03/08/2010

Fêtes nationales

Célébrer le premier août le 31 juillet n'est sans doute pas le dernier outrage à notre beau pays. Une coutûme vieille de 17 ans, ayant pris naissance au moment où le peuple décida que la fête nationale devait être un jour férié ! J'ai de la peine à m'y retrouver. Est-ce pour que les enfants puissent se reposer le lendemain (ils sont en vacances), est-ce en fonction de la disponibilité des orateurs (de moins en moins écoutés)?

Un signe de notre pragmatisme, ou plus encore de notre individualisme ?

C'est ainsi que dans un Payerne désert, hormis quelques jeunettes en goguette et les fumeurs à l'extérieur des cafés, je suprends le cortège des officialités entre deux averses.

DSC_0007.jpg

 Et la musique de L'Avenir qui s'arrête toute penaude lorsque on constate qu'une Paysanne vaudoise et le drapeau de la Jeunesse de Payerne sont restés en plan.

DSC_0009.jpg
Alexandre Vialatte en aurait fait un de ses articles qui tous finissaient par "C'est ainsi qu'Allah est grand!". C'était avant que le politiquement correct ne s'installe sur la planète.
Entre tradition et innovation, de nombreuses communes broyardes préfèrent régaler leurs concitoyens plutôt que de les arroser d'un feu d'artifice importé.
Les Diderains ont fait fort en organisant (sans feu d'artifice), après Toronto, Riga, Budapest et d'autres capitales, les championnats du monde de lutte. Trois cent vétérans, de trente pays, de 35 à 75 ans, de 50 à 130 kilos se sont affrontés dans un bel esprit sportif et dans une discipline aussi vieille que les olympiades grecques...
Cela se passait à Domdidier, une commune d'à peine 2500 habitants.
DSC_0004.jpg
DSC_0003.jpg

01:37 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.