01/11/2008

ZeZa, et ça, c'est ça qui a plu

bellerive 039.jpgTard pour bar, le nouveau talk-show de Michel Zendali s'est envolé grâce au plaidoyer vibrant de Silvia Zamora qui n'a pas tari d'éloges sur le nouveau MCBA. En dépit de ses trous de mémoire sur le nom d'artistes ou d'autres musées ( pouvant être interprété comme un criant manque de visibilité de la culture sous nos latitudes), la dame aura su convaincre au moins un téléspectateur s'exprimant ainsi sur le site de la TSR:

"Bellerive... En effet, le cadre est magnifique. le public pourra contempler in et extra muros, se rassasier de culture et de nature. Voluptés exquises.

Que s'érige donc ce musée, telle proue d'un navire, pour nous guider vers les Arts. Ne sont-ils pas tous de l'ordre du Beau?"

Lors de ce talk-show, appelé Dispute au temps de la Réforme, il a aussi été question d'autres trous. "Y qu'à creuser sous la colline" selon la proposition de Jacques-A. Haury, une manière comme une autre d'enterrer le projet pour des décades. Puisque nous sommes appelés à voter, j'ai choisi mon camp. 

Après m'être rendu sur les lieux, pour me rendre compte du "point de vue" de certains opposants. En regardant l'émission, une réflexion de Pierre-Yves Maillard m'est revenue à l'esprit: si les bains de Bellerive devaient être construits aujourd'hui, ils se heurteraient à  une opposition...

"Pas au bord du lac", ni dans le lac.  A coup sûr, nos bateaux de la CGN seraient bannis par les temps qui courent. D'abord, ils fument et polluent. Ensuite, leurs roues à aubes dérangent les canards. Enfin, ils risquent d'être tagués (argument massue des opposants au MCBA). Nous vivons une époque magnifique.

bellerive 048.jpg

Par bonheur, il y a encore des idéalistes qui connaissent encore le mot patrimoine et qui n'hésitent pas à rénover ce navire centenaire ayant parcouru 3,5 millions de kilomètres sur le Léman.

03:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

28/10/2008

Le monde rajeunit

 bellerive 018_edited.jpg  Le monde rajeunit quand on vieillit.

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait...

porter un regard neuf sur le monde, celui-ci se porterait mieux!

Sans regrets, sans nostalgie, voir que le "bon vieux temps" n'est qu'une chimère

et qu'il suffit parfois d'un mot pour changer l'histoire...

Faire une chimère de soi, animal merveilleux qui nous représente et nous identifie.

Parce que les hommes sans histoire ont une âme dispersée.

"Comme tout animal, la chimère évolue,  elle prend des formes différentes selon les moments, elle s'accorde aux personnes qu'elle rencontre et aux contextes culturels dans lesquels elle vagabonde". (*)

Le temps est un grand maître (qui ne tue pas ses élèves!) dans le moment présent. Il suffit de regarder autour de soi ce beau dimanche sur l'esplanade de la Cathédrale. Et au-delà. Je trouve très bien ce monde qui rajeunit!

 Privilège de l'âge dans ce bonheur de vieillir qui nous permet d'entrevoir un monde différent. Comme la fabrication d'un récit remplissant "le vide de nos origines qui troublait notre identité". Et qui nous permet de voir un monde meilleur que celui qui se déroule dans les informations du jour, qui, elles aussi, troublent notre identité...

bellerive 009_edited.jpg
(*) La chimère, ventre d'un taureaux, ailes d'un aigle et pattes de lion (un véritable Lego) est au centre du dernier ouvrage de Boris Cyrulnik
Autobiographie d'un Epouvantail.  
Super intéressant. Il nous invite à écrire sa propre chimère autobiographique. "quand le réel est flou, la parole est incertaine". 
bellerive 003_edited.jpg

03:37 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyrulnik | |  Facebook |

22/10/2008

Ecouter comme un arbre...

