07/10/2009

Musiques

"Il suffit d'ajouter "militaire" à un mot pour lui faire perdre sa signification. Ainsi la justice militaire n'est pas la justice, la musique militaire n'est pas la musique."

La fanfare des cadets de Moscou défilant sous l'Abbatiale en l'honneur du Général Jomini a fait mentir ce mot de Clémenceau. Cette vénérable formation compta parmi ses élèves un certain Alexandre Scriabine.

Inauguration solennelle d'une plaque, à Payerne, sur la maison natale d'Antoine-Henri Jomini qui rejoignit l'armée du tsar en 1813. Il sera l'un des fondateurs de l'académie de l'état-major de l'armée russe.

jomini 016b.jpg Parmi les badauds, le préfet du grand district Broye-Vully, quelque peu penseur à côté d'un militaire bien médaillé en mérites de la musique...

 Notre magistrat dispose d'un autre instrument pour adoucir les moeurs, lorsqu'il inflige des amendes à ceux qui manifesteraient des écarts de conduite par trop criards.

Comparaison cavalière s'il en est*. Il faut de tout pour faire un monde ou un Etat!

C'est ainsi que l'armée russe dispose aussi d'un corps de cadets de la Police des Impôts particulièrement drillé et plus porteur en terme de carrières que la musique...

*(et déplacée, mais il fallait bien que je l'épingle alors qu'une amie chère venait de brûler un stop, à peine ...)

 Mais revenons à la musique!

jomini 019.jpg

jomini 024.jpg
Plus insolite que la présence du préfet, celle d'un musicien américain. Un jazzman et un maître qui visiblement malgré l'obstacle de la langue jouit d'une véritable admiration de la part des jeunes musiciens moscovites.
Payerne, 1er octobre 2009

Commentaires

Je dois faire amende honorable: un préfet pensif. Rodin et son penseur m'ont induit en erreur!

Écrit par : blagueur | 08/10/2009

Les commentaires sont fermés.