30/06/2009

Choses vues

bex+ 057.jpgLa météo nous annonce une semaine tropicale.

La Jeunesse de Corcelles-près-Payerne s'attend à un week-end de folie avec une ambiance à faire fondre la banquise. Le village de 1840 habitants s'attend à accueillir 10 000 personnes (25 000 selon 24heures de mardi) lors du Giron de la Broye qui se tient du 1er au 5 juillet.

Les membres de la Jeunesse ont construit un véritable village "olympique" avec un bâtiment digne d'un paquebot destiné à accueillir de nombreux concerts.

Après le palmarès sportif, les festivités se termineront dimanche soir par un grand cortège.

Dans cette perspective, les jeunes filles ont confectionné des fleurs plus pérennes que celles en papier crêpe.

Fabriquées à partir de cols de bouteilles en PET, elles sont du plus bel effet!

 

bex+ 058.jpg
Précision pour les non-initiés:
Corcelles se se situe au Nord de Payerne. On sait d'où souffle la bise, d'où le nom de banquise donné à la localité et le sobriquet d'ours blancs donné à ses habitants.
Choses vues. Puisque la semaine est caniculaire, un rappel sur les choses bues et aperçues sur les blogs l'an dernier.
La façon la plus élémentaire et la plus économique de faire du thé froid c'est de laisser un sachet dans un grand verre d'eau froide pendant une vingtaine de minutes. A l'encontre de la croyance populaire, le résultat est étonnant: le thé noir perd toute son amertume. Il n'est pas nécessaire de le sucrer, ce qui est tout bénéfice. Il faut le boire pour y croire!

15:27 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gironbroye09 | |  Facebook |

24/06/2009

Solferino et autre souvenir

bataille_de_Solf.jpgLa bataille de Solferino livrée par l'armée franco-sarde contre les Autrichiens, le 24 juin 1859, à laquelle plus de 330 000 hommes s'affrontèrent fut une abominable boucherie qui laissa sur le champ de bataille, faute de secours, quelque 39 000 victimes.

Henri Dunant qui en fut le témoin publiera trois ans plus tard Un souvenir de Solferino.

 Document marquant qui donnera naissance à la Croix-Rouge (1864).

 

1859 Dans une ancienne chronologie de la Suisse, je lis que cette date marque la fin du mercenariat et l'interdiction du service militaire à l'étranger. Intéressant mais j'ignore le pourquoi du comment.

Cette interdiction aura donc duré au moins 150 ans. Des soldats suisses sur l'océan sont en vue mais ils ne sont pas encore montés à bord.

Bien entendu, cela me ramène à l'histoire déjà évoquée sur une Croisière supranationale. Je me vois encore un samedi matin alors que je préparais mes effets militaires, en roulant ma capote, le facteur sonna et m'apporta un télégramme me sommant de me rendre sur le paquebot France. La date coïncidait avec un cours de répétition. Boosté par l'enseignement du professeur Henri Rieben, moi-même européen convaincu, je ne voyais pas les difficultés. Mais c'est grâce aux calculs ingénieux d'un fourrier que je pus enfin passer une semaine de cours de répétition sur le France au bout de quelques jours stressants et un déplacement des plus rapides.

En ce soir de mars 1969, je me trouvais au grand bar du vaisseau emblème de la CGT. Je me souviens que l'on pouvait y goùter 56 whiskies différents. En dépit de ma timidité, je proposais à un quarterons de hauts fonctionnaires de détourner le France sur Cuba! L'idée fut examinée avec sérieux.

telegr.jpg

22/06/2009

Qu'un âne...

"Un signe de vieillissement que je remarque depuis assez longtemps : mes oreilles s'agrandissent. L'homme montre en prenant de l'âge qu'il n'est qu'un âne."

Journal de Pierre Drieu La Rochelle (1945).

C'est donc un nouvel autoportrait gesticulatoire et dérisoire que je m'offre narcissiquement. Âne triste et solitaire parce qu'entier (comme moi) et orphelin (comme moi) -sa mère est morte à sa naissance. Il s'appelle Vivaldi. On me dit qu'il est très proche des humains. Je le crois. Victor Hugo pensait qu'il fut un temps où, grâce aux anges, les ânes pouvaient parler. Et s'ils parleraient encore, il est probable qu'ils se traiteraient d'hommes quand ils s'engueulent...

Si j'étais sur Facebook, Vivaldi y serait mon ami.

Dérisoire, un adjectif pour dire l'insignifiant. Je rêve d'en faire un substantif, un appareil. Le dérisoire , machine à effacer l'inutile, le contingent comme dirait Sartre... Ainsi, ces lignes vous seraient épargnées, comme tant d'actes gratuits...

Mais peut être que ce dérisoire, nous l'avons déjà en nous. Car, s'il fallait écrire l'histoire de la connerie, nous en finirions jamais.

vivaldi 010.jpg

23:11 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : facebook | |  Facebook |

18/06/2009

"Ancêtres de la mondialisation", les photographes

stop 024.jpg

Guillemets parce que je crois que l'expression vient de Raymond Depardon. On n'arrêtera jamais de photographier. Les photos, reflets d'instants fugaces, que chacun peut comprendre à sa manière, pâles reflets retenus parce que le doute est toujours présent et que le temps passe. Précieuses images, rémanentes et, dans leur nudité, sans doutes plus objectives que tout discours sur l'état du monde.

amag 072.jpg

00:43 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photographie | |  Facebook |

01/06/2009

Le Flaubert de la General Motors

General_Motors_svg.pngLe dépôt de bilan de General Motors me ramène à un souvenir vieux de quarante ans. Mars 1969, sur le transatlantique "FRANCE". Six étudiants représentant l'Europe des 6, ainsi qu'un petit Suisse (invité en raison des services que notre pays avait rendu lors des négociations du Kennedy-round !) avaient été invités à la Croisière de l'Europe.

Elle fut ponctuée de diverses manifestations culturelles. Ainsi au large du golfe du Lion, dans un salon à tribord, petit colloque sur "les jeunes et la littérature". Animé par Pierre de Boisdeffre (de son vrai nom Pierre Mouton, il avait repris le nom d'un ancêtre pour asseoir sa réputation de critique). Je me souviens également de François Fontaine, auteur de La littérature à l'encan.

Nous fûmes interrogés sur ce que nous lisions. Pour ma part, certainement Sartre et Camus. Je me suis un peu étendu sur Madame Bovary.

Les seules histoires intéressantes étant les histoires d'amour. Devant le parterre plutôt huppé et fortuné de mes auditeurs (nous étions au lendemain de mai 68), je crus bon d'ajouter: J'attends toujours le Flaubert de la General Motors !

Un peu facile, mais j'avais fait impression. Le monde était déjà en train de changer. Le "FRANCE" connaîtra encore, au ralenti en raison du prix du combustible, une Croisière impériale vers Sainte-Hélène marquant le bicentenaire de Napoléon.

Le monde semblait plus petit et plus ouvert. GM, montage suisse de Bienne, était encore un logo renommé. Par un autre jeu du hasard, j'ai eu l'honneur d'être l'invité de la princesse Borghese dans son chalet de Crans. Lors du repas, je demandais au prince quelle était sa relation avec le Borghese, vainqueur de la course Paris-Pékin en 1907. Monseigneur n'avait pas d'intérêt particulier pour l'automobile. Son épouse se relevait péniblement d'un grave accident. Il se borna à me répondre qu'il était administrateur de GM Italy. Unique souvenir de ce repas intime dans un chalet enneigé.

23:09 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gm, cgt, europe | |  Facebook |