18/04/2010

Mon général

GUISAN.JPG

On n'expliquera jamais le charisme du Général Guisan. On a fait de ce général , qui jamais ne livra de bataille au sens étroit du terme, un héros de la Nation. Un hiérarque à coup sûr, un héraut, prophète chanceux dans un monde troublé...   

Très populaire, c'était un communicateur hors du commun. Privilégiant le contact direct. Oublié des jeunes générations. Le Cinéjournal suisse tourna un épisode intitulé une journée au QG du Général. On y voit le septuagénaire galoper à travers champs... S'inquiétant d'un soldat méritant, il ordonne à son aide de camp de prier madame Guisan d'envoyer une layette lors de la naissance du sixième enfant...

Un délicieux document à déguster au deuxième degré. Le ton d'une époque, truffé de saluts "militaires mais néanmoins humains". En terrien, Riquet la fourchette, s'enquiert de la récolte de foins. Ce sobriquet se rapporte probablement plus au diminutif de l'outil agraire servant à évacuer le fumier qu'au coup de fourchette de la tambouille: Guisan était plus gentleman-farmer que paysan...

Incarnant la droiture, l'homme s'y connaissait en matière de relations publiques. Aussi, on ne s'étonnera pas qu'une foule innombrable assista à ses funérailles le 12 avril 1960.

300 000 personnes. Un chiffre repris sans sourcilier par tous les médias à l'occasion du 50e anniversaire de sa disparition. Le couple google-wikipedia a frappé! Il est vrai que ce chiffre figure dans l'article du Dictionnaire Historique Suisse consacré au général.

Je retrouve les pages de la Feuille d'Avis de Lausanne du lendemain. Elles évoquent une foule considérable; beaucoup de monde et d'émotion pace que "le général c'était quelqu'un."

Et dans la NZZ du 1.4.2010, un témoin de l'époque évoque les témoins du cortège massés sur trois, parfois six rangs. Sans convoquer Marc Ferro et le cinéma en tant que source historique, je regarde les images tournées par Ch. Broenimann du Cinéac...

On pourrait revoir le chiffre à la baisse... sans toucher au sens de l'histoire.

Sur notrehistoire.ch, pourtant, cette belle image de la foule recueillie et disciplinée sur la place de la Riponne:

photos_ g.baud_guisan.jpg
(Une photo de monsieur G. Baud)
Quant au dessin du général, il est l'oeuvre du caporal Géa Augsbourg dans un ouvrage paru à fin 1939 déjà. Mon exemplaire soigneusement relié par un oncle comporte la dédicace du Commandant en Chef de l'Armée faite au Quartier général -18 avril 1940.
Très politiquement incorrect, la clope sur  les dessins et photos... Déjà que son médecin de père avait tenté de le modérer en lui offrant des cigares "Grandson" sans doute meilleurs pour la santé.
photos_2010_01_fdd87eaa7ca89d2c.jpg

                                             

Commentaires

Oui un héros qui ne livra aucune bataille! Le Général Guisan respecta la première des missions de l'armée : soit la prévention des conflits, en conjuguant l'adaptation des moyens de l'armée sur un terrain défavorable à l'armée allemande et en corrélation avec une politique (parfois décriée) de l'industrie et des relations avec notre voisin nazis. En fait, le Général Guisan applique avec brio le premier enseignement de Tsun Zu (434 av Jc) Général chinois ayant écrit le célèbre "l'art de la guerre selon Tsun Zu" !

Écrit par : Steeve | 18/04/2010

Les commentaires sont fermés.