06/12/2007

Le détail qui tue

Vieille réminiscence, celle d'une crèche vivante à l'école enfantine. Je représentai l'un des Rois mages avec Balthazar que j'enviai à cause de son maquillage. Nous devions nous avancer apportant l'or, la myhrre et l'encens. Je conserve la trace indélébile du présent entre mes mains que je devais déposer au signal de la maîtresse devant le petit Jésus: une boîte métallique orange de cigarettes Laurens!

Le slogan annonçant l'irruption de l'entracte "le moment de fumer une bonne Laurens" au moment le plus palpitant des films de nos jeunes années a sans doute permis de perpétuer ce souvenir plus tangible que la madeleine de Proust.

Les temps ont changé et la fumée tue. Sur chaque paquet. Mise en garde scandaleusement banale puisque la mort nous attend tous. Dans le long terme, nous serons tous morts.

A plus court terme, le vrai scandale: la faim tue. Il n'est plus question d'années mais de vies perdues.   .

03:58 Publié dans Avent | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.