27/01/2009

La trouvaille de la régie des alcools

La Régie fédérale se lance dans l'édition littéraire en publiant un joli volume offert à la population. Il contient notamment le texte intégral de La fin lamentable de cinq jeunes filles victimes de l'eau-de-vie de Jeremias Gotthelf. Témoignage du "démon de l'eau-de-vie", la première nouvelle du pasteur Albert Bitzius (1838), par le retentissement qu'elle eut, fait partie de la protohistoire de la législation fédérale sur l'alcool de 1887.

Si le récit est empreint d'un ton moraliste propre à l'époque, sa fin (dès la page 150) atteint une dramatique qui ont permis de comparer l'auteur à Balzac ou Dostoïewski. Plongée dans la misère la plus noire et dans l'ordure de la vie. Fine observation de l'alcoolisme, maladie progressive, incurable et mortelle pour Marei, Studeli, Babi, Lisi et Elisabeth. Lu entre les lignes, un roman pornographique à compter le nombre de galants de ces créatures!

La main de Dieu s'appesantit sur ceux qui ne regardent qu'à la bouteille. "A proprement parler, ce ne sont pas des incrédules, pas plus qu'on ne pourrait dire d'un porc qu'il est un athée, un blasphémateur."

Les temps ont sans doute changé. On peut en douter lorsque les onomatopées d'oligoprhrènes retentissent dans un wagon lors de certains retours chargés et embrumés. Quant à la problématique évoquée par Gotthelf, elle sera reprise un siècle plus tard par Carl Gustav Jung. Son fameux "spiritum contra spiritum" aurait en effet joué un rôle déterminant sur la constitution du mouvement des Alcooliques Anonymes!

Mais revenons à notre petit ouvrage illustré de quelques rappels de la législation, parfois sous forme d'aphorisme: L'Etat opère une distinction plus importante que ne le font les consommateurs entre la bière, le vin et les spiritueux. Il est notoire que la taxe sur les spiritueux finance la prévention!

Selon les mots d'Alexandre Schmidt, directeur de la RFA, l'ouvrage est destiné à lancer la révision totale de la loi sur l'alcool (le monopole pourrait disparaitre et entrainer une privatisation d'Alcosuisse). Il peut être obtenu gracieusement en s'adressant à la Régie fédérale des alcools au moyen du formulaire de contact figurant sur son site web.

 

La traduction de la nouvelle par J.Sandoz (1902) se présente dans un style suranné aussi plaisant que cette carte de voeux de F. Hodlergutenberg 004.jpg

18:12 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rfa, gotthelf, alcool | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.