17/01/2014

Une visite de la Reine Berthe

 

payerne

 

Petit, je me demandais: comment  pouvait-on savoir que notre illustre ancêtre, morte mille ans avant que nous vîmes le jour, pouvait avoir de grands pieds?

Maintenant je sais. Une reine Berthe peut en cacher une autre: celle  au grand pied. Un seul ! La claudication déambulatoire de "l'autre reine" s'interprétait jadis comme le signe d'une relation privilégiée avec le monde céleste!

Quant à notre reine helvétique, elle vécut notamment à Colombier NE après mariage en seconde noce avec Hugues d'Arles, roi d'Italie. Ayant assez des frasques de son roi d'époux, elle quitta le domicile conjugal, menant une existence gyrovague et laissant derrière elle quelques couvents. Bellelay, à qui nous devons la Tête de moine. En particulier, on lui doit aussi  la reconstruction du monastère de Payerne, devenu plus tard Abbatiale... Tout le reste n'est que légende (les ingrats moines s'étant empressés de falsifier l'histoire à leur profit)...

L'image de cette bienfaitrice, parcourant ses terres à cheval, filant sa quenouille et distribuant ses bienfaits a beaucoup circulé.

Un peu moins depuis que le monde virtuel à évincé le tricot. Il aura fallu qu'une jeune plasticienne, MAEVA ROSSET, revisite l'histoire et matérialise le mythe en objets. Une oeuvre visible sur les hauts de Payerne. Ephémère, il faut se hâter d'aller la voir avant le 2 février (lieu et horaire ici).

Une affaire de quenouille

Rien à voir avec les quenelles à la sauce nauséabonde d'un artiste dont on  fait tout un plat du jour. Il s'agit bien du bâton entouré de laine qui ne quittait jamais la reine Berthe. Image contestée, réhabilitée par Cingria avec verve,  puisqu'à l'époque tout le monde filait. Mais, affirmer que Berthe parcourait nos campagnes pour enseigner aux paysannes à filer la laine pour en tirer profit a tout lieu d'être un anachronisme protestant et sexiste. Il pouvait très bien faire effet lors du Cortège du Centenaire vaudois en 1903 ou dans un tableau d'Albert Anker suceptible d'émouvoir encore un fils de pasteur devenu le plus fortuné de nos politiciens. 

Une veille lune, cette Berthe? qu'il convient de revisiter. Un banquier se disant "vieux Genevois et calviniste" l'a fait il y a une quinzaine d'années (Armand Lombard dans un livre paru chez Marcel Favre).

 

payerne

 

Et maintenant? Que raconte la Berthe abstraite et plurielle de Maeva Rosset plasticienne?

A vous de voir!  La quenouille et ses fils se voulant  le symbole d'une relation,  re-ligion, vers un monde supérieur,  les nombreux fils de l'installation me paraissent être un élément réussi rejoignant une vérité historique conférant beaucoup d'élévation au travail de Maeva.

 

payerne

 

En 3D : besoin de hauteur -  et de Grandeur selon Ramuz, quelque peu oublié du nombre. 

Un détail que vous ne pouvez voir sur mes photos et que j'aurais pu sentir. Les rouets ont été peints au moyen d'épices odorantes. Encore une question de filiation! L'artiste a voulu rendre hommage a ses parents qui sont actifs dans le commerce d'épicerie.

 

payerne

Et ma Berthe, je la vois comment? ça bouge ! Après tant de temps, tant de mariages, tant de royaumes... Imaginez un roi d'Italie au château de Colombier.  Il faut être Plonk et Replonk et ami(e) intime de Berlusconi !

Alors, pour me conformer à l'histoire, je la vois comme une souveraine à géométrie variable géographiquement parlant.  Forcément migrante, éloignée de la pensée unique, plutôt ouverte  et respectueuse d'un acquis n'enfermant pas notre avenir dans des frontières étroites, bien moins pérennes que celles de son royaume.

 A vous de voir. Le souverain c'est vous! Mais le 9 février, ce sera trop tard...

 

Commentaires

Gandhi, lui aussi, s'occupait d'étoffe, à tisser, pour habiller les hommes et vos dernières lignes concernant la souveraine ne sont pas incompatibles non plus avec les écrits sur Gandhi. "Forcément migrante, éloignée de la pensée unique, plutôt ouverte et respectueuse d'un acquis n'enfermant pas notre avenir dans des frontières étroites (à condition de ne pas nuire aux habitant du pays, évidemment)... aujourd'hui, Berthe serait-elle forcément bien vue... ou signalée "dangereuse"?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/01/2014

Question pertinente. Malheureusement, la seconde hypothèse semble prévaloir. Sur les réseaux sociaux, Berthe serait vite démolie...

Écrit par : blagueur | 20/01/2014

Les commentaires sont fermés.