19/11/2013

tout beau, tout neuf, le Vevey

Pour son retour, le Vevey retrouve son look de 1907. Pour son retour, le Vevey s'offre un bain de foule. C'est bien. Je ne fais que du copier-coller des titres du 25 octobre et de ce jour de votre quotidien préféré.

Compte tenu des révisions de 1953 et de celle de 2010, le navire aura parcouru plus de trois millions de kilomètres en un siècle. Témoin de notre savoir-faire industriel, le bateau Belle Epoque peut être fier de son mobilier. Ainsi,  le salon en marronnier a retrouvé sa splendeur et ses inserts de bronze.

vevey.jpg

(Christian Brun/24Heures) 

Joli travail. Quant à la technologie embarquée, elle ne laisse rien à désirer. Avec ses nouveaux moteurs, le Vevey est bon pour un siècle. 600 litres au cent (300 tonnes/560 passagers), c'est même plutôt écologique... ça doit faire moins de deux décis de fuel par tête de pipe pour la traversée Ouchy-Evian.

Donc, chapeau à la CGN !

cgn,abvl,vevey

bien vu par Michael Schwartz !

cgn,abvl,vevey

Invisibles les fils électriques. Il y en aurait plus que dans un airbus A-320. Le volant de timonerie a été remplacé par un joystick. Mais de là à ce que le capitaine pilote l'embarcation, voire deux, depuis son salon avec les avantages du travail à domicile, il y a une encablure que la compagnie ne franchira pas!

Ce n'est pas tout !

L'Italie attend. C'est la "sister-ship" du Vevey qu'il faut maintenant sauver pour profiter des appels d'offre et de l'économie d'échelle du Vevey. Grâce à l'engagement de l'association des Amis des Bateaux à Vapeur du Léman et à l'enthousiasme de son président Maurice Décoppet, c'est possible!

www.abvl.ch J'en suis et je vais casser ma tirelire...

Et pour ceux qui veulent voir, sachez que le Vevey navigue ces prochaines semaines entre Lausanne et Chillon les lu, ma et mercredi. Le bon plan pour se rendre au marché de Noël de Montreux. Horaire sur le site de la CGN.

00:28 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cgn, abvl, vevey | |  Facebook |

30/10/2013

Culture et revolver

Le poncif est connu: la culture, c'est comme la confiture; moins on en a, plus on l'étale !

Je ne vais pas dégainer le pistolet que je n'ai pas. Complètement désarmé, je le suis devant les nouvelles pages culturelles de mon quotidien (une double page). La confiture c'est la photographie qui s'étend sur  les deux pages.

Ainsi en ce mardi frileux, nous avons droit à 576 centimètres carrés pour un pyjama de ville "ridicool" avec en prime Rihanna et Brad Pitt(acisme). On pourrait croire qu'il s'agit d'un placement de produit. On n'y échappe pas : la diffusion de la littérature, des arts, du spectacle... passe obligatoirement par les agents de communication mâchant le travail des journalistes (réduits au chômage par l'exposition universelle et explosion de l'image)...

 

 

tamedia,24 heures,médias,bilinguisme,journalisme

 

Restent deux mots que deux journalistes se partagent. Un (4cm) pour Jeanne Moreau. L'autre pour Dieu et Claude-Inga Barbey, qui répondent au 021 861 04 75.

Je n'invente rien, je m'inquiète seulement. Je n'accuse personne. Difficile d'évoquer encore la diversité des médias dans un monde globalisé. Difficile de garder et de gagner des lecteurs pour un journal régional (sic) dans certaines conditions-cadre (Hum!). On économise comme on peut.

Wie sagt man "public cultivé " auf deutsch?

Condamné à faire les questions et les réponses, j'avoue mon ignorance. C'est n'est pas la Bildung qui évidemment n'a aucun rapport avec la Bild Zeitung.

Comme, je me méfie des conditions-cadre(s) des alémaniques en raison d'une différence plus profonde (mais surmontable) ; celle de la pensée linéraire du Nord et celle circulaire des latins. La première quadrillée (Kleinkarriert), la seconde restant, par opposition, problématique à maints égards.

Vieil exemple du temps où les personnes qui poinçonnaient les billets de trains s'appelaient Kondukteur outre-Sarine et contrôleur en deça. Heureux pays ayant su éviter le Zugfhürer. Quant au chef de train, il devait nous paraître peu démocratique!

28/10/2013

Alaïss l'immortelle (profileuse)

 Son livre figure au catalogue FranceLoisirs parmi les auteurs suisses. Geny Laffite, née dans le sud de la France, a fait une carrière de danseuse-étoile. Cela se dénote dans son roman noir empreint de légèreté et d'optimisme. Un policier non-violent, où le merveilleux s'allie à la critique du fanatisme, ça peut se lire...

Peut-être pas le chef-d'oeuvre salué par la critique -même amateur!- , mais il y a de l'action, de quoi tourner un blockburster !