 vaut mieux que tout. Je ne sais pas quel homme avisé a dit cela. Mais c'est bien Christian Bobin qui nous  rappelle des paroles de circonstance:

Les nouvelles sont comme les feuilles d'automne. Le vent qui les porte les malmène.

ginko 021.jpg

03:37 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

17/10/2008

Les Beaux-Arts c'est ici !

et pas ailleurs... Et c'est maintenant. Ce soir de 16 à 20 heures et demain, samedi 18 octobre de 10 à 16 heures. "Dans les circonstances qui font l'Histoire, il y a une urgence." Ainsi les termes de notre Conseil d'Etat incorpore à propos de la grande affaire du futur Musée cantonal.

Il y a urgence. Je veux parler de l'exposition itinérante sur un projet, à mon avis, grandiose qui se tient donc à la Blancherie auprès du Gymnase intercantonal de la Broye sur les hauts de Payerne. J'y suis monté hier soir en curieux avec mon appareil photo. Public clairsemé autour de la maquette. C'est le moins que l'on puisse dire (un moins qui va m'obliger de revenir sur la question).

Pour l'heure, un remarque triviale d'un amateur assez peu éclairé. La dite maquette ne se laisse pas photographier! Et surtout pas en couleur parce que c'est un truc d'architecte, brut, destiné à mesurer le gabarit en son emprise sur l'environnement. Il faut donc voir de visu. Allez-y!

A Payerne, Echallens... Par bonheur, nous sommes qu'au début de la tournée cantonale (j'allais dire électorale). Pour la partie électronique et le calendrier c'est ici:

www.oui-au-musee.ch

Pour les Broyards, c'est ci-dessous. Enfin, pour nous qui sommes les chantres du "ni pour ni contre bien au contraire" et qui avons appris à nous méfier de tout ce qui vient de Berne ou de Lausanne, ce "oui" ne saurait être le "béni oui-oui" de ceux qui pensent qu'ils (et elles) font ce qu'ils veulent...

Vu l'enjeu, je préfère le slogan des auteurs du Manifeste: AUX ARTS CITOYENS!

Ou encore une mouture personnelle: " L'essentiel est invisble pour les yeux, on ne vote bien qu'avec le coeur."

gybeloi 003_edited.jpg

14:16 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mcba, bellerive, broye | |  Facebook |

11/10/2008

Parkour sans faute

                                            moudon 032.jpg  (sans faute d'orthographe!). C'était à Moudon, sous la Grenette, par un samedi pluvieux de septembre. Ce que j'ai vu m'a surpris. Je n'ai pas eu le temps de sortir mon flash, mais...

Des jeunes s'exercent à grimper les murs et à faire des cabrioles sans filet. Sport extrême et peu connu qui me paraît assez dangereux, voilà les Swiss-riders de Moudon.

J'ai tout faux! Sport sans doute, culture urbaine certes. Mais il n'y a ni compétition ni fédération. La discipline du parkour s'apparente aux arts martiaux, voire à une philosophie. Les accidents sont peu fréquents, car on y apprend la maîtrise de soi et l'on ne pratique que les mouvement dont on est sûr.

Un article en anglais de Wikipedia nous renseigne sur le parcours du combattant des traceurs, c'est-à-dire des adeptes du parkour (terme français, contraction de parcours du combattant). Les origines sont attribuées à Georges Hébert vers 1900. Mais c'est une famille de sapeurs-pompiers de Paris avec David Belle qui donna beaucoup plus tard ses lettres de noblesse à l'art du parkour.

Rien de belliqueux. Technique de survie où il  plus question de sauver et de se sauver en suivant des tracés que le commun des mortels n'imagine pas! 

Un truc d'initiés documenté dans des films cultes ou des clips de Madonna. Mais nos riders , les traceurs de Moudon font fort aussi!  Leur nouveau blog:  http://team-riders-parkour.skyrock.com/2.html

DSC_0049_edited.JPG6.9.2008