11/02/2010

Paul Bairoch 1930-1999

Une illustration qui, sur un blog brésilien, rend hommage à l'oeuvre d'un grand économiste du 20e siècle.vegetable-stall.jpg
Paul Bairoch nous a quitté un onze février, il y a onze ans déjà. Il faut lire et relire Paul Bairoch, historien de l'économie et auteur d'ouvrages essentiels traduits en plusieurs langues.  Il est l'un des rares historiens de l'économie à avoir observé l'influence des barrières douanières sur le dynamisme de l'économie.
Professeur à l'université de Genève de 1971 jusqu'à sa retraite, il enseigna notamment à Harvard et au Collège de France sur l'invitation de Fernand Braudel.
L’Institut d'histoire économique de l'université de Genève est dédié à la mémoire de Paul Bairoch, une personnalité éminente dans la discipline et qui a permis de renforcer la réputation internationale de l’histoire économique dans notre pays. Sa mémoire est également présente à Lausanne, dont l'université a pu recueillir, grâce à la générosité de Mme Arlette Bairoch, l'important fonds bibliothécaire du savant. Il répertorie les ouvrages et quelque 120 articles de Paul Bairoch. 
Une image qui illustre sa modestie, sa simplicité et sa méthode de travail. Avant d'embrasser une carrière universitaire, il travailla au GATT dans le secteur des fruits et légumes! Fin connaisseur de l'importance de l'agriculture pour le développement, il rompit une lance en faveur de son maintien ici et maintenant dans son ouvrage posthume. Les dernières lignes:
"... coût dérisoire pour avoir le plaisir d'admirer de plus beaux paysages,grâce notamment à des sentiers qui ne disparaîtraient plus, de traverser des villages florissants, de déguster des fruits, des légumes, des viandes et des fromages plus gustatifs et moins trafiqués, de manger un pain ayant plus de goût." 

09/02/2010

La faim

haiti_damon1.jpg
N'oublions pas Haïti. Une image d'après-séisme publiée dans le nytime. Dans L'Enigme du retour , Dany Laferrière rencontre Gary Victor. Ils discutent de ce qui pourrait être le  sujet du grand roman haïtien. "On a d'abord passé en revue l'obession des autres peuples. (...) Pour les Européens, c'est la guerre (deux guerres mondiales en un siècle, ça marque un esprit). Pour nous, c'est la faim. (...) ...il est difficile d'en parler si on ne l'a pas connue. Et ceux qui l'ont vue ne sont pas forcément des écrivains. On ne parle pas d'avoir faim parce qu'on n'a pas mangé depuis un moment. On parle de quelqu'un qui n'a jamais mangé à sa faim de tout temps, ou juste assez pour survivre et en être obsédé. " 
Qui se souvient des émeutes de la faim de 2008? La Banque mondiale avait accordé une aide d'urgence de 10 millions de dollars, une goutte d'eau. L'écrivain Georges Anglade lançait ce cri d'alarme:
"Prendre conscience que nous entrons dans une crise aux manches longues, qui va bien vite révéler sa nature outrancière de famine, en attendant tout le cortège humiliant de la charité des humanitaires de la famine et le battage médiatique international. Se convaincre que cette crise-là, contrairement aux crises ordinaires qui se suivent et se remplacent sans attendre, est cette fois d'une nature autrement plus complexe, et qu'elle ne se satisfera pas de demi-mesures et d'effets d'annonce, d'incantations et de proclamations."
  Crûment exprimé, Haïti n'est pas sortie de l'auberge.
L'écrivain Georges Anglade et son épouse Mireille sont décédés à Port-au-Prince lors du séisme du 12 janvier 2010.
Georges_anglade.jpg
(G.Anglade, le Devoir, Cdn)

30/01/2010

Haïti, quand on a tout vu...

Matson,CI.jpg...tout lu ou presque grâce aux envoyés spéciaux. Que reste-t-il? Comprendre?

