30/12/2010

Une crèche...

DSC_0038.jpgEncore un objet qui prend place. De saison, il est vrai. Une crèche vivante...

Je l'ai achetée au COMPTOIR du temps où il était encore SUISSE et qu'il accueillait des hôtes d'honneur. En l'espèce le Mexique, à voir les arbres à tequila. Une crèche habitée... par une termite ou d'autres vers à bois, ça arrive aussi à des meubles de prix. Elle ne finissait pas de tomber en poussière ma crèche. Je l'ai enduite d'insecticides, de laque, sans résultat. Alors je l'ai mise au four à 220 degrés avant de l'oublier.

 On trouve de telles représentations de la Nativité de toutes provenances et de tous formats dans les MAGASINS DU MONDE.

Fait main, à des prix tout à fait abordables.

Les accidents de crèches sont de ce fait peu conséquents. Si, d'aventure, votre femme de ménage  faisait un malheur... (J'ai retrouvé la tête d'une vierge décapitée en compagnie du volant de la Bugatti en white metal sous le tapis). La jeune Myriam de Cucurbita, plutôt expéditive, faisait  surtout des étincelles lorsque elle lavait les prises électriques avec beaucoup de mousse... on ne pouvait dire qu'elle ne cassait rien.

  

DSC_0034.jpg
C'est comme les voeux à talons aiguilles de Calmy-Rey, décryptés par des experts dans Le Temps et qui tarabustent Pacha K Mac. Très en verve contre les frivolités putasses, il a mis de la belle musique sur son blog.
Vous l'avez certainement déjà entendue. Peut-être dans le film d'Almodovar. Luz Casal est une grande interprète (un site en français lui est dédié).
Mais la chanson Pensa en mi (1937) est un classique d'Agustin Lara (Mexicain comme ma crèche)
son vrai nom est à l'image des 600 compositions qu'on lui doit:  Ángel Agustín María Carlos Fausto Mariano Alfonso del Sagrado Corazón de Jesús Lara y Aguirre del Pino (1897-1970)

 

Les commentaires sont fermés.