09/12/2007

Les 90 ans de Georges Haldas

Très bel hommage d'Espace2 diffusé vendredi 7 décembre autour d'une parole très forte qui gravite autour de nous. Ecrivain de la mémoire qui ne recourt pas à l'imagination dans une tentative "d'aller au-delà du visible sans négliger le visible". Quand on quitte un écrit de Haldas, le livre continue à parler.

Homme de radio aussi (250 émissions répertoriées). Un CD d'archives "Georges Haldas" peut être commandé au 840 222 123 ou sur le site www.rsr.ch

photo Alexandre Chatton/rsr

17:50 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

06/12/2007

My blog is my life

Une bouteille à la mer. Dans l'océan des rencontres de hasard. Tumulte des flots où je suis moi-même emporté. Perche tendue, filin de la bouée de sauvetage à celui qui est emporté et qui décide de nager vers le phare qui, peut-être le ramènera vers une côte hospitalière. Suivre le fil d'Ariane, seul repère dans les abysses de la mémoire. Oser toucher le fond. Résilier. (Un coup du sort est une blessure qui s'inscrit dans notre histoire, ce n'est pas un destin: Cyrulnik).

Autrement vu, ce pourrait être l'histoire du mec parti chercher un paquet de cigarettes et qui ne revient pas. Qui a lâché les amarres. Désir de fuite qui de toute façon le dépasse. Prudence d'abord dans la nuit. Ne pas se laisser emporter.

Tenir un journal de bord sur lequel sera marqué le point de non retour.Une telle invitation au voyage, n'est pas du propre mais du figuré.

Avant le départ, il faut d'abord plonger en soi. Donc ne pas partir au loin. S'ancrer en somme.

Période d'attente de l'Avent. Prétexte tout trouvé: s'ancrer dans le calendrier de l'Avent géant qui se joue dans l'espace-temps d'un village. Temps réel qu'il convient d'observer pour encore une fois ne pas fuir dans l'imaginaire et ses syrènes. Pour être sûr de ne pas fuir, la béquille de la photo.

Simple alibi, exercice thérapeutique, sans aucune volonté d'emboîter le pas des plus grands. A la limite, anthropologie de terrain qui sera ma vitamine. Errance de Raymond Depardon. Errance avec sa quête, sa solitude et sa peur. Sur la trace de R.D., dire comme lui:" ... cette errance est forcément initiatique... mon regard va changer...Cette quête devient la quête du moi acceptable".

12:38 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

01/12/2007

Midi Prologue

A l'heure du repas, le téléphone sonne. Un collaborateur de Marie-Hélène Miauton m'appelle. Sondage sur l'écologie et des personnalités romandes. Très actuel et un peu tarte à la crème. Malheureusement, je ne corresponds plus aux critères représentatifs: pas d'autres personnes entre 15 et 74 ans à qui causer.

Pas facile d'atteindre ceux qui sont partis faire leurs courses ou de déranger ceux qui mangent tranquillement en famille. Décidément, il y a trop de personnes seules dans ce pays.

14:19 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Quartiers d'hiver

«Chaque passion donne au monde une chance supplémentaire de briser les murailles d'indifférence derrière lesquelles l'humanité a pris ses quartiers d'hiver - une chance supplémentaire d'entrer enfin dans la ferveur.»
[ Christiane Singer ]

00:03 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

30/11/2007

Foutu Perrin que ce Perrin foutu

(2.2) ça dépasse le cadre géographique du blog et le poids des photos bénéficie au Matin. Constater que le Monsieur incarne la congruence, un mot qui fait cruellement défaut dans les dictionnaires et bien plus encore dans les parlements.Quant'au policier, il aura illustré l'unité de doctrine du corps auquel il appartient: le taser n'est pas un nouveau jouet. Point barre.

Sujet plus souriant, Sushama enfant adopté au sourire rémanant. La vie est belle quand elle vous coiffe et l'on se réjouit de la revoir au printemps à Frasses, à deux pas de la Rose de la Broye.

20:03 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |