13/10/2008

Quand mon quotidien déraille,

les réactions ne se font pas attendre. Cris d'orfraie et lettre de lecteur dans 24 heures de samedi à propos d'un édito incendiaire "Faire casquer les abonnés CFF: et pourquoi pas?" publié le 8 octobre. Si les CFF devaient suivre les lignes de Laurent Aubert, notre lecteur indigné n'hésiterait pas à compenser d'abord ces frais supplémentaires en se désabonnant du journal qui lance de telles provocations. Et toc!

L'abonnement général peut être une bonne affaire: plus de 350 000 usagers l'ont compris. Mais quant à affirmer que le prix de revient au kilomètre est de 7 centimes "si l'on tient compte de la moyenne abattue par les titulaires", le doute est permis. Une simple division montre que le kilométrage annuel moyen serait d'environ 44 300 km!

Seul un pendulaire assidu entre Morges et Berne est susceptible d'atteindre une telle distance. Autre exemple: il faudrait parcourir deux fois le réseau des transports publics dans sa totalité (23 500 Km)! Question annexe, pour un champion et pour le Livre des records: combien de mois et d'années faudrait-il consacrer pour réaliser un tel pari?

L'abonnement général imaginé en 1898 offre d'autres commodités. On évite le calcul des zones tarifaires et la monnaie pour les parcomètres. Le train, sans doute le meilleur endroit pour lire son journal, a encore un bel avenir.

Evidemment, les quotidiens n'ont pas connu la même croissance que les AG (25 000 abonnements en 1986)! Dire que je rêvais de devenir conducteur de locomotive...

En matière de qualité de vie, presse et mobilité ont parties liées. Moi je dis: "Faites payer les gratuits" et l'on verra après.

 

photo116 014.jpg

Les commentaires sont fermés.