2012 09 08_1746.jpg

 (Le Livre sur les Quais, 08.09.2012)

 

... genres qui nous amènent dans le nouveau roman de Geny Laffitte où son héroïne, Alaïss, profileuse et dotée de dons exceptionnels, va être confrontée à une communauté vieille de plus de 2500 ans, « Les Arbazimes », qui pour se faire entendre et retrouver leurs droits et leur terre a choisi le terrorisme. Aux côtés de l'inspecteur Mathieu et de son équipe, nous voilà plongés dans une enquête mouvementée. Alaïss, échappant à un attentat, est kidnappée et doit déjouer les pièges d'un couple fanatique se faisant appeler le Maître et sa reine. La police est en effervescence. Un attentat est annoncé en plein coeur de Paris, mais où et quand ? Le temps presse. Aidée par des êtres chers, comme sa mère et « l'être bleu » dans le monde invisible, par ses coéquipiers, Alaïss va traverser un moment de vie unique qui l'amènera à se dépasser pour sauver des vies et défier la mort elle-même. Ce roman nous transporte d'une enquête policière aux frontières de ce monde invisible si cher à l'auteure. On se promène allégrement d'émotion en émotion ; l'extraordinaire et la folie des hommes se côtoient au rythme d'un écriture aérée et captivante.

Amateurs de littérature, le site www.babelio.com est un réseau social qui permet de classer vos livres et ceux que vous avez l'intention de lire. Les ouvrages sont accompagnés de notes et de critiques des internautes, parfois très élaborées et particulièrement ...critiques, notamment pour le récit précité!

 

 

16/09/2013

Albert Jacquard

albert jacquard.jpg

1925 - 2013

La librairie francophone (La Première, samedi 21 septembre, à 17h) reviendra sur la carrière du grand savant et humaniste. Ayant publié plus de cinquante ouvrages, "il restera dans nos mémoires"...

Dans la mienne en particulier pour des raisons bien singulières et aléatoires. Souvenir d'un vieil auditoire à l'université de Genève où de rares étudiants tentaient de suivre, plutôt mal que bien, un cours d'anthropologie humaine. A ma droite un "vieux monsieur" semblait y prendre goût.

Albert Jacquard sera nommé professeur invité de l'université. Il venait de publier, à 45 ans,  Structures génétiques des populations (1970). Bref, un étudiant fort différent de nous autres égarés dans le champ de l'histoire économique. A la fois différent et semblable...

Cette vivacité du souvenir me frappe. Certes, la médiatisation du personnage a contribué à la persistance de cette image, sans doute renforcée par son profil singulier, conséquence physionomique d'un drame de la route en 1934 où il perdit un frère et ses grands-parents.

Rayonnement d'un regard--- A propos de cette rencontre (silencieuse), j'ai envie de parler de résilience en tant que processus permanent. D'abord, ce brillant mathématicien et polytechnicien perdu dans sa tour d'ivoire, ensuite le généticien de pointe (à l'âge de 45 ans), enfin le vulgarisateur et le  philosophe humaniste engagé dans l'action sociale que l'on connaît.

Dont voici une citation: "Il faut prendre conscience de l'apport d'autrui, d'autant plus riche que la différence avec soi-même est plus grande."

C'est ainsi que le monde est petit. Paul Bairoch autre grand savant en étudia les victoires et déboires. Son fils Amos s'illustre dans le recensement des protéines. Elles jouent un rôle déterminant dans l'ADN et la génétique humaine. Rien ne se perd; une boucle est bouclée !

 

 

 

 

 

01/09/2013

"Augmenter le personnel humain..."

Rapportée suite au dernier effet d'annonce des CFF, en relation avec la collision de Granges-Marnand, cette petite phrase a de quoi faire tiquer. A croire que l'ex-régie fédérale dispose de personnel inhumain ou encore que la majorité de ses employés fonctionne comme du personnel-machine...

Une hypothèse non dépourvue de fondement, vu la monotonie des tâches actuelles des conducteurs de trains propice à l'assoupissement. On est bien loin de l'époque où un aide-mécanicien annonçait la couleur de chaque signal. Hérité de la vapeur, la formation d'un mécanicien, faisant corps avec sa machine, s'étendait sur de longues années. Au cours d'un même tour de service, un mécanicien pouvait diriger un convoi de marchandises à bord d'une crocodile, puis un omnibus sur une Ae3/6 et enfin un direct sur une Ae4/7. Grandeur et servitude d'un métier.

Rêve de gosse. Conduire l'une de Nos Locomotives. Opuscule d'une centaine de pages, lu et relu, et que l'on pouvait acquérir pour deux francs septante en 1950 et dont les multiples détails se fondirent en mythe. "... c'est un beau métier pour qui l'aime et ne craint pas les responsabilités, car il n'est pas toujours facile et simple à exercer ! Tu as déjà entendu ce viel adage disant que le mécanicien a continuellement "un pied dans la tombe et l'autre en prison".

Rêve qui se concrétisa dans un modeste train miniature. Raison pour laquelle nous savons qu'une aiguille peut être talonnée comme sur la ligne de la Broye (photo)...

Le rapport final sur les causes de l'accident de Granges-Marnand sera connu d'ici un an. D'ici là, des améliorations ont auront été apportées sur le réseau de la Broye. Quant à la monotonie du travail (et la résignation qui en est la conséquence), elle provient de la scission, irrémédiable, du trafic marchandises et du trafic voyageurs.

C'est ainsi qu'Allah est grand. Comment conclure sinon avec la formule rituelle d'Alexandre Vialatte dans ses chroniques de La Montagne?

2013 08 31_3392.jpg

kerzers.jpg

Un geste qui tend à disparaître des lignes CFF

Légende et photo tirée de l'ouvrage sur le centenaire de la ligne de la Broye (1976 !).

A l'époque, la gare de Granges-M. disposait encore de trois agents. Au guichet, on y vendait 50 billets par jour... Les critères de rentabilité ont évolué et le personnel humain a disparu !