23/04/2010

Bientôt une femme au Sommet de la francophonie?

Bien plus qu'une rumeur persistante. Entre les atermoiements de nombreux candidats non déclarés, courroucés, qui, par leur propre Gouvernement, qui, par le lobbying  du vieux Abdou Diouf qui ne veut pas passer la main aux jeunes,  l’écrivaine camerounaise résidant en France Calixthe Beyala, traduite dans tous les pays du monde et dont l’oeuvre  à fait l’objet de plusieurs thèses dans de prestigieuses universités américaines, se serait déclarée prête à la succession. Si le conditionnel reste de mise, on rappellera que la romancière manifeste son intérêt pour l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) depuis une dizaine d'années déjà. Un organe trop politique et pas assez culturel à son goût.

Opinion d'Allain Jules sur son blog (du 22 avril): "Du moins, ce qui est sûr, avec cette grande dame qui n’a pas sa langue dans sa poche, comme secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie , il y aura des cris et des grincements de dents tellement, sa rectitude morale est indéniable. Sa plume acérée a enchanté les foules. Sera-t-elle aussi bonne responsable ? On peut lui faire confiance, pour booster l’Organisation dont l’immobilisme criard discrédite les francophones en général….

Calixthe Beyala  contre Abdou Diouf pour le poste de secrétaire général de l’OIF ? Un vrai feu d’artifice en perspective."  

Rien n'est joué. L’élection aura lieu lors du sommet marquant le 40e anniversaire de l’Organisation, du 22 au 24 octobre, à Montreux, en Suisse.

Même si les 56 membres que comptent l’organisation, pour la plupart, ne souhaitent pas reconduire l’actuel secrétaire général qui veut rester 12 ans en place, il est loin d'être certain qu'ils accordent leur voix à une femme. Combien de cheffes d'Etat dans l'organisation, hormis  Doris Leuthard?

Enfin, l'usage voudrait que l'on change de continent. Notre présidente aurait pu se qualifier si le parlement avait conscience de l'importance de l'OIF pour notre pays!

Ces dames ont donc des chances;  c’est tout le mal que je leur souhaite aujourd'hui.

tecla 030.JPG
(Genève, 23.04.2009)

 

Commentaires

> http://www.amnesty.org/en/library/asset/AFR49/001/2002/en/4bfa67dc-d8a8-11dd-ad8c-f3d4445c118e/afr490012002fr.pdf

> Chère amie,

> Comme convenu ,voici le rapport d'Amnesty International sur

> le massacre à Djifanghor en Casamance par l'armée

> Sénégalaise en 1998.Le président de la république de

> l'époque était bel et bien au courant depuis la phase

> préparatif à la phase d'exécution.Il s'agissait bien de

> l'actuel Secrétaire générale de la Francophonie ,le

> Président Abdou DIOUF.

> Je vous dis à bientôt,et je reste sur votre entière

> disposition.
Abdou Diouf, un destin francophone

Le 29/10 à 20:35 sur France 5
Résumé du programme TV en direct

Pur produit de l'école et de l'université françaises, le secrétaire général de la francophonie se présente pourtant volontiers comme «sahélien, sénégalais, wolof et négro-africain». Homme de rassemblement et de dialogue, il incarne une certaine idée du métissage culturel. Les langues ne se heurtent pas, elles se conjuguent. Les peuples ne sont pas en compétition, ils s'épanouissent à travers le bilinguisme—
Casting

Réalisateur : Jérôme Sesquin
Société de Production : Adamis

http://journaux.apf.ca/index.cfm?Voir=article&Id=57312§eur=300&M=0

http://afriqueactu.net/10281/afrique/senegal/crise-casamancaise-les-trois-erreurs-de-diamacoune

Écrit par : feboue | 10/10/2010

Abdou Diouf est nul, c'est sûr. Mais une bonne femme à sa place, est-ce vraiment la meilleures solution? Poser la question, c'est y répondre. Et c'est vrai, mieux vaudrait changer définitivement de continent. Assez du tiers-monde!

Écrit par : Géo | 10/10/2010

Les commentaires sont fermés.