01/10/2009

Nancy Huston jocaste reine

En exergue à la pièce Jocaste reine, dont la première se joue ce soir au théâtre des Ossses, Nancy Huston était à l'université de Fribourg.

J'ai bu ses paroles avec un  agréable sentiment d'ivreté qui ne me quitte plus. Impossible de restituer ses propos sur la fierté et la fidélité. Fidélité aux "valeurs identitaires" dont nous sommes tous truffés à point tel que nous finissons par nous perdre. D'où son éloge de l'identité faible. Ceux qui hurlent sont toujours dans la frime. Je suis contre le dire nous avec fierté. Accepter son étrangéité...

L'écrivaine (au père mathématicien) est d'abord musicienne (flûte, piano, clavecin). C'est dire qu'elle sait nous emmener vers son violon d'Ingres, la littérature. Celle qui favorise l'identification qui est "presque le contraire de l'identité".

Et si la réalité n'a rien de spécial; à défaut de base identitaire forte dont je reconnaîtrai le caractère relatif, je continue à vivre dans mes croyances et ce ce sentiment d'ivreté qui m'a envahi - et qui n'a rien à voir avec une consommation de surdoses d'identité.

L'artiste nous fascine et nous façonne dans son étrangéité et la formidable diversification de son oeuvre...

014.JPG

«Les artistes sont hautement anormaux, parce qu'ils supportent une plus forte quantité de liberté que les autres.» N.H.

027.JPG

 

 

 

Commentaires

Elle était à Fribourg et personne ne m'a rien dit. Le monde est vraiment trop mal fait!

Écrit par : PJR | 01/10/2009

quelles son vos conditions d'inscription

Écrit par : ki | 03/08/2010

Les commentaires sont fermés.