05/10/2010

Une muraille de raviolis

concoctés, conditionnés, millésimés par une équipe de chômeurs jurassiens dans le cadre d'un programme d'occupation?

Comme entrée en matière, il y a mieux. Mieux aussi que les plats de rösti rances servis par les médias. Question de goût et de savoir-vivre.

Cela me ramène au fameux "dimanche noir" de 1992 rapport à un certain Espace Economique Européen et à la fracture du vote entre Latins et Alémaniques. Choqués par cette divergence, un groupe de parlementaires romands avait demandé un entretien à Jean-Rodolphe de Salis dont le contenu avait paru dans les Feuilles fédérales. Le grand sage y déclara notamment que l'expression de Röstigraben était une totale ineptie à bannir définitivement!

Assertion tranchant avec la langue de bois inhérente aux FF! Celles de 1993 n'étant pas numérisées, la citation exacte me fait défaut. Par contre, il appert que l'avis de l'historien ait eu quelque impact sur la littérature de la Berne fédérale: la fréquence des rösti tend à disparaître en langue française alors qu'en allemand... D'ailleurs, avec sa majuscule et son trêma, ce cliché éculé ne trahit pas son origine. Un tl écran de rösti constitue surtout une paresse mentale et une insulte à la démocratie et à l'opinion des minorités quelles qu'elles soient.

Et ça, ça doit se savoir!

Oyez et voyez plutôt la chronique de ce matin de Pascal Berhneim,en Suisse, quand il y a votation dimanche, lundi, c'est rösti!

http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/pascal-bernheim/?d...

P.S.: je ne suis pas puriste, mais je me demande si les majuscules attribuées aux Alémaniques et Romands sont une nouvelle manie ou si elles se conforment au Guide du typographe. A voir...

Les commentaires sont fermés.