03/02/2008

Cléo de Mérode

 

Pas d'amants, ou presque, et moins que lui en donne la rumeur publique, parce qu'on a tendance à la confondre avec les cocottes : Cléo de Mérode serait-elle la plus sage de ces femmes qui ont marqué la Belle Epoque de leurs fracas, de leurs bijoux, de leurs alcôves ? Il ne faudrait pas la confondre avec Liane de Pougy, la Belle Otéro et autres hétaïres qui ruinaient les princes, affolaient les jeunes bourgeois que l'on poussait vers le pouvoir : ils y perdaient leur réputation et leur patrimoine. Cléo de Mérode fut surtout connue pour sa beauté. Elle traînait les coeurs, mais sans jamais choir dans les moeurs faciles qu'on attribuait à toutes femmes qui sortaient des fonctions domestiques auxquelles elles étaient condamnées à l'époque, et aux mondanités, quand elles étaient bien nées. Cléo de Mérode s'imposa par son talent. On le disait grand, il lui valut succès, prestige et une vie de tournées, de galas, de brillantes représentations devant les puissants de ce monde. Une vie dévouée à la danse. Et dont elle nous parle, dans ses mémoires, avec une passion convaincante. Cléo de Mérode s'est affirmée par sa seule énergie. Dans les ambiguïtés de son temps, de sa classe, de son milieu, moderne par sa volonté.

Cléo de Mérode (1875-1966) a publié ses mémoires en 1955, Le Ballet de ma Vie, rééditées en 1992 chez Pierre Horay.

Cléo1906

00:13 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.