27/12/2007

En exergue

Vers le moi acceptable, citer d'abord la quatrième de couverture de Ce lien qui ne meurt jamais de Lytta Basset:

" Le chemin de vérité qui mène à une Vie plus forte que l'irréparable n'est pas l'apanage des croyants. Le clivage est ailleurs. Il dépend de l'orientation choisie: malgré ou à travers la mort de notre proche, désirons-nous ardemment allers vers ce qui vit ou décidons-nous d'étouffer ce désir en nous? "

Mort d'un proche, mort d'une partie de nous-même, mort du temps qui s'écoule et de la Vie qui nous échappe...

A pareil moment, avoir été pris d'une intense émotion au moment du passage d'un convoi funèbre d'un inconnu. Entendu la consolation de A. : "C'est normal, la mort nous attend tous".

Puisque "vivre, c'est apprendre à mourir", autant écouter les Vivants qui nous parlent et faire mienne la dernière phrase de ce livre essentiel:

   "Rien ne m'importe davantage, aujourd'hui, que d'apprendre à aimer à la manière de l'Amour sans limites."

 

unitobler Berne

20:35 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.