a toujours animé le peintre (une vélocité qui transparaît dans la vigueur du trait et la perspective de ses paysages).

 Mafli, Payerne,Pierre Perret

Dans cette vignette, on le voit, en 2013, au départ d'une course de jeunes qu'il patronna.

La grande rétrospective de ses œuvres se tient à Payerne jusqu'au 25 mai. Il faut donc se dépêcher de la voir!

Un catalogue avec l'illustration de tous les tableaux a été édité à cette occasion. L'alternance des œuvres abstraites et concrètes permet de saisir l'apport de l'abstraction dans la mise en œuvre des paysages, notamment du Lavaux magnifiquement restitué.

 

Mafli, Payerne,Pierre Perret

Corsy, huile, 1976

 A noter que RTS UN diffuse ce  dimanche (11h20) le film de Frédéric Gonseth Walter raconte Mafli. Un DVD est également disponible au Musée de Payerne.

 

mafli,payerne,pierre perret

Enfin, une soirée de gala des 100 ans de Walter Mafli se tiendra à l'Hôtel des Horlogers du Brassus le 28 mai en présence de l'artiste.



 


07/04/2015

Que fête-t-on à Pâques?

Tout évolue. Selon un sondage du journal Coopération, seulement 66% des Romands savent qu'il s'agit de la Résurrection de Jésus. Pourcentage légèrement plus élevé chez les Alémaniques, concepteurs du dit sondage ou feiern peut se traduire par célébrer.

Gageons que si le questionnaire avait inclus le lapin de Lindt, voire du chocolat Frey, les résultats auraient été autrement biaisés.

La vraie question: que fait-t-on à Pâques?

IMG_0057.JPG