09/11/2011

Sur leurs photos...

mase.jpg

 

Ses photos, ce sont bien sûr celles de Jo Siffert. Et ce sont également celles prises par Akira Mase, un grand photographe nippon.

Jamais montrées, ces images sont visibles dans un exposition éphémère qui a bien failli ne pas avoir lieu.

Images fortes -... les images d'Akira Mase invitent par leur émotion à une nécessaire grandiloquence: Jo Siffert demeure un héros.(Christophe Passer dans L'Hebdo).

Images nécessaires. C'est vrai que l'on cherche d'où vient leur magie! Magie, image... Sans doute le propre d'une photographe humaniste: chaque cliché révèle l'instant décisif.

Tout visiteur est entraîné dans une complicité, une charge émotionelle indicible, immédiate...

Bref, une exposition surprenante (qui tient du miracle) et à d'heureuses circonstances.

C'est aussi l'histoire d'une belle amitié. On y découvre un grand photographe qui s'est démené pour montrer ici ses images par devoir de mémoire: Jo Siffert l'a introduit dans le monde de la course.

Il faut se dépêcher pour voir ces images inoubliables. Mais, avec Akira Mase, nous sommes  maintenant nombreux à dire: These pictures a here to stay!"

Voici ce que disait à ce propos Fricool sur blogspot ("Qu'y a t-il de frais à Fribourg?") :

En pole position pour la Toussaint

Il a grandi dans ce qui était à l'époque le tiers-monde de la Suisse, un endroit où les rêves n'avaient pas cours. A partir de l'instant où il a enfoncé son pied au plancher, il ne l'a plus jamais relevé. Il a fait fi de tous les dangers, couru dans trois disciplines à la fois, bouffé de la vache enragée (quand c'était bien de la vache). Il a gravi chaque échelon pour devenir un champion, une star. Pas juste un type rapide, mais un mec ultra-cool dont Steve McQueen s'est inspiré pour le tournage du "Mans", qui côtoyait tant les people du moment que les gens de la basse,  qui se rendait à l'atelier de Jean Tinguely au volant de sa Porsche prototype (et il devait s'y rendre vite, car il n'y avait pas de limitations de vitesse en ce temps-là). Et puis, comme il sied aux héros, au faîte de sa gloire il s'est tué. C'était il y a quarante ans, un 24 octobre, en pole position pour la Toussaint.

Jo Siffert au Nürburgring en 1969
au volant d'une Lotus 49B

Si vous cherchez à comprendre pourquoi ses funérailles ont réuni 50'000 personnes en ville de Fribourg, pourquoi quarante ans plus tard Jo Siffert est toujours une légende, vous pouvez vous rendre à la Librairie St-Paul qui expose jusqu'au 11 novembre les remarquables clichés d'Akira Mase.
Mais encore: cette exposition n'aurait pu se tenir sans La Liberté et à son chef photographe. Son article éclaire l'activité d'Akira Maze et donnera quelque espoir à ceux qui auraient manqué l'exposition au bd de Pérolles!

Les commentaires sont fermés.