12/10/2009

Torpeur... et indifférence

Je reviens sur mon image précédente, une "non-image", au même titre que celle montrée au TJ de dimanche soir de la municipalité de Payerne. Le syndic était également sans voix. Après tout, le silence est d'or parfois. Surtout après le long et émouvant témoignage du TJ de la veille (Pivot, Arditi...).

La Liberté de lundi s'est également rendue à Payerne. "Le constat est sans appel: au lendemain du décès du romancier romand, c'est loin d'être l'émoi à Payerne, ville qui a vu naître l'intellectuel...". Le journaliste rappelle les raisons de cette (prétendue?) vindicte populaire très malvenue lors des derniers brandons, "le nom de Chessex avait été écrit avec deux "s", dont la graphie rappelait le sigle SS du régime nazi."

Tristes brandons, "revenant à condamner une seconde fois Arthur Bloch" (Chessex). Tout est dit.

J'aurais du me taire, n'était l'image, ou plus exactement sa légende mal à propos, sur la page consacrée à l'écrivain par le quotidien fribourgeois:

Pour les 75 ans de Chessex (mars 2009), 48 panneaux de Payerne ont été revêtus d'un autocollant à son nom.

Second degré, Cynisme involontaire? Si Chessex est né le 1er mars 1934, l'hommage qui lui fut rendu la veille, lors des brandons, relève maintenant de l'ironie de l'histoire.

 

Payerne, 28 février 2009brandons 001.JPG

23:25 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la liberté, payerne | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.