Un livre L'Enigme du retour de Dany Lafferière, lauréat du prix Medicis 2009. Roman sublime sur la condition humaine selon la critique. En fait un long poème bercé par les mots d'Aimé Césaire d'un homme qui revient dans son pays natal après 30 ans d'exil.

L'écrivain se considère comme un homme privilégié à qui on donne le droit de traverser les barrières entre les classes sociales aussi bien que les frontières entre les pays.

Lafferière, qui habite à Montréal, était présent à Port-au-Prince lors du violent tremblement de terre qui a ravagé la capitale haïtienne. Le lauréat du prix Médicis 2009 était invité au festival Etonnants Voyageurs  qui avait lieu pour la deuxième fois en Haïti. Le festival a évidemment été suspendu. Ce qui désole tout le monde, car les écrivains d'origine haïtienne ont remporté cette année une douzaine de prix internationaux. Les invités et les organisateurs du festival ont passé la nuit sur le court de tennis de l’hôtel Karibé. 

"Quand tout tombe, il reste la culture. Et la culture, c'est la seule chose que Haïti a produite. Ça va rester. Ce n'est pas une catastrophe qui va empêcher Haïti d'avancer sur le chemin de la culture. Et ce qui sauve cette ville, c'est le peuple. C'est lui qui fait la vie dans la rue, qui crée cette vie. Il ne faut pas se laisser submerger par l'événement", a affirmé Dany Laferrière.

Méditation sur l'évolution du temps, un très beau livre.

Dans ces régions où l'on se raconte

ses rêves chaque matin

au moment du premier café

faisant du jour un simple prolongement de la nuit, le voyageur se demande si cette tranquille assurance face à la mort ne vient pas du fait que le temps ne sert pas à mesurer la vie.

Cette petite fille d'à peine neuf ans

nourrit son jeune frère

en se privant elle-même de manger.

D'où vient une si précoce maturité?

L'écrivain présente son livre paru chez Grasset:

 http://www.youtube.com/watch?v=iu1SNYvDMQk

Dessin: Matson, Courrier International

 

23:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dany laferrière | |  Facebook |

27/01/2010

Un Pou dans la Tête, un film dans le coeur

le pou 025.JPG
Première projection publique sur grand écran du film consacré à un pionnier vaudois du ciel, dimanche dernier au cinéma Royal de Ste-Croix.
La réalisatrice Anne Crété nous gratifie d'un magnifique hommage à Donat Guignard, constructeur d'avionnettes improbables, génie de la même trempe qu'un Louis Chevrolet. Avec des images d'époque, on revit cet incroyable vol téméraire et naturellement hors la loi du Jura à Thonon. L'aviateur  sans parachute (peut-on parler de pilote pour quelqu'un qui n'avait jamais piloté?) avait emporté une vieille chambre à air en cas de crash dans le Léman. Distrait, il était parti sans argent et sans papier mais sera accueilli en véritable héros par les douaniers...
La suite est tout aussi rocambolesque...
. Nul n'est prophète en son pays: une kyrielle d'infractions donnera lieu à procès. "Je n'aurais pas pensé qu'en peu plus d'une heure, on pouvait faire autant de mal et transgresser autant de lois et de règlements."
Dans le film, l'honneur de réciter de morceaux choisis de la prose fédérale de l'Office de l'air revient à Michel Bühler!  On le voit sur ma photo au pied du second Pou exposé au CIMA. Immatriculation provisoire par un fonctionnaire non dénué d'humour (HB-sûr !). La machine ne sera cependant jamais homologuée. Lassé par les tracasseries, Donat préfère se marier avec Jacqueline en cette année 1947.
le pou 014.JPG
Sourire de la cinéaste après les ovations du public qui s'attendait à un documentaire. Public comblé par un récit à la hussarde sur un héros idéal. Malgré de mutiples embûches, le rêve d'Icare se réalise. Quand la réalité dépasse la fiction, il faut un sacré talent pour restituer fidèlement une réalité historique et en faire une épopée. La réalisatrice de L'Auberson,  après des études de cinéma à Paris, est projectionniste. Cela se remarque dans le phrasé de son écriture et le développement du sujet. Enfin, le casting et la mise en scène... Le film d'aventure qui se transforme en romance et en comédie...
le pou 019.JPG
Sourire des "vedettes". Madame Jacqueline Guignard, la veuve du pionner en compagnie de sa fille. Quand on a arraché les rires du public...
le pou 040.JPG
Madame Guignard a conservé un nombre impressionnant de documents et d'objets relatant la carrière de son inventeur de mari. Ils sont exposés au Musée des Arts et des Sciences de Sainte-Croix. C'est également ici que l'on peut voir tous les dimanches, jusqu'au 19 avril, le fim "Un pou dans la Tête". 
Comme on ne saurait s'arrêter sur un succès et que bon sang ne saurait mentir, les habitants du balcon du Jura accueillent ce jeudi, 28 janvier à Saint-Croix des dignes représentants de notre héros.
  C'est au foyer A. Jaccard  à 20h00. Conférence proposée par le Musée des Arts et des Sciences par Thierry et Laurent Guignard. Rêves de vols et vols de rêve. MM. Guignard, neveux de Donat Guignard relateront leurs expériences de 30 ans de vol libre et nous feront rêver avec des images de leurs vols des pays aussi divers que la Californie, le Sahara, le Mont Ararat et la Namibie.

