18/11/2008

De l'urbanité exquise du wattman (fin)

Petit extrait de L'Etape libératrice... en tramway, ce magnifique ouvrage aux 565 héliogravures paru à Genève en 1918. Contenant le témoignage d'un interné dans la région de Montreux, écrivain soucieux de la vérité historique, il se doit "de dire que le personnel des tramways est d'une urbanité exquise."

Dans son oisiveté, usant et abusant de ce moyen de transport, il en observe les passagers. " Chaque heure a son public et chaque public a son heure."  Exubérantes commères revenant du marché, jeunesse laborieuse pépiante et jacassante...  Le soir venu, "comme toujours prédominance du beau sexe" dans la voiture du théatre. A la vue des élégantes, des parfums violents montent à la tête de notre auteur.

"Je respire avec peine... Je m'assoupis... Je rêve que je suis enlevé dans une parfumerie ambulante par de bien joilies parfumeuses, et tandis qu'un extraordinaire mélange d'opopanax, d'héliotrope, de peau d'Espagne, de trèfle incarnat, de patchouli achève de m'étourdir, je défaille délicieusement sous le regard velouté de deux magnifiques yeux noirs surmontant une adorable bouche rouge qui laisse entrevoir des perles éblouissantes..."

Marcel de Fourmestraux, qui signe ces lignes est également l'auteur d'un récit sur le suicide improbable d'un lapin dans le Léman dans le même opus. Ecrivain injustement oublié (?!), il fait partie du premier contingent des 26 000 militaires internés en Suisse durent la Première Guerre. Ils furent accueillis comme des héros dans le style ampoulé de la Der des Der qui régnait aussi dans le pays neutre. Menacée d'une grave crise morale et d'un risque sérieux d'éclatement, ce fut une heureuse chance pour la Suisse d'avoir ce rôle de samaritain à jouer.

Les échanges de prisonniers étaient du ressort de la Croix rouge inernationale à Genève. Les internés se livraient à diverses activités qui ne devaient pas concurrencer l'industrie suisse. Production de jouets TIM (travail internés militaires)... Prisonniers qui remplaçaient avantageusement les touristes puisque Berne envoyait les factures d'hébergement aux ambassades concernées!

Heureuse initiative à Vevey, les chocolatiers avaient mis à disposition des locaux et Pic-Pic avait offert une splendide auto à des Tommies qui purent ainsi s'initier à l'art de la mécanique et de la conduite!

11b_edited.JPG

Les commentaires sont fermés.