17/10/2008

Les Beaux-Arts c'est ici !

et pas ailleurs... Et c'est maintenant. Ce soir de 16 à 20 heures et demain, samedi 18 octobre de 10 à 16 heures. "Dans les circonstances qui font l'Histoire, il y a une urgence." Ainsi les termes de notre Conseil d'Etat incorpore à propos de la grande affaire du futur Musée cantonal.

Il y a urgence. Je veux parler de l'exposition itinérante sur un projet, à mon avis, grandiose qui se tient donc à la Blancherie auprès du Gymnase intercantonal de la Broye sur les hauts de Payerne. J'y suis monté hier soir en curieux avec mon appareil photo. Public clairsemé autour de la maquette. C'est le moins que l'on puisse dire (un moins qui va m'obliger de revenir sur la question).

Pour l'heure, un remarque triviale d'un amateur assez peu éclairé. La dite maquette ne se laisse pas photographier! Et surtout pas en couleur parce que c'est un truc d'architecte, brut, destiné à mesurer le gabarit en son emprise sur l'environnement. Il faut donc voir de visu. Allez-y!

A Payerne, Echallens... Par bonheur, nous sommes qu'au début de la tournée cantonale (j'allais dire électorale). Pour la partie électronique et le calendrier c'est ici:

www.oui-au-musee.ch

Pour les Broyards, c'est ci-dessous. Enfin, pour nous qui sommes les chantres du "ni pour ni contre bien au contraire" et qui avons appris à nous méfier de tout ce qui vient de Berne ou de Lausanne, ce "oui" ne saurait être le "béni oui-oui" de ceux qui pensent qu'ils (et elles) font ce qu'ils veulent...

Vu l'enjeu, je préfère le slogan des auteurs du Manifeste: AUX ARTS CITOYENS!

Ou encore une mouture personnelle: " L'essentiel est invisble pour les yeux, on ne vote bien qu'avec le coeur."

gybeloi 003_edited.jpg

14:16 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mcba, bellerive, broye | |  Facebook |

13/10/2008

Quand mon quotidien déraille,

les réactions ne se font pas attendre. Cris d'orfraie et lettre de lecteur dans 24 heures de samedi à propos d'un édito incendiaire "Faire casquer les abonnés CFF: et pourquoi pas?" publié le 8 octobre. Si les CFF devaient suivre les lignes de Laurent Aubert, notre lecteur indigné n'hésiterait pas à compenser d'abord ces frais supplémentaires en se désabonnant du journal qui lance de telles provocations. Et toc!

L'abonnement général peut être une bonne affaire: plus de 350 000 usagers l'ont compris. Mais quant à affirmer que le prix de revient au kilomètre est de 7 centimes "si l'on tient compte de la moyenne abattue par les titulaires", le doute est permis. Une simple division montre que le kilométrage annuel moyen serait d'environ 44 300 km!

Seul un pendulaire assidu entre Morges et Berne est susceptible d'atteindre une telle distance. Autre exemple: il faudrait parcourir deux fois le réseau des transports publics dans sa totalité (23 500 Km)! Question annexe, pour un champion et pour le Livre des records: combien de mois et d'années faudrait-il consacrer pour réaliser un tel pari?

L'abonnement général imaginé en 1898 offre d'autres commodités. On évite le calcul des zones tarifaires et la monnaie pour les parcomètres. Le train, sans doute le meilleur endroit pour lire son journal, a encore un bel avenir.

Evidemment, les quotidiens n'ont pas connu la même croissance que les AG (25 000 abonnements en 1986)! Dire que je rêvais de devenir conducteur de locomotive...

En matière de qualité de vie, presse et mobilité ont parties liées. Moi je dis: "Faites payer les gratuits" et l'on verra après.

 

photo116 014.jpg

11/10/2008

Parkour sans faute

                                            moudon 032.jpg  (sans faute d'orthographe!). C'était à Moudon, sous la Grenette, par un samedi pluvieux de septembre. Ce que j'ai vu m'a surpris. Je n'ai pas eu le temps de sortir mon flash, mais...

