20/01/2015

Je suis NADINE

Je ne connais pas Nadine Richon. Une belle plume de chez nous qui s'exprime sur les réseaux sociaux. Elle en a d'ailleurs tiré la trame d'un roman, Croyez moi, si je mens, paru chez Campiche.

Bref, comme je ne puis vous rendre attentif, j'aimerai du moins attirer votre attention sur un beau texte qu'elle vient de publier sur son site. La conclusion devrait lui assurer une place au Panthéon aux côtés de Voltaire. Plus prosaïquement, je la verrais bien inscrite au fronton de chaque école. 

... une démarche pragmatique d'error and trial  que nous connaissons dans un pays multiculturel. J'ai immédiatement pensé à la Suisse prison,  de Dürrenmatt, dont nous sommes le gardien...

Enfin, de la multiculturalité à l'interculturalité, tout reste à faire !

Voici ces lignes:

 

"Mon fils travaillait un jour avec une élève voilée et un autre copain, ils devaient se retrouver chez moi et avaient alors une quinzaine d'années. J'ai reçu un ...coup de fil de la mère de la jeune fille voulant s'assurer que je serai bien à la maison lors cette réunion de sa fille avec deux garçons de son âge. Il se trouve que je ne devais pas sortir mais j'ai quand même résisté un peu, lui disant que je ferai un saut à l'épicerie du coin, juste une demi-heure. La discussion s'est donc un peu prolongée, j'ai voulu la rassurer autrement, en lui parlant de mon fils, bref tout s'est bien passé. S'il nous arrive de craindre certains effets de l'islam, abreuvés que nous sommes d'horreurs réelles qui se déroulent sous le joug des fanatiques surarmés en plusieurs points du globe (ce que dénonçait Charlie), il arrive que les musulmans d'ici s'inquiètent de nos moeurs qu'ils jugent laxistes. Nous aussi devons les rassurer. Pas en fermant la gueule à Charlie, pas en sanctionnant tous les frustrés pour leurs pets puants sur le Net, pas en arrachant le voile d'une écolière, mais en montrant notre visage ouvert (non voilé par la peur de l'autre ni la peur de faire peur à l'autre).
Hier un catholique m'a reproché de vouloir "enlever aux pauvres la religion qui est leur seul soutien"... OK, supposons que la religion aide les gens. En quoi alors un dessin satirique dans un journal qui ne fait pas les lois ni la police peut-il enlever ce supposé bienfait à des gens? En quoi un journal libre et joyeux doit-il se censurer en fonction d'un contexte pourri entretenu par les guerres du pétrole et les insanités de l'extrême-droite?
J'ai entendu parler d'une étudiante voilée qui au terme d'une année de philosophie a enlevé son voile. Une autre musulmane qui entendra le même cours se sentira au contraire renforcée dans sa foi. Ma liberté s'arrête quand je commence à avoir peur de celle de l'autre."

 

Nadine Richon, tolérance, respect

Stop Boko Haram

 


Commentaires

"Ma liberté s'arrête quand je commence à avoir peur de celle de l'autre" : voilà une phrase pleine de bons senS... Soyons libres, n'ayons pas peur de nous-mêmes et des autres.

Écrit par : Raohi | 25/01/2015

Les commentaires sont fermés.