20/01/2010

Que de noms d'oiseaux pour un record!

L'avantage avec Google, c'est que vous devenz ornithologue en un coup de cuillière à pot. Et pour la motivation, rien de tel q'un emballage illustré de nourriture pour oiseaux . Un vulgaire moineau devient ainsi un ringmus au nord, un skovspurv encore plus au nord en Suède, une passera transalpine,  un gorriones ou un pardal outre-Pyrénées. De quoi perdre son latin et surtout celui de Linné!

Pour les poissons, c'est  encore bien plus compliqué. Ils changent de nom selon les eaux et ils changent encore de nom lorsqu'ils  passent à la casserole. Le bar devient loup de mer. Le corégone sera féra, palée ou bondelle, selon la profondeur des eaux et l'accent régional.

Fermons la parenthèse halieutique et gastronomique et revenons à nos volatiles. Si, d'aventure et de plus en allemand, vous tombez sur une coupure de journal annonçant qu'une Pfuhlschnepfe a établi un record du monde de vol non-stop, vous vous doutez bien qu'il ne s'agit pas d'une vulgaire bécasse!

Notre bécasse du bourbier (limosa lapponica baueri) est donc une barge rousse en français. Oiseau migratoire, s'il en est, il peut voler durant neuf jours sans manger, boire ou dormir. Une femelle de 700 grammes, munie d'un émetteur et suivie par satellite a ainsi parcouru, entre l'Alaska et la Nouvelle-Zélande 11 650 kilomètres!                                                                                                         

 Au retour, les volatiles passent par la Chine. D'ou un parcours migratoire total de 29 000 kilomètres. Ainsi, selon les scientifiques, la barge rousse  est capable de parcourir 436 000 kilomètres au cours de sa vie, soit bien plus que votre vieille Ford ou que la Renault Nevada du mec marié à l'une des Trois femmes puissantes (dans le dernier et excellent Goncourt). 

 Fichier:Bar-tailed Godwit migration.jpg

Si vous n'êtes pas barge, vous concéderez que c'est un bien bel oiseau, très aérodynamique sur le Pacifique et sur la photo volée à un ornithologue norvégien.

Pfuhlschnepfe-x.jpg
(record homologué par le service géologique US d'Anchorage; des Australiens ont également effectué des mesures, quelques compléments -en allemand- ici