10/12/2007

Men-songe

On avance masqué. La peur nouée au ventre, se protéger. La vérité, elle aussi masquée dans notre pérégrination: elle se dévoile. Parfois dans un songe révélateur qui fait tomber les masques.

 

Impossible de faire la même photo. Une évidence. Alors on continue, depuis tout petit. Quels que soient le lieu, la lumière, le sujet, le projet... j'ai toujours eu ce sentiment de vouloir faire la seule et même photo. Que celle-ci serait parfaite et que seul les moyens techniques m'empêchaient d'atteindre cette perfection! De rares états de grâce, très rares...

Jouet d'enfant. Avec une dérisoire boîte en bakélite, chambre noire renforcée d'un élastique, j'immortalisai dans une rue déserte une immense Buick noire. Sa calandre en forme de baleine, des ouïes chromées sur le flanc. Image nécessaire: même en me hissant sur la pointe des pieds, j'étais trop petit pour pouvoir contempler à mon aise les merveilles du tableau de bord de ce paquebot rêvé... Une autre image de cette époque me montre, en culottes courtes et bas de laine, devant une Re4/4 flambante neuve en partance pour Genève. Voie 5, ça n'a pas changé, mais c'est une autre histoire.

"Merci mon Dieu. Je ne comprends pas, mais je comprendrai plus tard." Bonne formule pour avancer dans la vie.

Photo window, photo mirror. Un peu de l'une, un peu de l'autre. Au réveil, je vois bien que mon projet prétexte est un leurre. Seule une image inattendue, miroir de l'inconscient, pouvait me remettre sur le droit chemin.

On n'obtient jamais qu'une image de ce qui nous dépasse. Dureté inacceptable de la photo miroir qu'au fond on souhaite ne pas avoir faite et qu'il faut vite remplacer par une autre photo miroir. Une Cubaine, je crois, anonyme comme le photographe. Image volée sur le net, un jour d'oisiveté. Belle manière d'illustrer la beauté de mon désarroi.fotocommunity.de

10:46 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.