05/12/2012

Le dernier tango de Genève

Comment se délivrer du mâle?  On aura compris qu'il est question de la dernière des dernières émission Tango que l'on ne devrait pas trop regretter (rapport à Infrarouge de ce soir, y a pas photo). L'émission suscita des commentaires à chaud qui montrent avec suffisance que la thématique du néo-féminisme ne se limite pas à des inégalités salariales ou à la répartition des tâches ménagères.

On lira ces commentaires ici (ce qui est tout à l'honneur du service public). En complément, les points de vue d'homme libre, présent sur le plateau, méritent aussi le détour... 

-Dernier-tango-a-Paris-Ultimo-tango-a-Parigi-1972-1.jpg

Marlon Brando et Maria Schneider dans (le) Dernier tango à Paris. Le film sorti en décembre 1972. Classé X en France.

Bertolucci s'était insurgé sur ce déterminant (le) dans le titre français : réduisant l'histoire à une plaque de beurre alors que le film se voulait être un reflet de la révolution sexuelle, féministe.

De la même période de "révolution des moeurs", Emmanuelle, classé X en 1974, que l'on a pu revoir sur les petits écrans après le décès de Sylvia Christel en octobre dernier. Un film empreint de poésie !

Oû est le progrès? La pornographie actuelle -une industrie milliardaire- mérite bien un coup de gueule.  Ce qui m'incite à le pousser, c'est la lecture du dernier essai de Nancy Huston Reflets dans un oeil d'homme.  En très résumé, il s'agit d'une interrogation sur les responsabilités de la société occidentale vis-à-vis du regard porté aujourd'hui sur les femmes.

Nous sommes moins libres qu'on le croît. Epoque schizophrène. Derniers indices: la façon dont cet ouvrage a été descendu par quelques néo-féministes ( Nancy Huston ou l'évolution à la portée des caniches, vieille guenon ménopausée...)

Sur la base de ses expériences, de faits biologiques imparables et de réflexions d'hommes (la traître!) ainsi que sur une lecture des vies de Jean Seberg, Marylin Monroe, Nelly Arcan (Burka de chair), etc. ,  madame Huston nous livre un ouvrage passionnant, essentiel et dont on reparlera forcément.

 Aussi longtemps que du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir (1949)...

C'est mon avis et je tenais beaucoup à le partager !

Commentaires

Huston, pas Houston. Vous confondez avec Whitney...
"Le dernier tango à Paris" féministe. Ben voyons. Vous devriez un peu développer un peu, parce que cela ne parait pas si évident...

Écrit par : Géo | 09/12/2012

Merci. Vous avez raison; je corrige. Pour le reste, il faudrait effectivement développer.Disons que le film se voulait être une provocation par rapport au féminisme de l'époque. Etant donné que celui-ci a évolué jusqu'à nier les différences biologiques. Etant donné que je ne suis pas un fan des gender studies, je laisse ce soin à d'autres!

Écrit par : blagueur | 11/12/2012

Les commentaires sont fermés.