23/08/2008

La fin du monde

 

"Moi, je pense que la fin du monde est derrière nous." C'était Jean Romain au grand huit à la radio vendredi matin.

Moi, je pense que c'est une très bonne nouvelle. Plus de questions métaphysiques. On va enfin pouvoir travailler et faire la fête (et surtout faire la fête, thème du débat de ce G8).  Et notre philosophe d'enchaîner sur un ton péremptoire:"Je pense que cela s'est passé dans le dernier tiers ou le dernier quart du siècle passé."

Je n'ai rien vu venir et je n'ai aucun souvenir de l'événement mais je ne peux mettre en doute cette information qui me réjouit vraiment. Enfin table rase... Toutefois, la date butoir du monde me pose problème pour tous ceux nés après cette date fatidique.

Les jeunes, demeurés dans l'ignorance et l'innocence, étaient pourtant bien au centre de ce débat sur perspective de bottelòn. D'ailleurs, le benjamin des invités, qui n'a pas connu la fin du monde, a su relancer le débat en affirmant qu'entre les bitures-express dans un squat interdit et une petite bière à 25 francs dans un local branché, les possibilités publiques de rencontre avaient une nette tendance à se rarifier...

Jeunes oubliés, on oublie que nous avons été jeunes. D'où notamment ce consensus à prendre des mesures de protection de la jeunesse (qui nous engagent guère quand on a dépassé l'âge seuil) tout en oubliant de les appliquer de façon efficace et cohérente. On préfère parler d'atteinte à la propriété et de nuisance sonore.

Mon pote d'antan avait sans doute pas tort: "arrêtez le monde, je veux descendre". Voîla chose faite!

stop 024.jpg

03:43 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.