22/06/2009

Qu'un âne...

"Un signe de vieillissement que je remarque depuis assez longtemps : mes oreilles s'agrandissent. L'homme montre en prenant de l'âge qu'il n'est qu'un âne."

Journal de Pierre Drieu La Rochelle (1945).

C'est donc un nouvel autoportrait gesticulatoire et dérisoire que je m'offre narcissiquement. Âne triste et solitaire parce qu'entier (comme moi) et orphelin (comme moi) -sa mère est morte à sa naissance. Il s'appelle Vivaldi. On me dit qu'il est très proche des humains. Je le crois. Victor Hugo pensait qu'il fut un temps où, grâce aux anges, les ânes pouvaient parler. Et s'ils parleraient encore, il est probable qu'ils se traiteraient d'hommes quand ils s'engueulent...

Si j'étais sur Facebook, Vivaldi y serait mon ami.

Dérisoire, un adjectif pour dire l'insignifiant. Je rêve d'en faire un substantif, un appareil. Le dérisoire , machine à effacer l'inutile, le contingent comme dirait Sartre... Ainsi, ces lignes vous seraient épargnées, comme tant d'actes gratuits...

Mais peut être que ce dérisoire, nous l'avons déjà en nous. Car, s'il fallait écrire l'histoire de la connerie, nous en finirions jamais.

vivaldi 010.jpg

23:11 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : facebook | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.