15/08/2015

Musée du Tram neuchâtelois

 

DSC_0104.JPG

 

Ce nouveau musée est ouvert ce dimanche 16 août ainsi que les dimanches 6 septembre et 4 octobre 2015.

Il se trouve à Areuse et est accessible, naturellement en tram, depuis la Place Pury à Neuchâtel. L'entrée est libre. Aux mêmes dates, le tram historique, également gratuit, circule de Neuchâtel à Boudry Littorail. 

 

DSC_0096.JPG

Outre de vieux tramways, on peut y contempler d'autres moyens de transport. Surprises... (à Lausanne, on parlerait d'un pôle muséal ; ici on est modestes et bénévoles !).

DSC_0093.JPGc

L'endroit est sympa, la buvette accueillante et le coin offre de belles balades près de l'Areuse et du lac. Ignoré des Neuchâtelois...

DSC_0094.JPG

 

DSC_0070.JPG

Le tram historique, le "Britchon"

DSC_0116 (2).JPG

11/08/2015

Une rose et un balai

 

IMG_0289.JPG

Voici un petit livre orange, mais quel livre! Michel Simonet est une figure familière en ville de Fribourg grâce à la rose fraîche attachée à son chariot de balayures. Le livre qu'il vient de publier, paraît-il foutraque ( c'est vrai que l'on peut le comparer à Marcovaldo d'Italo Calvino), est en passe de devenir un immense succès urbi et orbi.
 
Seulement ici, on est dans le réel et le vécu!
En de courts chapitres et quelques poèmes, ce père de famille nombreuse, votant parfois à droite parfois à gauche, nous livre une vision aigue de la cité contemporaine... et de son âme! 
 
C'est que l'homme en tenue orange est un fin lettré "Balayeur et fier de lettres! ". N'insistons pas sur ce qui paraît être un paradoxe, puisque l'écrivain nous conduit vers une humilité bienfaisante. Un homme heureux : voilà le succès du livre!
 
A la demande de ses enfants, il liste les trouvailles dans les poubelles, véritable inventaire à la Prévert! Notre garbatologue , qui ne s'affuble pas de références littéraires, cite toutefois des personnes ayant été magnétisées, envoutées par la ville  et l'on magnifiées en retour. En particulier Jacques Chessex et son Ce que je dois à Fribourg.
 
Lecture faisant, excusez du peu, j'ai pensé aux Essais de Montaigne.
Ceux de l'autre Michel sont plus accessibles, plus lisibles et plus actuels. Le balayeur, bon pied bon œil, est évidemment un anthropologue de premier plan!