09/02/2010

La faim

haiti_damon1.jpg
N'oublions pas Haïti. Une image d'après-séisme publiée dans le nytime. Dans L'Enigme du retour , Dany Laferrière rencontre Gary Victor. Ils discutent de ce qui pourrait être le  sujet du grand roman haïtien. "On a d'abord passé en revue l'obession des autres peuples. (...) Pour les Européens, c'est la guerre (deux guerres mondiales en un siècle, ça marque un esprit). Pour nous, c'est la faim. (...) ...il est difficile d'en parler si on ne l'a pas connue. Et ceux qui l'ont vue ne sont pas forcément des écrivains. On ne parle pas d'avoir faim parce qu'on n'a pas mangé depuis un moment. On parle de quelqu'un qui n'a jamais mangé à sa faim de tout temps, ou juste assez pour survivre et en être obsédé. " 
Qui se souvient des émeutes de la faim de 2008? La Banque mondiale avait accordé une aide d'urgence de 10 millions de dollars, une goutte d'eau. L'écrivain Georges Anglade lançait ce cri d'alarme:
"Prendre conscience que nous entrons dans une crise aux manches longues, qui va bien vite révéler sa nature outrancière de famine, en attendant tout le cortège humiliant de la charité des humanitaires de la famine et le battage médiatique international. Se convaincre que cette crise-là, contrairement aux crises ordinaires qui se suivent et se remplacent sans attendre, est cette fois d'une nature autrement plus complexe, et qu'elle ne se satisfera pas de demi-mesures et d'effets d'annonce, d'incantations et de proclamations."
  Crûment exprimé, Haïti n'est pas sortie de l'auberge.
L'écrivain Georges Anglade et son épouse Mireille sont décédés à Port-au-Prince lors du séisme du 12 janvier 2010.
Georges_anglade.jpg
(G.Anglade, le Devoir, Cdn)

Commentaires

""On a d'abord passé en revue l'obession des autres peuples. (...) Pour les Européens, c'est la guerre (deux guerres mondiales en un siècle, ça marque un esprit). Pour nous, c'est la faim. (...) ...il est difficile d'en parler si on ne l'a pas connue. Et ceux qui l'ont vue ne sont pas forcément des écrivains. On ne parle pas d'avoir faim parce qu'on n'a pas mangé depuis un moment. On parle de quelqu'un qui n'a jamais mangé à sa faim de tout temps, ou juste assez pour survivre et en être obsédé. "

Et on a une idée des raisons pour lesquelles les choses se passent tout autrement de l'autre côté de la frontière ?

Écrit par : Scipion | 11/02/2010

Il est en fait possible que des gens tant soit peu informés aient une idée.
Dans le cas d'Haïti, entre en jeu la rapacité de l'ancienne puissance coloniale, la France, avec ses demandes exorbitantes de dédommagement. Ensuite, le racisme des puissances coloniales qui n'auraient pas supporté la vue d'une République de Nègres en mesure de gérer ses affaires avec succès: cela aurait détruit le mythe de la supériorité de l'Homme Blanc, chargé de la mission quasi divine de civiliser le monde. J'ai été témoin du racisme aux E.U.s dans les années soixante. Je suis un blanc, un Aryen, j'ai toujours été fier de ma race - sauf durant la période de six ans et demie passée en Amérique du Nord. Là, j'ai eu carrément honte et ceal a été l'une des causes de mon retour.
Toute tentative de réforme sera immédiatement étouffée, voir l'affaire Bertrand Aristide. Et maintenant, il semble que des explorations aient détecté des hydrocarbures dans le coin.
Deux plus deux, ça fait combien ........?

Écrit par : J.C. Simonin | 11/02/2010

Les commentaires sont fermés.