28/02/2008

Jean Mayerat

A voir absolument les extraordinaires photographies d'une noire beauté, sur fond noir, celui-ci figurant "la part inconnue du passé" selon Mayerat.

Des poses ou affleure l'intériorité de l'être dans de magnifiques tirages dont il faut à la fois se rapprocher et s'écarter pour en saisir la densité. Du "anti-Helmuth Newton" et un respect de la femme éloigné de l'image stéréotypée du nu photographique. Une exposition qui se termine dimanche 2 mars au Musée Arlaud mais que l'on espère revoir bientôt.

Inutile de dire que ces images dans leur format ne supportent pas une reproduction et que mon scan du carton de l'expo est la pire des trahisons. Il faut avoir vu et c'est tout.

 

 

Les commentaires sont fermés.