Des jeunes s'exercent à grimper les murs et à faire des cabrioles sans filet. Sport extrême et peu connu qui me paraît assez dangereux, voilà les Swiss-riders de Moudon.

J'ai tout faux! Sport sans doute, culture urbaine certes. Mais il n'y a ni compétition ni fédération. La discipline du parkour s'apparente aux arts martiaux, voire à une philosophie. Les accidents sont peu fréquents, car on y apprend la maîtrise de soi et l'on ne pratique que les mouvement dont on est sûr.

Un article en anglais de Wikipedia nous renseigne sur le parcours du combattant des traceurs, c'est-à-dire des adeptes du parkour (terme français, contraction de parcours du combattant). Les origines sont attribuées à Georges Hébert vers 1900. Mais c'est une famille de sapeurs-pompiers de Paris avec David Belle qui donna beaucoup plus tard ses lettres de noblesse à l'art du parkour.

Rien de belliqueux. Technique de survie où il  plus question de sauver et de se sauver en suivant des tracés que le commun des mortels n'imagine pas! 

Un truc d'initiés documenté dans des films cultes ou des clips de Madonna. Mais nos riders , les traceurs de Moudon font fort aussi!  Leur nouveau blog:  http://team-riders-parkour.skyrock.com/2.html

DSC_0049_edited.JPG6.9.2008

08/10/2008

Maison blanche, robe rouge

Avez-vous remarqué la robe seyante pourpre de Michelle Obama hier ?  Une des femmes la mieux habillée selon Vanity fair. Le seul à n'y prêter garde en quittant le plateau fut le vieux John. "Game over".

Good news. On va s'attaquer aux vrais problèmes et Madame pourrait être la plus jeune first lady depuis Jackye Kennedy.

(image Wikipedia Commons)

521px-Michelleobama.jpg

23:38 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

06/10/2008

Une Suisse Toy chamboulée

        Suistoy 010.jpg                                                     Succès de la Suisse Toy à Berne qui a attiré 62 000 spectateurs en cinq jours, soit légèrement plus qu'en 2007. Les trains attirent toujours petits et grands. Comble de malchance, la halle consacrée au modélisme n'a pu être visitée suite à un incendie déclanché la veille de l'ouverture par l'accu en charge d'un hélicoptère. Certains exposants ont déménagé en installant un stand de fortune alors que d'autres ont plié bagages.

Le leader de la branche du modélisme ferroviaire ainsi que le stand, réduit à sa plus simple expression, du producteur national HAG se sont réfugiés dans la halle des clubs d'amateurs. Clubs au demeurant très actifs dans la région bernoise. Un improvisation pas vraiment dérangeante. Moins de bling-bling et plus d'échange de propos avec les clients ferroviphiles.

 

Suistoy 016.jpg La marque de Göppingen, qui célèbrera ses 150 ans en 2009; réédite notre flèche rouge (attelée d'un K3, surtout pour la plus-value du fabricant).

Vu l'incendie, impossible de montrer la locomotive fictive Polizei avec sirène et feu bleu dans doute destinée à un autre public. Vraisemblable avec la libéralisation des tracés et la privatisation de la police ferroviaire...

On pouvait le constater à l'âge des visiteurs de la foire des jouets: il faut viser des jeunes de plus en plus jeunes. A partir de dix ans, les jeux E-Games exercent tout leur pouvoir d'attraction!

Suistoy 040.jpg

Les poupées n'intéressent plus guère les fillettes.

Et l'on peut faire la queue dans une file pour tenter de gagner la dernière Box machin,

tout en se consacrant à un jeu plus traditionnel avec une dextérité exemplaire. Les puzzle restent une activité créatrice!!!

 

Suistoy 042_edited.jpg

 

Suistoy 052_edited.jpg