30/11/2007

Partir - Fin de l'histoire?

(1.2)Que faire, que faire? Alors que les nuits s'allongent et que tant de gens songent à la retraite et aux beaux voyages. Partir?

A l'aveugle. Last minute. Envoyer un message:" Bien arrivé.Tout va. Bisous". Plus simple, rallumer la télé, robinet qui coule et qui dégouline les Feux de l'Amour. Plus facile, si le courage manque, fermer les yeux, refermer le livre. Faire rien. Arrêter tout. Pour, peut-être, rencontrer soi quand la nuit finira. Etre.

Se désabonner, éloigner catalogues et prospectus foisonnants qui seront acheminés vers la déchetterie de ma commune broyarde. Je lis ce qui m'intéresse; je lis aussi la pub. J'ai appris à lire sur les prospectus prélevés au Comptoir suisse, bien avant l'école et son premier livre.

Prospectus. Un mot qui maintenant, plus que la chose, me dérange. Désuet, remplacé par de nouveaux dépliants et autres flyers. Parce que,sous l'influence de l'envahissante langue de pub sans doute, un autre mot plus encore tend à l'obsolescence: l'avenir s'écrase devant le futur. Futur mis à toutes les sauces et servi à toutes et à tous moyennant... quelques moyens. Futur encore, la carrière promise qui vous entraîne vers le chacun pour soi et qui vous propulsera au-delà de vos pairs (et de vos pères). Possiblement.

Fin de l'Histoire: annoncée et étayée par un éminent spécialiste de l'histoire contemporaine. D'un monde fini et globalisé.Pire, les nombreux soupirs désenchantés autour de nous devant les images instantanées des catastrophes:"c'est la fin du monde".

14:33 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.