02/09/2010

Leçon de vie

( Il y a une vie après le cancer). Un champion ayant forcé le respect jusqu'au bout. Comme Coppi et Anquetil  eux aussi trop tôt disparus, Laurent Fignon appartient désormais à la légende du cyclisme. Il aura réalisé un véritable tour de force avant de nous quitter et, dans cette dernière étape, tant l'émotion est vive, il aura conquis cette popularité qui fait l'essence d'un grand sportif.

Les émotions partagées sont silencieuses. Ce qui passe nous dépasse... A défaut de mots, je sais gré à Lorene, que je ne connais pas, d'avoir fait cette pancarte et d'en avoir conservé la trace.

lorene.jpg
C'était le 23 juillet 2010, sur l'étape Pau-Bordeaux. Huit petites secondes séparaient les leader du Tour. Laurent Fignon nous a livré un commentaire magistral, pointu et lucide sur France Télévisions. Nous ne savions pas que ce serait sa leçon d'adieu. Ses mots m'avaient marqué pour sûr.
Si vous avez suivi jusqu'ici - à moins d'être troublé comme Laurent Jalabert par la présence de cameron Diaz au sein de la caravane du Tour - vous aurez compris que l'autre Laurent nous commentait déjà le Tour suivant. A bon entendeur du côté du Luxembourg salut!
Laurent avait clairement pris rendez-vous avec 2011. Le Tour ne meurt pas! Il y a toujours une revanche à prendre. Il n'y a pas de défaite définitive...
Pas de défaite devant certaine prise de parole... mais des leçons à prendre.
23 juillet 1989, Laurent le Parisien "perd" le Tour aux Champs-Elysées pour huit secondes. Greg Lemond déclarera que même sur le podium, il se sentira mal pour lui.
Défaite pour l'honneur national. Et puis, il y a le look atypique. Les lunettes, il court sans casque. on a même pu dire que c'est sa queue de cheval qui lui a fait perdre ces huit secondes!
L'image, toujours l'image! il est vrai qu'en délogeant Hinault en gagnant son premier Tour de France en 1984, le freluquet de 24 ans faisait un peu tache dans le peloton. Jean Cau l'avait interviewé pour Paris-Match à l'hôtel de l'Etrier de Crans-Montana à l'issue de la dernière étape de montagne.
Il découvre un mystère dans ce jeune homme très intelligent, très lucide. Et qui lit beaucoup. Fignon avoue avoir lu tout Balzac. "La comédie humaine, ma meilleure lecture cette année".
Il lit aussi les inscriptions tracées par les spectateurs sur les routes. "«Oui, oui, il y en a de très drôles. Par exemple, dans l'ascension de Joux-Plane, il y avait “Fignon, t'es mignon, mais Hinault est le plus beau”. J'ai lu aussi, c'est excessif, non? “Fignon, t'es un con!” Il y a trois jours, sur une pancarte: “Hinault, t'en fais pas, le filet mignon est cuit!”».
A jean Cau de conclure:"Il y a comme une réserve et comme des secrets dont Laurent fait ses affaires et son intime équilibre." Peu disert ou tranchant, c'est à dire distant, notre champion suscite une interrogation: que demande le peuple?
"Une question se pose pourtant et elle est grave: M. Fignon, désormais célèbre, deviendra-t-il populaire? "
Ce qui est quand même plus dur que remporter le Tour de France!
laurent.jpg
Nous étions jeunes et insouciants. Titre de l'autobiographie de Laurent Fignon (2009)
Enfin, pour corriger certains amalgames médiatiques un avis médical très autorisé sur la dernière étape de Laurent Fignon. Leçon à méditer pour regarder autrement les malades du cancer...
last, but not least...
Paris-Match rend un bel hommage à Laurent Fignon

04:50 Publié dans cyclisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laurent fignon, cancer | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.