19/12/2007

ACRITER !

"Avec acharnement", devise scout. Qui me sert encore en cette nuit de l'Avent. Je crois que le cri de ma troupe, c'était "Du cran!".

Il est cinq heures du matin et je tente en vain de décrire ma journée si particulière du mercredi 10 octobre 2007. Par une cruelle ironie, l'écran de mon ordinateur m'indique que la page est obsolète. Oh! que nenni!

Dire au moins ce qui s'est passé depuis. Difficile métier de vivre. Je pense plutôt à un autre ouvrage de Cesare Pavese: La bell'estate dont je parodie la première phrase:

Cet automne nous n'avons pas dormi.

Pour aussi, avant l'aube,  me souvenir de ce qui ne meurt jamais!

De ce samedi fort lointain et radieux au parc Mon Repos où Jacques Kropf nous faisait écouter sur un mange-disques Ne me quitte pas d'un certain Jacques Brel. Nous étions en culottes courtes. Jacques Kropf était notre QM.

04:33 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

14/12/2007

Panne sèche

Dans le voyage organisé - et le blog en est un! - les compagnons de route deviennent rapidement plus présents et partant plus intéressants que les paysages qui défilent.

Paysages, fenêtres, parfois miroirs que l'on peut retenir. Photographier, c'est défier la mort ou du moins retenir le temps qui s'écoule. C'est aussi un moyen de preuve témoignant d'un endroit identifiable sur lequel on s'est effectivement rendu...

... à un moment donné. Un petit voyage au soleil me ferait du bien m'a-t-on conseillé. Je ne devais pas fuir, me distraire mais au contraire faire silence avant de partir véritablement avec un objectif.

Ayant le pressentiment que quelque chose ne serait plus comme avant, je me suis mis devant mon ordinateur et j'ai organisé mon errance, de manière à bouger le moins possible, autour d'un lieu précis, à la fois très proche et totalement inconnu, et sur un calendrier précis.

Observateur neutre (!), ni window, ni mirror, dans une anthropologie de terrain en somme.

Sans ligne précise. Au début, le matériel fait défaut. Soudainement, le terrain nous oblige à redéfinir "l'objet de recherche", à changer de cap. A abandonner lorsque l'interprétation du vécu ne peut se faire à chaud. On ne s'improvise pas anthropologue!

Les images deviennent compromettantes, pas tellement à cause du droit à l'image mais du fait qu'elles nous éloignent plus qu'elles nous rapprochent du sujet.

Attendre des jours meilleurs. Encore une fois, une image me sauve et me ramène à mon lieu. Déposée ce matin dans ma boîte à lettres, elle est bien-venue et me projette au-delà de mon exercice compromis.

 

 

16:19 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Echec et mat

Pourquoi est-on parti? Ne pas revenir en arrière, sur le mobile.

Mal-aise.... Cela suffit. Marcher en évitant le "jour étouffant". Voyager léger, se laisser aller. Sans guide et sans mémoire. A l'abri des convenances, des jugements et des tergiversations. Avancer dans un couloir.

Se retrouver quand même sur un chemin de traverse menant nulle part. Admettre que l'on  est dans l'attrapoire. Tout voyage repose sur unnomansland prétexte et un bagage trop encombrant. Il nous emporte dans l'illusion et l'on revient tel que parti.

A moins que le voyage ne tourne court.

J'ai fait de mon errance, un "voyage organisé". Il faut d'abord éteindre son portable pour que le voyage se déroule. Renoncer au blog qui nous trahit plus qu'il nous aide. Outil trop commode, prétexte à de fausses confidences lancées dans l'infini du virtuel et du possible.

15:42 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

13/12/2007

Errance

Le petit livre de Raymond Depardon me sert de vademecum. Dès la première ligne:

"J'ai mal!...

C'est le début de l'hiver, un jour comme les autres, dangereux... qui laisse filer le temps."

Bise glaçante... Point besoin d'aller loin. Les lieux se ressemblent de plus en plus. Globalisation de tous les lieux. Errer: qui ne se fixe pas, qui s'égare. L'errance est une démarche solitaire.

Serions-nous tous devenus des errants? La relation à l'autre est devenue une préoccupation essentielle à l'ère de la communication et de la consommation. Errance, phénomène social majeur, au même titre que LES NOUVELLES SOLITUDES analysées dans l'ouvrage de Marie-France Hirigoyen?

 

corcelles sud 13.12.07

 

 

 

18:28 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

11/12/2007

Hollywood Bar

barUn bar avec pour seuls clients un chien, deux chiens. J'ai appuyé sur le déclencheur je ne sais plus quand ni ou, en passant, peut-être du côté de Nantes. Coca-Cola. Bar fermé depuis longtemps et bien loin du glamour.

23:42 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |